Une légende franc-comtoise et un haut lieu à visiter… La prisonnière de Joux (Sandra Amani)

Une légende franc-comtoise et un haut lieu à visiter…

La prisonnière de Joux (25) extraite du livre Histoires extraordinaires et lieux mystérieux de Franche-Comté.

Le château de Joux se dresse fièrement sur un éperon rocheux et domine la route qui relie la Bourgogne à la Suisse, les Flandres et la Champagne à l’Italie. Bâti en 1034, ses murs furent les témoins d’une bien triste histoire.

A la fin du 12e siècle, on célébra le mariage de Berthe et Amaury, seigneur de Joux. La mariée était une jolie fille, réputée pour son innocence et sa conduite exemplaire. Les époux vivaient paisiblement au château. Berthe rêvait du fils qui, l’espérait-elle, égayerait bientôt ses longues journées, tandis que son mari adorait parcourir bois et plaines en chevauchant Mahaut, sa jument préférée. Hélas, la période était fort tourmentée et bientôt, Amaury dut partir pour les Croisades.

◦ Ma belle amie, lui annonça t-il un soir. Des peuples barbares attaquent le tombeau de Notre Seigneur Jésus Christ et je me dois de les en détourner. Demain, à la première heure, je quitterai le château et ne sais quand je reviendrai…si je reviens un jour.

A ces mots, la pauvre enfant fondit en larmes. Malgré les paroles tendres et rassurantes de son époux, ses pleurs ne tarissaient pas. Elle ne trouvait plus de mots pour le supplier de rester, invoquait l’enfant qui, peut-être avait germé dans son ventre et ne connaîtrait jamais son père…Rien n’y fit. Amaury demeurait insensible.

◦ Il y va de mon honneur, ma chère. C’est l’heure. Je vais réveiller mes compagnons de route.

L’embrassant une dernière fois, il s’arracha aux bras qui tentaient en vain de le retenir et laissa Berthe seule dans leur chambre, en proie au plus grand des chagrins. Quelques heures plus tard, il partit dans la nuit froide de cet hiver débutant, assis sur la croupe de Mahaut. La jeune femme le suivit des yeux tant qu’elle le put puis, lorsqu’il eut disparu, elle retourna se blottir dans son lit où elle aurait voulu mourir.

Des jours longs et tristes s’écoulèrent. La châtelaine tentait de tromper son ennui entre la compagnie de ses servantes et les quelques visites que lui faisaient ses parents. N’ayant aucune nouvelle de l’homme qu’elle chérissait, elle se demandait si elle devait encore espérer son retour ou le pleurer comme s’il était mort. A la belle saison, elle se mettait à son balcon sur la plus haute tour du château et guettait du matin jusqu’au soir. En vain…

Des années s’écoulèrent ainsi et Amaury n’était toujours pas rentré. La belle se languissait dans la bâtisse sombre et froide.

Un matin, un chevalier se présenta à la porte. Il était blessé et réclamait l’hospitalité. Comme il était sale, Berthe ne le reconnut pas tout de suite mais pourtant, elle était certaine d’avoir déjà entendu cette voix…

◦ Aimé ! S’écria-t-elle. Vous ici ! Quelle joie j’ai de vous voir !

Heureuse, elle serra contre elle son ami d’enfance. Celui-ci avait accompagné Amaury en Terre Sainte et un espoir germa en son cœur.

◦ Ma chère amie, il me coûte de venir en ces lieux car je suis porteur d’une bien triste nouvelle.

Tête basse, Aimé de Montfaucon lui annonça qu’Amaury ne reviendrait plus car il avait été frappé par l’épée d’un sarrazin le mois précédent.

– Je ne sais même pas où se trouve son corps. On m’a juste demandé de vous le faire savoir.

Meurtrie au plus profond d’elle-même, Berthe tomba à terre, hurlant de douleur. Les servantes se précipitèrent pour la secourir car elles craignaient le pire. Elles l’emportèrent dans son lit, où elle passa trois jours entre la vie et la mort. Puis la fièvre cessa. Aidée par Aimé, elle parvint à s’alimenter de nouveau et retrouva quelques couleurs.

– Je vais demeurer auprès de vous quelques jours, décréta-t-il. Dans votre état, il vous faut quelqu’un pour vous seconder dans les tâches essentielles.

Comme la belle saison était de retour, il l’emmena faire de longues promenades à cheval à travers les forêts environnantes. Le soir, elle se couchait épuisée, mais peu à peu, elle retrouva la sérénité qu’elle pensait avoir définitivement perdue.

Au fil du temps, l’amitié des jeunes gens se mua en sentiments plus profonds. La tendresse et l’affection qu’Aimé lui témoignait touchaient beaucoup Berthe. Le chevalier respectait l’amour qu’elle ressentait encore pour son défunt mari et jamais il ne la brusquait. Pourtant, il éprouvait pour elle une violente passion. Une nuit, n’y tenant plus, alors que le couple prenait l’air dans le jardin du château, il lui prit la main et lui déclara sa flamme. Berthe, troublée, ne sut que répondre. Pourtant, elle posa sa tête sur l’épaule de son fidèle compagnon, lui signifiant ainsi que son sentiment était partagé.

◦ Mon époux ne reviendra pas, j’en suis hélas certaine à présent. Je pense qu’il vit auprès de Dieu et ne peut que souhaiter mon bonheur.

A partir de ce jour, Berthe et Aimé devinrent amants. Par respect pour Amaury, ils dissimulaient leur passion et n’échangeaient de fougueux baisers que lorsqu’ils se retrouvaient seuls. Les servantes de la châtelaine connaissaient son secret puisque le chevalier partageait sa couche toutes les nuits, mais jamais oh grand jamais elles ne l’auraient trahie car elles n’avaient pas oublié la sincère douleur qui habitait leur maîtresse aux lendemains de la mort du seigneur de Joux. Au contraire, elles étaient heureuses de la voir sourire de nouveau à la vie et espéraient qu’elles pourraient bientôt l’aider à pouponner.

Une nuit, Aimé et Berthe furent réveillés en sursaut par le bruit de la porte de leur chambre que l’on ouvrait brusquement. Comme dans un cauchemar, ils virent une forme immense qui s’approchait de leur lit, un homme qui portait de longs cheveux et une barbe en bataille. La jeune femme hurla de frayeur quand elle comprit que ce n’était pas un rêve.

◦ Ainsi, traîtresse, tu n’as pas daigné attendre mon retour comme se doit de le faire une femme vertueuse et tu t’es adonnée à la débauche avec le jeune freluquet que je pensais notre ami ! Que justice soit faite !

Avant qu’Aimé ait eu le temps de réagir, Amaury, de retour des Croisades, sortit sa longue épée et pourfendit le corps de son rival. Un flot de sang jaillit sur les draps immaculés du lit. Les cris de Berthe réveillèrent les gens du château. Ceux-ci accoururent pour se mettre à genoux devant leur maître, impuissants face au drame qui venait de se jouer. Ils imploraient son pardon, de peur que la faute de Berthe ne rejaillissent sur eux.

◦ Qu’on aille pendre ce gueux dans le bois juste en face du château ! Quant à toi, catin, tu ne perds rien pour attendre !

Là dessus, il sortit de la chambre dont il referma la porte à double tour. Berthe demeura seule, versant des larmes sur le corps sans vie de son amant jusqu’au petit matin.

A l’aube, son mari revint, accompagné de deux hommes qui s’emparèrent de la dépouille.

◦ Habillez-vous promptement Madame et suivez moi ! Ordonna Amauri à son épouse.

Quand celle-ci fut prête, il la conduisit dans un minuscule cachot où autrefois, on enfermait les serviteurs désobéissants.

◦ C’est ici que vous achèverez votre vie. Rassurez-vous cependant : deux fois par jour, je vous ferai sortir de ce lieu !

Puis il la quitta en ricanant. Son rire de fou la fit frissonner.

La pauvre Berthe comprit très vite l’horrible destin qu’il lui réservait. Chaque jour, dès que sonnaient les angélus de midi et de sept heures le soir, l’homme cruel la tirait du cachot pour la conduire jusqu’à une fenêtre d’où elle pouvait voir la dépouille de son amant, pendu à la plus haute branche d’un chêne dans le petit parc attenant au château. Les corbeaux s’acharnaient sur le corps qui, petit à petit, se disloquait. Sa souffrance était telle qu’au départ, elle ne pouvait tolérer plus de quelques minutes l’atroce spectacle auquel son époux la contraignait à assister. Sa douleur amusait son tortionnaire qui prenait plaisir à se repaître de la scène. Puis un jour, Berthe, lasse de cette horreur répétée, se montra indifférente et ne versa plus aucune larme. A maintes reprises, Amaury voulut la tuer mais il y renonça de peur que l’opprobre ne s’abatte à jamais sur la famille de Joux. Il décida donc de la laisser croupir dans le cachot, se contentant de lui apporter du pain sec et de l’eau.

Incapable d’occuper autrement ses journées, Amaury passait son temps avec Mahaut. La jument avait survécu aux croisades. Malheureusement, un jour, la lourde herse du château s’abattit sur elle et coupa l’animal en deux. Perdu dans ses pensées, le seigneur continua sa course dans un train d’enfer. Quand il se rendit compte qu’il ne restait plus que la moitié de son destrier préféré, le châtelain, pris de l’un des accès de folie dont il était devenu coutumier, tomba à terre. Il rendit l’âme presque aussitôt.

Berthe, délivrée du joug de son tyran, se retira à l’abbaye de Montbenoit, où elle acheva ses jours, forte de son amour pour Aimé. Elle y mourut à l’âge de soixante ans, enfin apaisée, après s’être amendée sur la tombe de son mari défunt. Hélas, ce remords trop tardif ne suffit pas pour apaiser la colère divine. Huit siècles plus tard, quand le vent fait trembler les arbres près du retranchement du Chauffaud, on peut encore entendre ces mots, prononcés par la châtelaine dont l’âme erre encore autour de son ancienne demeure :

– Priez, vassaux, priez à genoux. Priez Dieu pour Berthe de Joux. Sandra Amani

172 – Portrait du jour : Une fée s’invite sur crimino, la romancière Sandra Amani

 


Vous aimerez aussi...