« Les deux pieds dedans ! » de Francois Legay

On peut très bien découvrir un cadavre dans une salle de bains. On peut très bien être engagé par quelqu’un qu’on n’a jamais vu afin de procéder à l’échange d’un objet dont on ignore tout avec des gens qu’on ne connaît pas. On peut très bien rencontrer un concessionnaire automobile qui est un obsédé sexuel (ou l’inverse). On peut très bien faire l’amour avec une dame le jeudi et l’entendre vous dire qu’elle aime passer le dimanche avec son mari. On peut très bien prendre une raclée à chaque fois que l’on croise le sosie de David  Douillet. On peut très bien être amoureux des femmes en général et d’une commissaire de police, en particulier. On peut très bien avoir de graves ennuis et continuer à en chercher. On peut très bien essayer de trouver le point commun entre toutes les infos précédemment énoncées. Et tout ça sans perdre de vue qu’on peut aussi très bien avoir une voisine qui bronze les seins à l’air, avoir un grand-père peintre, un oncle inventeur et vivre dans la campagne normande entouré de toute une ribambelle de bestioles improbables. Oui, on peut très bien se retrouver au centre de tout ce bordel. À condition, toutefois, de s’appeler Augustin Kerr, d’être détective privé, et de ne pas pouvoir résister, quand l’aventure se présente, à mettre les deux pieds dedans.

Prenez un détective débonnaire, un politicien véreux, une commissaire rudement bien carrossée, un oncle farfelu, une voisine délurée, ajoutez quelques seconds rôles, secouez et vous obtiendrez un roman trépidant, original et bigrement bien écrit. Question références, on ne peut que penser aux Tontons flingueurs, à OSS 117 mais aussi à Bob Saint-Clar, alias Jean-Paul Belmondo dans Le magnifique !

François  Legay est normand et survit à Paris. Il se nourrit, il boit, va au cinéma, de temps en temps il écrit. Jusqu’à maintenant essentiellement des nouvelles ou des chroniques pour le blog K-Libre.

En l’occurrence, il semblerait qu’il soit passé au roman…

Portrait du jour criminocorpus en cours de relecture prochainement publié sur le carnet : celui de François Legay : un p’tit gars de chez Jean-charles Lajouanie / Caroline Lainé

Pour cette interview, il a demandé à son ami Serge Azertyuiop (claviériste et inventeur du tapuscrit) de lui poser des questions.

Parution : 24 janvier 2020

https://www.editionslajouanie.com/

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.