345 – Ludovic Bouquin dit « Ludo l’Africain », prix du premier roman Dora Suarez 2017

 

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des peines  développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 345ème Portrait du jour – Criminocorpus  le carnet reçoit avec infiniment de plaisir Ludovic Bouquin.

Né en 1973, Ludovic Bouquin a grandi en Côte d’ivoire. De ses années africaines, il a rapporté des couleurs, des ambiances qu’il a précieusement gardées à l’heure de gagner le Sud-Ouest de la France où il est désormais installé. Il partage son temps entre l’informatique et l’écriture. Rémission Spontanée est son premier roman, un récit aux contours largement empreints des volutes de son enfance.

Encore un p’tit gars qui va publier chez notre ami Jean-Luc Kerebel dans la collection du Noir au Sud  chez Cairn éditions

Bienvenue Ludovic sur le blog des “aficionados du crime”. Ph. P

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________

« Cette succincte description que l’on peut trouver au dos de mon premier roman Rémission Spontanée  paru en 2014, dresse un portrait minimaliste, mais exact de la réalité. Je suis très attaché au continent Africain, aux personnes avec lesquelles j’ai grandi ou suis allé à l’école en Côte d’Ivoire. Je serai né, ailleurs ou plus tard, je ne sais pas si j’aurai eu envie d’écrire une seule ligne de texte. Adolescent dans les années 80, à Abidjan, une seule et unique chaîne de télévision existait et la location de cassettes vidéo (VHS pour les plus jeunes et louées dans un vidéo club) était réservée au week-end. La seule activité autorisée et disponible pour occuper ses soirées était la lecture. Je me souviens d’un soir, où en cinquième (je crois), ma mère m’a donné les deux tomes de ÇA de Stephen King en me recommandant de le lire parce que c’était « pas mal » (je la cite). Cette fervente lectrice venait sans le savoir, d’ouvrir une porte qui ne se refermerait jamais. J’ai donc lu, tous les soirs et encore aujourd’hui, des romans, polars et thrillers en règle générale. Mes années africaines ont pris fin avec l’arrivée des études, j’y retournerai par la suite, mes parents et ma sœur habitant toujours au Gabon.

Je me retrouve happé par la vie professionnelle au milieu de mes études de sciences économiques et de MIAGE (Méthode informatique appliquée à la gestion) en acceptant de monter une société, à Bordeaux, pour fournir des connexions internet en 1994. Ma carrière a depuis ce jour, suivi l’évolution de ce qu’on appelait la bulle internet. J’avais essayé de me lancer dans l’écriture dans les années 2000, par envie, les quatre pages produites à cette époque m’avaient vite mis face à une réalité brutale : une activité professionnelle intense ne fait pas bon ménage avec des désirs d’écriture. Les aléas de la vie m’ont amené à ralentir mon activité, j’ai occupé ce temps à la rédaction de mon premier polar : Rémission spontanée. Je découvre alors les joies et la réalité de l’édition. Mon premier éditeur a le bon goût de déposer le bilan trois mois après la sortie de ce bouquin… La suite s’enchaîne assez vite, le plaisir procuré par l’écriture d’une fiction est intense (violent aussi) j’écris alors Olagarro qui bénéficie d’une sortie discrète, voire confidentielle en 2017. Contre toute attente, ce roman reçoit le prix du premier roman Dora Suarez  la même année. C’est avec une grande joie qu’il peut être réédité dans la collection du Noir au Sud  chez Cairn éditions (sortie juillet 2020). Je participe à un recueil de nouvelles, le tome 6 de la collection un aller-retour dans le noir pour Dora Suarez en 2018 et publie La liste Microcebus  en septembre 2019 aux éditions AO .

Olagarro en quelques mots :

Elle est artiste peintre. Il est fonctionnaire de police. Un mot va relier leur quête de vérité : Olagarro. À Bordeaux, au sein d’un cirque, un dresseur de fauves est retrouvé dévoré par ses animaux, dans une mise en scène macabre, le commissaire Nekka est chargé de l’enquête. Alicia fouille dans son passé à la recherche de ses origines. Leurs investigations vont les conduire au Pays basque espagnol sur une route jonchée de cadavres jusqu’au meurtre d’un douanier sur les montagnes basques en 1979.

Pour compléter ce portrait : si vous étiez

UNE COULEUR, bleue

UN LIVRE, La gorge de Peter Straub

UN FILM, Le grand bleu

UN MOT, créatif

UN BRUIT, une vague

UNE SAISON, le printemps

UNE VILLE, La Havane

UNE CHANSON, War de Bob Marley

UN ANIMAL, un chat

UNE CITATION, faites que le rêve dévore votre vie, afin que la vie ne dévore pas votre rêve (Antoine de Saint Exupéry)

UN PARFUM, Le sarment de vignes grillé

UN HEROS OU UNE HEROINE, Albator

Et ma pomme ! »

________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet Criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers, de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson, membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville, directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

Directeur du CLAMOR, Marc Renneville est historien des sciences spécialisé sur les savoirs du crime et du criminel, directeur de recherche au CNRS et membre du centre Alexandre Koyré.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS

Relecture et mise en page Ph. P et S.P


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search