« Pourquoi ont-ils tué Jaures ? » de Stéphane Bret

Le titre renvoie à une chanson éponyme de Brel, parue en 1977 dans son dernier album Les Marquises, dans laquelle le chanteur décrivait un malheur chronique, démystifiant ainsi l’image de La Belle Époque, perçue après-coup comme une période heureuse.

Dans ce roman, j’ai voulu décrire les contradictions inhérentes à cette période : celle du progrès technique, des manifestations culturelles, de la construction d’infrastructures, d’une révolution dans les arts : la musique, la peinture ; celle des inégalités sociales, des grèves, des questions sanitaires, de l’inégalité des sexes.

Arnaud Girard, un banquier, incarne le positivisme, la croyance au progrès, la confiance dans le destin colonial de la France, en train de renforcer son Empire.

Aude Larivière, couturière en atelier, entrevoit sa libération et son émancipation par le syndicalisme, puis le soutien aux idées féministes, défendues alors par Marguerite Durand, Caroline Rémy et les suffragettes britanniques. Elle prend conscience de son homosexualité, qu’elle vivra comme un débouché logique vers sa liberté de femme.

Adrienne Roux, prostituée à La Fleur Blanche, maison close parisienne, rêve de s’affranchir de ses origines modestes par le sexe, l’érotisme, le don de son corps aux hommes.

Ces trois personnages verront le cadre de leurs vies respectives bouleversé par l’éclatement de la Grande Guerre. Jean Jaurès est assassiné, La Belle Époque a vécu, la guerre va rebattre les cartes.

Éditeur : BOD BOOKS ON DEMAND (13/05/2020)

 

Il s’agit de la présentation de mon nouveau roman : »Pourquoi ont-ils tué Jaurès? » qui met en scène trois personnages :un banquier, une couturière, une prostituée .Ces derniers vont vivre certains événements marquants de La Belle Epoque : l’Affaire Dreyfus, l’incendie du Bazar de la Charité, des conflits sociaux, la grande crue de la Seine de 1910, la première du Sacre du Printemps de Stravinsky, et l’entrée en guerre de la France en août 1914. Stéphane Bret

47- Portrait du jour : Stéphane Bret , auteur du roman « Au malheur de l’identité »

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.