« La fiction doit dépasser la réalité » – Christian Dorsan

Christian Dorsan

Bonjour, comment s’est passé le confinement ?

Curieusement, bien pour moi. J’ai connu d’autres périodes de « confinement » : à l’adolescence d’abord, où on reste cloîtré dans sa chambre en voulant dévorer le monde tout en ayant peur de ce monde et soumis à l’autorité parentale. Puis adulte, des passages difficiles sans activités professionnelles où on espère plus qu’on entreprend, soumis à la loi du marché. Mais présentement, dans cette période-ci, entre des formations en visioconférence, du télétravail, mes chroniques sur mon blog, correction de mon prochain roman et prises de notes quotidiennes, je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer.

Des notes pour un roman sur la pandémie ?

Le post d’un internaute soulignait que nous verrons, dans nos librairies, fleurir des livres sur cette pandémie. Cette suggestion plutôt anodine, soulève la question du rôle de la fiction. En effet, la fiction – on ne parlera pas ici des ouvrages politiques, économiques ou médicaux- doit-elle être le reflet identique de ce que nous vivons.

Dans le peinture, on retrouve ce reflet identique avec les natures mortes par exemple…

Effectivement, on ne peut nier la qualité d’un rendu d’un paysage ou de fruits sur un plateau, idem pour les portraits, mais pourquoi peindre ce que nous pouvons voir de nous même. La peinture comme toute autre œuvre d’art, a la vocation de susciter une émotion, la réalité n’est pas nécessairement porteuse d’émotion, elle est crue comme une lumière blanche sous laquelle, il n’y a aucun reflet par manque d’ombre. La réalité en tant que telle, existe en dehors de nous et n’a pas besoin de nous pour exister. Seules comptent les vérités que nous appréhendons et qui forgent ou renforcent, notre perception de la réalité. Ces vérités-là, alimentent le lien qui nous unit à la réalité et créent une dépendance nostalgique vis à vis d’elle.

Le confinement un retour sur soi ?

Le confinement a été l’occasion d’un voyage intérieur, au-delà de notre ressenti. La question serait alors celle du rendu de ce voyage intérieur : comment décrire et partager au plus juste une expérience purement personnelle ? Et bien, c’est là qu’intervient la fiction. La fiction défie la réalité : elle l’augmente, la diminue, la rend dramatique ou joyeuse, la transforme, la déforme pour mieux la défendre. La fiction est nécessaire pour peindre les nuances, les ombres et les projections.

Réalité contre mensonge ?

Le mensonge est nécessaire à la fiction car la fiction permet d’élargir la narration, ne pas la réduire aux simples bornes de l’Histoire. Pour parler de la réalité, rien ne vaut finalement la travestir. Au fond, Stendhal avait raison :  » Tout œuvre d’art est un beau mensonge ! »

On vous retrouve bientôt pour une nouveau « mensonge » fictionnel ?

Oui, on se retrouve à la rentrée avec les éditions Vibrations pour la sortie de « Boutique Hôtel » : l’histoire d’un trentenaire partant en vacances sur une île pour échapper au mariage de son ex. Il en profite pour observer les couples autour de lui et va se lier d’amitié avec une vieille îlienne qui, dit-on sur le port- aurait assassiné avec son mari, un prétendant. Il va mener sa petite enquête quand débarque son ex pour son voyage de noce. C’est plein de tendresse, d’humour et de questionnement sur ce que nous sommes en dehors de notre couple et de nos habitudes qui forgent notre personnalité

http://taotesqui.over-blog.com/

Éditions Vibrations : https://www.vibration-editions.com/

207 – Portrait du jour : Christian Dorsan, un romancier sensible, attaché à la quête identitaire et à sa région…


Vous aimerez aussi...