355 – Stéphane Oks, « un peu touche à tout , un peu imposteur. »

 

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des peines  développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour notre 355ème Portrait du jour – Criminocorpus nous recevons avec infiniment de plaisir Stéphane Oks  qui publie Lacrima Corsica chez notre ami l’éditeur https://www.editionslajouanie.

Bienvenue Stéphane sur le blog des “aficionados du crime”. Ph. P

______________________________________________________________________________________________________________________________________________

Pour le carnet Criminocorpus, Stéphane Oks

« Né en 60, cela fera 60 ans cet été.

Une trajectoire un peu en zig-zag, un peu touche à tout , un peu imposteur. J’ai vécu et travaillé en France, en Afrique du Nord, en Océanie, en France, en Océanie, en France, en Asie et puis en France. Ma mère m’ayant à mon insu inscrit dans une faculté de Médecine pendant un voyage (enfant je voulais être vétérinaire à la campagne, jeune homme navigateur solitaire ou à la rigueur scénariste à Hollywood). Je finançais mes études en faisant le jardinier, ouvrier archéologue, moniteur de voile puis de plongée. J’écrivais. Je me suis retrouvé médecin puis chirurgien. Mes manuscrits étaient inexorablement refusés par toutes les grandes maisons, et je savais pourquoi : même s’ils contenaient « quelque chose » ils étaient mauvais. La médecine et la chirurgie présentent de bien bons avantages : une position sociale, une rémunération, des rencontres aussi diverses qu’inattendues, la facilité à exercer partout dans le monde en étant le bienvenu, le gout du sang, la culture de l’audace. J’ai été chirurgien à Grenoble, psychiatre à Tahiti, gynécologue un peu partout, médecin légiste de nouveau à Tahiti. Mes manuscrits, quoiqu’en progrès étaient tout aussi refusés. C’est à ce moment qu’est survenu le déconfinement du piège dans lequel je m’étais auto-coincé, la norme : j’ai compris qu’installé dans une vie bourgeoise à Montpellier, accommodé du fait que je ne serai jamais publié, il était temps d’écrire le livre qui me faisait envie, l’histoire d’un jeune fille prise en otage par un commando terroriste qui tente de survivre en séduisant leur chef (L’enfant dans la neige avec un cartable et un fusil, TOUCAN). Petit succès dans une petite maison. Après avoir raconté dans Couscous Mécanique (à paraitre) la douloureuse partition de la France à travers l’affrontement de deux leaders charismatiques, l’Emir qui l’organise et Ridafrans qui la combat, j’ai fait le portrait d’une Corse mortifère dans Lacrima Corsica (Jean-Charle LAJOUANIE) qui raconte les deux batailles simultanées d’un bandit redoutable, éliminer une bande rivale qui a juré sa destruction et reconquérir sa femme qui le trompe. De déconfinement en reconfinement, le livre est sorti deux jours avant la fermeture des librairies. Heureusement, elles rouvrent…

Je travaille en ce moment sur la narration d’un fait divers aussi invraisemblable qu’authentique : la rencontre délétère et la collaboration mortelle entre un braqueur de banques et un tueur en série, le tout sur fond de revisitation des années 80.

Pourquoi le polar ? Tous les sentiments (haine, vengeance, avidité, cruauté, violence mais aussi amour, loyauté, honneur, amitié) font d’emblée partie du contrat passé avec le lecteur. Tout est immédiatement possible. Dans le polar, on peut (on doit ?) sacrifier les personnages attachants. C’est la source du suspense.

Mais dans un « format » non français : point de cadavre découvert atrocement mutilé, point de commissaire plus ou moins alcoolique et plus ou moins divorcé, point d’enquête le ramenant à son passé, ses fantômes. J’écris « caméra à l’épaule », sans ménagement. Je dis ce que je vois, ce qui se passe « en direct ». Peu de description, des dialogues réalistes, les événements s’enchainent et construisent la mécanique destructrice. La psychologie des personnages est perçue à travers leurs comportements et non par mes considérations. Moins, c’est plus.

La seule règle à respecter dans le polar : donner au lecteur l’espoir que les personnages positifs vont s’en sortir, tout en le persuadant que non.

Les maitres du genre : Ellroy, Ellory, Winslow, Willocks.

https://www.editionsdutoucan.fr/livres/fictions/lenfant-neige-cartable-fusil#.XtSukTozaUk

https://www.editionslajouanie.com/lacrima-corsica-de-stephane-oks.html

__________________________________________________________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet Criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson, membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville, directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

Directeur du CLAMOR, Marc Renneville est historien des sciences spécialisé sur les savoirs du crime et du criminel, directeur de recherche au CNRS.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS

Relecture et mise en page Ph. P et S.P.


Vous aimerez aussi...