Bohémiens condamnés aux galères à l’époque du Roi-Soleil (1677 à 1715)

Aquarelle, encre brune, plume, rehauts d’argent et d’or. Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques.

Sous le règne de Louis XIV, les esclaves qu’on appelait communément « Turcs » peuplaient les bancs des galères françaises, alors que peu d’entre eux provenaient de l’empire ottoman. Il s’agissait de pirates, marchands ou pèlerins capturés en mer ou razziés sur les côtes d’Afrique du Nord, ou encore achetés sur les marchés spécialisés à Majorque, Gênes, Livourne et surtout Malte. Conjointement aux galériens musulmans, l’état des chiourmes recensait des délinquants de droit commun, voleurs, faux-monnayeurs, auteurs de crimes de sang, crimes rustiques et forestiers, ou encore pour atteinte à l’ordre public, contrebande du sel, etc. D’autres catégories de condamnés contribuèrent à renouveler les besoins annuels en rameurs : déserteurs, protestants.

À l’instigation de Colbert et de la Chancellerie, toutes les formes de justice participèrent à l’effort militaire et pénal. Les Parlements et les différentes cours souveraines devinrent les principaux pourvoyeurs avec la justice prévôtale. La justice ne put cependant fournir une main-d’œuvre plus importante qu’après 1685, grâce à la promulgation de nouvelles lois sur la désertion et à la révocation de l’édit de Nantes. Les criminels de droit commun représentaient moins du tiers d’entre eux (31%), les déserteurs près de la moitié (45%), auxquels s’ajoutaient 16% de faux sauniers, 4% de forçats pour la foi réformée et 4% de condamnés « sans dire pourquoy ». Au sein de la catégorie de droit commun, l’effectif regroupant les Tsiganes, ceux qu’on nommait alors « Égyptiens » et « Bohémiens » (parce qu’ils avaient traversé la Bohême, et poursuivi leur voyage munis des lettres de protection de l’empereur Sigismond), avec les vagabonds et les mendiants, atteignait le nombre de 698 condamnés entre 1680 et 17154, puis 1 323 condamnés entre 1716 et 1748, année qui mit fin à l’existence des galères de France. Les Bohémiens n’ont pas été condamnés et conduits à Marseille, siège des galères, uniquement en raison de certains délits commis, mais aussi vu la manière de vivre adoptée par les familles (nomadisme), de s’habiller (vêtements multicolores rayés en diagonale), du seul fait qu’ils sont « Bohèmes ». Autrement dit, à cause de leur différence socioculturelle, malgré l’attirance et l’hospitalité dont ils pouvaient bénéficier dans la société d’Ancien Régime, en particulier grâce à la protection de familles seigneuriales. Selon le jugement d’Arnoul, premier intendant général des galères, le voyage des forçats jusqu’à Marseille constituait la plus rude peine des condamnés(…)

Lire la suite de l’article de Emmanuel Filhol sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...