Table ronde Émile Tizané – Un gendarme sur les territoires de la hantise

Dans le cadre de l’exposition « Dessiner l’Invisible », la Fondation Mindscape présente :

LUNDI 4 NOVEMBRE 2015 – 18H30

Chapelle du Calvaire / Église Saint Roch
– Entrée libre –

TABLE RONDE
————————-
ARCHIVES PRIVÉES ÉMILE TIZANÉ – UN GENDARME SUR LES TERRITOIRES DE LA HANTISE

Modérateur : Nicolas Chevassus-au-Louis (Mediapart)

avec :
– Ida Grinspan, écrivain.
– Luce Lebart, historienne de la photographie judiciaire
– Stéphanie Sauget, historienne des maisons hantées
– Renaud Evrard, psychologue clinicien, spécialiste de la hantise chez les adolescents.
– Jean-François Nativité, historien de la gendarmerie
– Emmanuel Chevet, historien de la gendarmerie
– Philippe Baudouin, responsable des archives privées d’Émile Tizané pour l’exposition « Dessiner l’Invisible ».

Émile Tizané - Un gendarme sur les territoires de la hantise

Émile Tizané – Un gendarme sur les territoires de la hantise

Aujourd’hui oublié, Émile Tizané fut sans doute le plus grand expert français en matière de poltergeist. Infatigable enquêteur, cet officier de gendarmerie sillonna les routes de France entre 1930 et 1954 pour mener officieusement des investigations sur près de 200 cas de maisons hantées. Il publia au moment de sa retraite plusieurs ouvrages, dont Jean Cocteau fit l’éloge dans son Journal d’un inconnu en 1953. Ses dossiers personnels (notes, photographies, fiches, cartographies) sont montrés pour la première fois au public dans le cadre de l’exposition « Dessiner l’Invisible ».

Durant la période de l’Occupation, le comportement de cet officier fut des plus ambiguës. Encouragé par le médecin pétainiste Alexis Carrel à publier le fruit de ses recherches, Tizané obtint en 1943 pour la seule et unique fois de sa carrière l’autorisation officielle d’enquêter à titre privé sur une affaire de maison hantée. En janvier 1944, il ordonna l’arrestation d’Ida Grinspan, une jeune fille juive alors âgée de quatorze ans, qui fut par la suite déportée à Auschwitz. Quelques mois plus tard, contre toute attente, il fit prisonnier cinq soldats allemands qu’il livra aux Forces françaises de l’intérieur. Ses actes alors jugés « courageux » par ses supérieurs lui valurent les félicitations de sa hiérarchie et même l’obtention de la Médaille commémorative de la guerre 1939-1945.


Vous aimerez aussi...