362 – Anne-Charlotte Laugier, journaliste, blogueuse, théâtreuse et … romancière

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des peines  développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour notre 362ème Portrait du jour – Criminocorpus nous recevons avec infiniment de plaisir Anne-Charlotte Laugier

« Anne-Charlotte Laugier,  journaliste, blogueuse, théâtreuse et dans quelques jours, romancière. Elle publie « Journal d’une Pétase au volant »  chez Ramsay, ce lundi 15 Juin 2020. Passée du portrait d’artistes à l’univers automobile, elle télétravaille depuis 15 ans et voyage pour tester les nouveaux modèles automobiles et parfois les vélos.

Monologue

Après tout ce qu’on a traversé, les lecteurs méritent de rire. Alors j’ai pris du colorant rose dans un monde gris. Et j’ai mis en scène une Pétasse au volant qui se la pète, au détriment des autres évidemment. Pourquoi au volant ?

Parce que les bagnoles, ça reste un truc de mecs. Et ma Pétasse adore rivaliser avec les hommes et leur en remontrer. Elle sait se servir d’un volant et piloter. Garer une auto en une minute chrono mieux qu’ils ne le feraient. Et lorsqu’elle se passe du rouge à lèvres au feu rouge, les garçons bichent…

Dans la littérature, les filles sont toujours maudites et finissent mal quand elles s’achètent trop de vêtements, veulent trop plaire et ont des amants. Dans mon roman, tout se passe bien pour elle. Pas de malédiction. Elle peut dire oui, puis non, puis viens, puis va-t-en. Bien sûr, la Pétasse a ses failles. Elle mène aussi une vie ordinaire voire triviale, truffée de nids de poule mais qu’elle contourne avec entrain. Ma pétasse ? C’est une emmerderesse comme on en fait plus, ou comme on rêverait d’être pour arrêter de se faire marcher sur les talons. Une nana qui dit tout haut ce qu’on pense tout bas ou qu’on n’ose même pas penser. Elle est d’un narcissisme incroyable et elle tombe parfois sans vergogne dans les extrêmes. C’est une femme qui compense son mal être en nous faisant éclater de rire aux moments dramatiques. Auto-dérision, sadisme, ironie mordante, réponses sarcastiques, humour noir… Cette sorte de Muse moderne sexy que l’on a envie de gifler et de prendre dans les bras en même temps à chaque page, a retourné ma plume et m’a permis d’explorer toutes les variantes du rire. Grâce à elle, j’envisage aussi la « littérature » comme une offrande, comme un habillage pour surmonter la vie. Parce que le rire peut être instructif. Parce que je ne suis pas un artiste maudit. Parce que je me fiche des codes du féminisme et elle aussi. Parce que l’important, c’est de ne pas d’être emmerdant quand on écrit. J’ai laissé aller le verbe avec entrain et joie, de manière décomplexée face à la grammaire et à ma vision des femmes, mais aussi d’autres thèmes plus inattendus comme le handicap. A vous de retirer la substantifique moelle de ma Pétasse, née pour vous divertir et mettre de la couleur dans vos vies. Mais celui qui fait le livre, c’est le lecteur. Et un bon lecteur est plus perspicace qu’un bon auteur.

Rendez-vous le lundi 15 Juin dans toutes les librairies. »

 

 

Mais pourquoi une pétasse au volant serait plus pétasse qu’une pétasse à pied?? Parce qu’une voiture protège de tout : des autres pétasses encore plus pétasses, des hommes à petit cerveau et grosse auto, des flicaillons tatillons et des passants envahissants. Dans son cocon, la pétasse est enfin elle-même, libérée des turpitudes, c’est du moins ce qu’elle s’imagine. Chanteuse à tue-tête (souvent), romantique (un peu), vulgaire (parfois), maman (quand il faut) et mécano (le moins souvent possible), elle vit sa voiture et la transforme selon son humeur et sa météo personnelle. Tour à tour salon de coiffure, alcôve amoureuse, salle de concert, bureau ou bistrot avec les copines, son auto est le décor de sa vie et de ce roman qui aborde, sur un ton humoristique, des problèmes qui vont bien au-delà de l’anecdote.

______________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet Criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson, membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville, directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

Directeur du CLAMOR, Marc Renneville est historien des sciences spécialisé sur les savoirs du crime et du criminel, directeur de recherche au CNRS…

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS

Relecture et mise en page Ph. P et S.P.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search