« La mémoire du temps de Frank Leduc »

« Je me souviens. Pourtant j’ai résisté. Du mieux que j’ai pu. Mais la barre était trop haute. Quand j’ai reçu ‘’La Mémoire du temps’’ de Frank Leduc Perso, un jour où le confinement touchait à sa fin, je me suis tenu à distance respectable de l’ouvrage avec deux choix qui s’offraient à moi. Soit j’interrompais tout ce que j’étais en train de faire et me jetais goulûment sur ce livre tant attendu. Soit je faisais durer le plaisir en programmant des temps de lecture réguliers. Juste pour ne pas le terminer trop rapidement et me retrouver dans le même état qu’après la lecture de ses deux autres romans, le Chainon manquant et Cléa. Je me trouvais donc devant cette interrogation existentielle. Que faire ? Je pris la décision de faire hurler le plaisir. Lire un Frank Leduc c’est comme prendre sa dose de drogue. On est impatient de consommer mais une fois la satisfaction assouvie, le manque déstabilise. Quel bouquin pourra prendre la relève après celui-ci ? Terrible à dire pour les autres auteurs mais autant l’avouer, la leducomania est ma nouvelle addiction. J’ai consulté d’éminents spécialistes pour comprendre le phénomène mais beaucoup d’entre eux étaient également atteints du même syndrome. La chaine de transmission ne pouvait être qu’inévitable. Je me résolus donc à entamer ‘’La Mémoire du temps’’ en fragmentant sa lecture. Parce que c’est trop bien de se dire que lorsqu’on pose le bouquin, il en reste encore à lire. C’est comme un gamin devant une religieuse en vitrine ou devant M. Bappé au Parc des Princes bien que chacun des deux nous renvoie un son de cloche différent. Pour l’une, on la suit à l’aube, pour l’autre, à vouloir le suivre, on est toujours pris de vitesse. Et moi j’étais comme un gamin devant le bouquin de Frank Leduc car je savais qu’il allait me faire planer.

Je me souviens encore de mes rencontres avec ses précédents personnages. L’envoutante scientifique Shana, à faire retourner un T-rex dans les strates du permafrost paléolithique, et la mystérieuse prophète romaine Cléa qui faisait tourner la tête à plus d’un saint dans les arcanes du Vatican. Voilà qu’à présent je suis hypnotisé par une hübsches Mädchen *( *jolie fille) qui nous entraine dans un voyage particulièrement mouvementé avec en toile de fond un événement historique et tragique qui aura marqué les esprits à son époque. Marquer les esprits, c’est justement le sujet principal du roman de Frank où comment un traumatisme peut se transmettre à des générations qui ne l’ont pas vécu.

Frank Leduc, comme tout bon joueur de poker qui se respecte, n’a pas la mémoire qui flanche et nous livre ici une histoire haletante, parfois oppressante, mettant la transmission généalogique au coeur du débat. Mon fils, dont le baccalauréat lui a été généreusement octroyé par l’éducation Nationale, s’étonnait même de mon assiduité devant ce livre qu’il avait sous les yeux sans pour autant plonger le nez dedans. Je lui démontrai que ‘’La mémoire du temps’’ n’était pas le sujet de philo sur lequel les Terminales ES devaient plancher cette année, mais, à n’en pas douter, un livre qui restera dans les annales. J’en suis sûr, un jour, on finira par l’appeler professeur Frank, car outre une histoire minutieusement racontée avec tout le suspens propre au style de son auteur, ce troisième opus délivre son lot de connaissances tant en histoire qu’en sciences cognitives. Et il n’est pas impossible que la célèbre collection des ‘’Que sais je’’ publiée par les Presses Universitaires de France ne le fasse intervenir en tant qu’expert sur un sujet didactique. Qui sait ?

J’ai résisté à ne pas le lire d’une traite. En vain. Je connaissais la passion de l’auteur pour le vin et le foot mais de là à imaginer qu’il m’emmène faire un tour de ballon aussi bouleversant, il n’y a qu’un saut que je ne m’apprêtais pas à franchir. Ce que j’apprécie chez Frank Leduc, c’est sa façon de nous faire prendre de la hauteur avec, à chaque fois, des histoires riches en questionnements et qui nous interpellent sur notre propre nature. Et ça fait un bien fou aux neurones. Quel que soit le roman que l’on commence, on en ressort plus cultivé, plus érudit. Moins bête même si l’homme est un loup pour l’homme. Avec La mémoire du temps, l’auteur appose définitivement son sceau sur l’univers du thriller en mêlant réflexions et intrigue, connaissances et rebondissements ce qui rend la lecture des plus captivantes. Ne m’en voulez pas de ne pas vous raconter l’histoire mais la quatrième de couverture la résume parfaitement en nous mettant suffisamment l’eau à la bouche pour aller s’enquérir de sa source.

Mon ressenti sur ce roman ? Je vais éviter les qualificatifs dithyrambiques 💪(super, mega génial, truc de ouf), les exclamations de groupies (Fraaaaaannnk), les likes de circonstance👍, les smileys avec des coeurs et des flonflons💕, les phrases minimalistes du genre ‘’j’adore’’ ou ‘’encore’’, les félicitations solennelles et les bravos trop pompeux, les applauses inconditionnels👏 et les waouh 😲! à la mode de chez nous. Rien de tout cela. Juste un merci. Aussi énorme qu’un Zeppelin dans le ciel. Aussi pur que le plaisir que j’ai eu à te lire Frank. Aussi précieux que ta dédicace qui restera dans ma mémoire épisodique. Je souhaite à ta ‘’Mémoire du temps’’ un bon vol sans jamais d’atterrissage. Ou si atterrissage il y a, qu’il soit tout en douceur, à l’image de tes héroïnes Alice et Lisa. Tu vois, l’héroïne, on y revient toujours.👈 » Er Gé

La transmission intergénérationnelle. Que porte-t-on en nous de ceux qui nous ont précédés ? Parents, grands-parents, voir plus loin ? Est-ce qu’au-delà des critères génétiques, nous héritons également à la naissance d’une mémoire familiale ancestrale dont nous ne sommes pas conscients ? Des traumatismes du passé, ou des moments plus heureux, qui peuvent influencer qui nous sommes, et se révéler brutalement à l’occasion d’un événement exceptionnel. C’est le point de départ d’une intrigue hors du commun qui vous poussera très loin dans votre propre mémoire.

****

Alice, est une brillante critique gastronomique, coqueluche des noceurs parisiens, mariée à un écrivain célèbre et mère de famille épanouie à qui tout semble sourire. Jusqu’au jour où, sans raison apparente, son corps commence à montrer des stigmates d’automutilation. Aucun médecin, psychiatre ou marabout n’arrive à la soigner ni même à identifier la cause de ces symptômes spectaculaires.

Grace à l’éditeur de son mari, elle est mise en relation avec le professeur François Strootman, un neuropsychiatre international aux méthodes parfois expéditives, qui espère parvenir sans mal là ou ses confrères ont échoués. À savoir, débusquer l’origine psychotique du mal dont elle souffre.

Lors d’une première séance de psychanalyse sous hypnose, Alice est victime d’un effroyable cauchemar aussi rapide qu’inattendu. Elle semble revivre le calvaire d’une adolescente allemande, Lisa, disparue dans des conditions mystérieuses 80 ans plus tôt, dans une Allemagne sur le point de basculer dans la Seconde Guerre mondiale.

Qui est cette mystérieuse Lisa ? Alice n’en a aucune idée. Personne dans sa généalogie où sa mémoire ne correspond à cette description. Alors, est-elle réelle ou imaginaire ? Le professeur Strootman pense à une projection somatique d’une cause bien réelle mais dissimulée par le subconscient d’Alice.

La mémoire du temps – Frank Leduc. Par l’auteur du Chaînon manquant (Grand Prix Femme Actuelle 2018) et Cléa (Sélection Prix Découverte des Mines noires). Les Nouveaux Auteurs 2 et Prisma-Média. Sortie le 26 mars 2020.

205 bis – Portrait du jour : Frank Leduc « La mémoire du Temps » pour le plaisir des lecteurs de Criminocorpus


Vous aimerez aussi...