Les lettres d’une enfant : Louise Pikovsky, déportée à l’âge de 17 ans

Cette photographie a été prise lors d’un goûter organisé par les élèves à Janson-de-Sailly pendant la guerre. Louise est au premier plan à droite, Madeleine Rivère est au fond derrière elle.• Crédits : Stéphanie Trouillard / France 24

Ce matin, dernier volet de notre série consacrée aux écrits intimes avec une étrange correspondance, une correspondance oubliée, dont la mémoire resurgit aujourd’hui grâce à la découverte de lettres écrites par une jeune fille, Louise Pikovsky, durant la Seconde Guerre mondiale.

Il n’y a pas si longtemps, il était impensable d’effectuer ses études sans apprendre le latin et le grec, un passage essentiel pour comprendre notre langue, le français, et pour structurer notre pensée. Sans ces langues anciennes, qui en réalité ne sont pas mortes, les études étaient considérées incomplètes et nous ne dirons jamais assez combien le latin et le grec sont, à l’école, des matières nécessaires. C’était évidemment le cas dans les années 1940, quand Madame Malingrey enseignaient ces langues au lycée Jean de La Fontaine, dans le 16e arrondissement de Paris. Ses élèves l’appréciaient, au moins l’une d’entre elle, la petite Louise, une gamine brillante. En janvier 1944, Madame Malingrey reçut un paquet accompagné d’un petit mot …

Pour écouter le document sonore sur le site de l’émission :

LE COURS DE L’HISTOIRE
LE 11/06/2020

LE COURS DE L’HISTOIRE par Xavier Mauduit et Amélie Perrot


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.