Les corps habillés au Togo. Genèse coloniale des métiers de police

Les corps habillés au Togo. Genèse coloniale des métiers de police

Les corps habillés au Togo. Genèse coloniale des métiers de police

Parution 14 janvier 2015 Enseignant l’histoire de l’Afrique à l’Université Humboldt de Berlin, spécialiste de la colonisation allemande et française en Afrique de l’Ouest, Joël Glasman retrace dans les 328 pages de cet ouvrage l’histoire des métiers de l’ordre au Togo, des “corps habillés” (comme l’on disait alors en parlant des policiers, soldats, gendarmes, gardes..), depuis la toute première troupe de police de l’époque allemande jusqu’aux compagnies d’infanterie togolaise post-indépendance, en passant par les tirailleurs, garde-cercle et policiers de l’époque française.

Ces hommes, qui constituent plus du tiers des employés de l’État, étaient au centre des relations entre administrateurs coloniaux et populations locales. L’analyse de ce “capital martial” dans la stratégie de la puissance coloniale, l’étude des pratiques et des attentes de ces corps, la mise en exergue des tâtonnements, des hésitations et des conflits jalonnant ce champ professionnel, permettent, entre autres choses, de saisir toute l’importance de ce corps de métier dans la construction historique des États africains contemporains.

Les corps habillés au Togo. Genèse coloniale des métiers de police, par Joël Glasman, Paris, Karthala, collection “Les Afriques”, janvier 2015