Faut-il abolir la police? La question fait débat aux États-Unis

À Washington, «Cessez de financer la police» s’étale en lettres jaunes dans une rue menant à la Maison-Blanche, le 8 juin 2020. | Tasos Katopodis / Getty Images North America / AFP

Dans le sillage des rassemblements après le meurtre de George Floyd, le mouvement abolitionniste gagne du terrain.

Depuis le décès de George Floyd le 25 mai à Minneapolis, les protestations contre les violences policières aux États-Unis ont pris une ampleur historique. Elles secouent le pays et trouvent un écho dans le monde entier, comme en France, où la manifestation du 2 juin à l’appel du comité La Vérité pour Adama Traoré, ce jeune homme mort en 2016 après une interpellation par les gendarmes, a connu une affluence sans précédent.

Les manifestations aux États-Unis, qui dénonçaient initialement le caractère violent et raciste des forces de l’ordre, ont fait émerger un large mouvement en faveur de la réduction des budgets et du champ d’action de la police…

Gwenola RicordeauJoël Charbit et Shaïn Morisse — 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.