367 – Jacques Jung, l’auteur du polar « Sortie de route en Creuse »

 

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des peines  développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour notre 367ème Portrait du jour – Criminocorpus nous recevons avec infiniment de plaisir l’auteur de polars chez Geste Edition Jacques Jung.

Jacques Jung est retraité d’une carrière dans la fonction publique au service de la défense du consommateur, il a également exercé les activités de correspondant de presse et de chroniqueur radio. L’auteur a déjà publié un roman historique « La Brême d’Or » sur l’histoire tourmentée d’une famille en Moselle. Ce roman figurait dans la première sélection du Goncourt lorrain 2013 (prix Erckmann-Chatrian). Il vit à Saint-Gély-du-Fesc (34).

Bienvenue Jacques sur le blog des “aficionados du crime”. Ph. P

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________

Portait de Jacques Jung auteur de polars creusois.

Jusqu’à la retraite, rien dans le parcours de Jacques Jung ne laissait présager qu’il deviendrait un jour un auteur de polars.

Mais commençons par le début.

Il est né au milieu du siècle dernier à Moyeuvre-Grande, une petite ville de Lorraine en plein cœur du bassin sidérurgique, une région dont il n’a conservé aucun souvenir et pour cause, la famille l’a quittée alors qu’il n’avait que trois ans. Devenu chef de bureau, son père supportait mal la sédentarité et la hiérarchie, après avoir longtemps bourlingué en Afrique il avait rejoint la France Libre dès juin 40 à Londres puis la 2ème DB.

Le changement de vie s’est fait à Chénérailles, un village creusois proche d’Aubusson où les parents de Jacques Jung se sont installés pour exploiter un hôtel restaurant. Le futur écrivain y passera son enfance et il répète souvent que ses racines se trouvent en Creuse, là où sont restés ses souvenirs : « Lorsqu’un média dit ou écrit que je suis né en Creuse, je ne corrige pas, même si ce n’est pas tout à fait exact » souligne-t-il.

Fils unique, la solitude lui convenait, la compagnie des copains l’ennuyait généralement. La vie était tellement palpitante pour un enfant dans cet hôtel de Chénérailles ! Une grande salle de danse avec des bals tous les samedis, deux foires mensuelles qui se tenaient juste devant, des clients aux personnalités hautes en couleur et un père surnommé par tous Jean Gabin à juste titre tant la ressemblance physique et de comportement avec l’acteur dans ses films était grande. De cet environnement naîtront des anecdotes à la pelle, à une époque d’insouciance portées par les années 60. Voilà qui, des décennies plus tard, nourriront l’imagination du futur écrivain.

L’école ne le passionnait pas, le jeune garçon travaillait le minimum pour passer et ne pas décevoir ses parents.

Eux, plaçaient de grandes ambitions, le voyaient médecin, un projet vite abandonné, leur fils ne supportait pas la vue du sang.

Jacques Jung se réveilla pour le baccalauréat puis à la faculté davantage par crainte du lendemain que par goût des études, le chômage des années 70 avait mit fin à l’enthousiasme des trente glorieuses.

La vie universitaire à Clermont-Ferrand lui a quand même plu, sa mère exerçait la fonction de traductrice d’Allemand chez Michelin. Il ne suivit pas d’études littéraires, la voie royale pour tout écrivain, il termina avec une maîtrise de sciences économiques en poche.

Avec ce diplôme, beaucoup entraient à la banque, dans des assurances en quête de carrières prometteuses avec enrichissement en perspective. Jacques Jung se tourna dans une autre direction, il tenta avec succès le concours de la Répression des Fraudes. Pourquoi ? Il répond simplement à cette question « parce que cette administration œuvre pour la défense du consommateur, un rôle social important pour moi, protéger le pot de terre contre le pot de fer ».

Ce n’est qu’à la cinquantaine que le stylo commença à le démanger. Il prit sa retraite dès qu’il put et débuta une activité de correspondant de presse dans un journal local. Ce fut une rupture nette avec l’administration, une autre vie s’ouvrait, ponctuée de rencontres et d’échanges. « J’étais passionné, au fil des reportages je découvrais de gens que je ne côtoyais pas avant, des milieux qui m’étaient étrangers jusqu’alors. J’ai apprécié l’accueil des journalistes et le travail en leur compagnie ».

Parallèlement, il devint chroniqueur bénévole sur RCF Vivarais, chargé des questions de consommation avec une chronique hebdomadaire et une émission mensuelle avec un ou plusieurs invités. « Je voulais faire de la radio et la consommation me semblait être le domaine où je pouvais faire bénéficier de quelques compétences et il y avait une réelle demande des auditeurs ».

C’est à cette époque qu’est née l’idée d’écrire son premier roman « La Brême d’Or ». Il relate la vie d’une famille en Moselle pendant trois générations entre 1971 et 1947, cette région comme l’Alsace a changé quatre fois de nationalité durant cette période.

Carnet Criminocorpus : Je ne comprends pas, votre enfance se passe en Creuse, vous dites n’avoir aucun souvenir en Moselle et c’est sur la Moselle que vous décidez d’écrire.

Jacques Jung : Je revendique pleinement cette ambivalence. D’abord, ma volonté d’écrire m’est venue de l’intérêt que les lecteurs portaient sur mes articles de correspondant de presse, j’avais réussi à faire progresser le niveau des ventes de mon journal dans mon secteur. Mais rapidement, je me suis rendu compte que le style journalistique n’avait rien à voir avec le roman. Plusieurs années me seront nécessaires pour arriver au bout de ce premier livre. Pour répondre à votre question, il est vrai que l’histoire des annexions de la Moselle n’est pas la mienne, mais celle de ma famille. J’ai cherché à faire en sorte que les témoignages de mes parents et grands-parents sur ces évènements fous ne tombent pas dans l’oubli.

Criminocorpus : La Brême d’Or il y a un rapport avec le poisson ?

Jacques Jung : Non, c’est le nom de la frontière entre Forbach et Sarrebruck là où tout a commencé en 1870 et où tout a fini en mars 1945. Ce livre figurait dans la première sélection du Goncourt lorrain appelé prix Erckman Chatrian. Pour l’éditer, je m’étais perdu dans le maquis des éditeurs et je l’ai publié à compte d’auteur. Il a été bien accueilli par les lecteurs amateurs d’histoire sur cette période.

Criminocorpus : Vous avez totalement changé de genre, vous êtes passé au polar en Creuse. Pourquoi ?

Jacques Jung : La Lorraine n’est pas mon histoire mais celle de mes aïeux, j’ai voulu me pencher sur ce que je connaissais bien, la Creuse dans les années 60/70. L’objectif est de présenter ce département pour le faire connaître. Je travaille sur des polars du terroir avec chaque fois un fait de société ou un fait historique en toile de fond. L’un des moyens le plus efficace pour toucher un large public est le polar.

Criminocorpus : Maintenant vous êtes publié aux éditions La Geste.

Jacques Jung : Oui, mon expérience de la Brême d’Or m’a servi de leçon, j’ai frappé aux bonnes portes avec trois réponses positives pour mon premier manuscrit, j’ai choisi La Geste pour sa bonne implantation dans le Limousin.

Criminocorpus : Vos polars sont tous localisés dans le Limousin ?

Jacques Jung : Je dois apporter une précision, ils sont tous localisés en Creuse, même si la Creuse se trouve en Limousin, je tiens à cette nuance, je ne suis pas un auteur de polars du Limousin mais un auteur de polars Creusois.

Ce sont des enquêtes à l’ancienne, sans violence, mon enfance a été bercée par la série TV « Les 5 dernières minutes » avec l’inspecteur Bourrel interprété par Raymond Souplex.

Ainsi, dans mes livres, les policiers travaillent avec les techniques de l’époque, pour leurs recherches, ils ne disposent donc pas des recherches ADN, ni des portables pour tracer les déplacements, ni des caméras.

Criminocorpus : Parlez-nous du prochain, il sort quand ?

Jacques Jung : la publication est prévue mi-juillet, la date n’a pas changé malgré la crise sanitaire. « L’ombre d’un corbeau plane sur Guéret », l’affaire se déroule en 1975 on y retrouve le principal Diégo Castellon et l’inspectrice Martine Malicette en prise avec une disparition qui les conduira sur un réseau d’arnaques de pianos neufs et des trafics de tableau. Au cours de leurs investigations, les policiers seront amenés à rouvrir une page de l’histoire industrielle de la Creuse, celle des anciennes mines d’or.

Précédentes publications :

« Vengeances en Creuse » en 2016 : Une enquête qui revient sur la vie à la campagne dans les années 60, une époque où beaucoup d’agriculteurs se déplaçaient encore en carriole à cheval, où les bœufs labouraient etc. En toile de fond, l’affaire des enfants réunionnais déracinés à cette époque dont beaucoup ont été envoyés en Creuse.

« Le Cordonnier d’Aubusson » en 2017 : Une enquête menée avec en arrière plan les années pompidoliennes et le combat féministe avant le droit à l’avortement.

« Un P’tit coin tranquille en Creuse » en 2018 : L’étang des Landes, une réserve naturelle gérée par le département de la Creuse est unique par la diversité de sa faune et de sa flore. Il sert de cadre dans l’énigme qui côtoie la Thalidomide, le premier scandale de médicament d’après guerre. Les femmes enceintes soignées pour des nausées donnèrent naissance à des enfants souffrant de malformations graves aux bras.

« Sortie de route en Creuse » en 2019 : Un garagiste constate une anomalie sur les freins d’une Peugeot 304 retrouvée au fond d’un ravin au bord d’une descente sinueuse, le chauffeur avait été tué sur le coup. Les investigations vont conduire les deux policiers au château de Chaumont en Creuse, un bâtiment en ruine aujourd’hui mais qui a servi de refuge à des enfants juifs pendant la seconde guerre mondiale. L’humoriste Popeck qui y a été caché, a accepté de porter son témoignage.

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________

________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet Criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson, membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP et l’A.P La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville, directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

Directeur du CLAMOR, Marc Renneville est historien des sciences spécialisé sur les savoirs du crime et du criminel, directeur de recherche au CNRS.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS

Relecture et mise en page Ph. P et S.P.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.