L’affaire Cadorin, le mystère du taxi sanglant

Fonds Petit Parisien, Criminocorpus/ENAP-CHRCP. En médaillon, la victime Louis Cadorin. Photomontage retouché et recadré.

Dans l’entre-deux-guerres, les assassinats de chauffeurs de taxi par arme à feu sont extrêmement courants. Chauffeur de taxi est considéré comme un métier dangereux, à tel point que Maurice Paz, avocat au syndicat des chauffeurs, propose comme mesure préventive que les clients paraissant suspects aux chauffeurs soient tenus de déclarer leur identité au poste de police le plus proche1. Emmanuel Carr, journaliste à Détective, recense pas moins de 69 attentats contre les chauffeurs de taxi entre 1920 et 19372. L’affaire Cadorin (1928) et l’affaire Markoff (1937), du nom des victimes assassinées, font partie des affaires non résolues les plus médiatisées de l’époque. Ce billet propose de découvrir l’affaire Cadorin parmi les 1198 affaires présentées dans  la collection Petit Parisien de la bibliothèque de Criminocorpus, ainsi que les photos originales des images extraites du quotidien, issues du fonds de l’ENAP/CHRCP.

  1. Voir Détective n° 454, 8 juillet 1937, p. 11. []
  2. Voir le tableau « Principaux attentats contre les chauffeurs de taxi de 1920 à 1937 », Détective n° 454, 8 juillet 1937, p. 13. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search