Élie Ollier : dessins en prison (1940)

Élie Ollier, Carnet de dessins, 1940, p. 7, Collection Philippe Zoummeroff

Élie Ollier, Carnet de dessins, 1940, p. 7, Collection Philippe Zoummeroff

Les carnets de dessins des prisonniers sont des témoignages iconographiques précieux du patrimoine carcéral car ils nous documentent sur les conditions de détention et offrent une démonstration formelle des états psychiques de l’auteur. Ce billet propose de découvrir le carnet de dessins d’Élie Ollier, un très bel objet graphique de la collection Zoummeroff mis en ligne dans la bibliothèque de Criminocorpus. « Arrêté le 6 février, tombé le 7 février pour casse », détenu alternativement dans les prisons de Saint-Paul et Saint-Joseph à Lyon et à la Maison centrale de Riom, Élie Ollier y réalise ce carnet composé de 10 feuillets contenant 17 dessins à l’encre noire, parmi lesquels une superbe pièce illustrée intitulée « Mon Calendrier 1940 Année de malheur », avec le décompte des jours passés en prison.  Nous noterons aussi à la deuxième page du carnet la dédicace et les remerciements adressés à Jean Lacassagne, qu’il a rencontré à la prison de Saint-Joseph à Lyon.



Citer ce billet
Chloé des Courtis (2020, 24 août). Élie Ollier : dessins en prison (1940). Criminocorpus. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndng

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search