“Médée à Genève” – À propos de : Michel Porret, Le Sang des lilas. Une mère mélancolique égorge ses quatre enfants en mai 1885 à Genève, Chêne-Bourg, Georg éditeur

En 1885, à Genève, une mère de famille égorge ses quatre enfants, avant de déposer des lilas blancs sur leurs cadavres. Le crime suscite un « orage émotif » dans la ville. Pour la mère, la prison ou l’asile ?

On connaît l’attrait des médias pour le fait divers criminel, toute affaire sortant un peu de l’ordinaire, de par la nature exceptionnelle du crime ou la personnalité de son auteur, se hissant d’emblée au rang de « cause célèbre ». Depuis plusieurs décennies, les historiens relisent les archives de ces crimes d’exception, montrant qu’ils reflètent dans leur déroulement et leur traitement judiciaire et médiatique la société de leur époque, tout en proposant des approches parfois différentes.

Nous avons évoqué l’histoire « sensible » du tueur de femmes Pranzini par Frédéric Chauvaud. Vacher vient de faire l’objet d’un ouvrage monumental de Marc Renneville nous donnant à lire l’intégralité de son dossier de procédure d’assises et des écrits des criminologues sur le tueur de bergers, tout en développant une analyse, en historien, des questions soulevées par la personnalité du criminel et l’instruction judiciaire…

Par Jean-Claude Farcy , le 24 juin sur le site de La vie des idees



Citer ce billet
Philippe Poisson (2020, 1 juillet). “Médée à Genève” – À propos de : Michel Porret, Le Sang des lilas. Une mère mélancolique égorge ses quatre enfants en mai 1885 à Genève, Chêne-Bourg, Georg éditeur. Criminocorpus. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndnc

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search