ŒIL EN EVEIL – REVUE CULTURELLE – Livre : Le flambeur de la Caspienne: le détective diplomate reprend du service

 

Livre : Le flambeur de la Caspienne: le détective diplomate reprend du service

Dans notre chronique de novembre dernier nous vous avons déjà annoncé le troisième opus des aventures d’Aurel le Consul et promis d’en reparler le moment venu. C’est chose faite : l’auteur, Jean-François Ruffin et son nouveau livre Le flambeur de la Caspienne, paru en juin dernier chez Flammarion, sont sur toutes les ondes et les plateaux médiatiques. Ne boudons donc pas notre plaisir et parlons, nous aussi, comme promis, de la nouvelle enquête du aussi subtil que farfelu consul Aurel Timescu.

Il a fait sa première apparition en 2018, dans Le suspendu de Conakry-Les Enigmes d’Aurel le Consul publié par Flammarion. En poste en Guinée, notre justicier diplomate végète, souffrant de la chaleur, jusqu’au jour où il est mis face à l’assassinat d’un plaisancier, retrouvé mort, suspendu au mât de son voilier, assassinat qui menace de rester impuni.

Ce premier roman policier dans la carrière littéraire de Jean-Christophe Rufin, écrivain, médecin et diplomate, membre de l’Académie Française, fut un coup de maître : la même année il a reçu le prix Arsène Lupin de la littérature policière et a été réédité par Gallimard dans la collection Folio.

Ainsi est né un nouveau héros récurrent du polar, un consul adjoint, bien piètre diplomate, mais un excellent enquêteur. Il n’a pas d’ambition professionnelle, être placardisé ne lui déplait pas; il adore de ne rien faire, sauf boire du tokay et jouer du piano en composant des opéras. Avec son accoutrement désuet, un accent roumain, sa gaucherie et un refus obstiné des techniques du monde moderne, il ne s’intéresse qu’à une chose, passionnément : résoudre un crime inexpliqué et livrer un combat à l’injustice.

Pour sa deuxième enquête, Les trois femmes du Consul, parue l’année dernière toujours chez Flammarion, dont nous vous avons parlé à sa sortie, Jean-Christophe Rufin envoie son héros en Mozambique, à Maputo, sa capitale, pour élucider le meurtre d’un vieux Blanc expatrié, propriétaire d’un hôtel de Maputo, connu pour son caractère exécrable et son goût immodéré pour le whisky et les femmes. Il a été retrouvé mort, noyé au fond de sa piscine. Aurel va à nouveau briller par son redoutable intuition, son désir de réparer l’injustice et d’innocenter une des femmes de l’entourage de la victime, soupçonnée à tort. Quitte à frôler la crise diplomatique.

Dans le millésime 2020, Le flambeur de la Caspienne, après la Guinée et le Mozambique, notre consul se retrouve nommé, à sa grande surprise, à Bakou, la capitale de l’ancienne république soviétique de l’Azerbaïdjan. Enfin loin des tropiques dont il déteste la chaleur, il savoure le ciel plus clément de la mer caspienne et pense pouvoir y couler des jours heureux. Il craint cependant une erreur administrative. Sa crainte paraît se confirmer par l’accueil plus que glacial de l’Ambassadeur, qui est bien décidé à s’en débarrasser. Aurel trouve l’ambassade en deuil : l’épouse de l’ambassadeur vient de mourir, victime d’une chute mortelle des murailles d’une forteresse. On a conclut à un accident. Mais Aurel met en doute la thèse de l’accident se basant sur ses habituelles intuitions et troublé par une photo de Madame l’Ambassadrice dont la beauté le fascine et dont le regard douloureux semble l’appeler et lui implorer justice.

Intrigué par cette affaire, Aurel se lance dans une enquête qui s’apparente à une véritable affaire d’Etat et le plonge dans la nuit de Bakou, la mafia locale et les coulisses obscures de grands contrats internationaux.

Unissant son talent d’écrivain à la vie haute en couleurs d’un ancien ambassadeur, Jean-Christophe Rufin nous fait découvrir non seulement une nouvelle enquête de son héros au charme désuet, mais aussi, par ce truchement, le monde inconnu des diplomates, ses codes, ses secrets, et l’univers fastueux et suranné des petites ambassades du bout du monde. Le petit consul, lui, a tout d’un grand.

*****

Krystyna rédige régulièrement et officiellement une critique de littérature policière RUBRIQUE OEIL EN ÉVEIL sur le discret carnet criminocorpus.

Krystyna Kowalska : En collaboration avec Philippe Poisson, Krystyna rédige régulièrement et officiellement une critique de littérature policière RUBRIQUE OEIL EN ÉVEIL sur le discret carnet criminocorpus.

Pour en savoir plus sur Krystyna :

 https://criminocorpus.hypotheses.org/59672

Les archives de la rubrique Oeil en éveil


Vous aimerez aussi...