368 – Sandra Martineau, l’auteure de polars « au fabuleux sourire »

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des peines  développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour notre 368ème Portrait du jour – Criminocorpus nous recevons avec infiniment de plaisir l’auteure de polars au fabuleux sourire, Sandra.Martineau.

Née à Saint-Brieuc en 1978, Sandra Martineau a passé toute sa jeunesse dans ville de Saint-Brieuc. Après un bac ES, elle entame des études de droit durant lesquelles elle profite de son temps libre pour perfectionner sa passion pour la photo et réaliser deux expos. Ses études de commerce international l’amènent ensuite à Vannes. Installée dans la Sarthe depuis onze ans, elle n’en oublie pas pour autant s Bretagne natale.

Écrire n’est pas son métier, mais après avoir gagné le prix de nouvelles Louis Guilloux au lycée, elle se risque à continuer dans cette voie, d’abord en écrivant des scénarios, ensuite en les adaptant en manuscrits. Trop souvent envahie d’idées, c’est le temps qui lui manque pour écrire.

Sportive de nature, elle est aussi quelqu’un d’hyperactif, qui combine la gestion d’une entreprise, l’éducation de ses deux enfants et l’écriture.

Portrait de Sandra Martineau, auteure réalisé par notre amie la romancière Lou Vernet.

Bienvenue Sandra sur le blog des »aficionados du crime. Ph P

______________________________________________________________________

Lou Vernet, voyageuse, photographe, autodidacte et auteure de : « Surtout le pire »( LES ÉDITIONS DU LOIR).
Passionnée. Libre. Têtue. Et un peu barrée.
Sa devise : « Ne prenez pas la vie au sérieux, de toute façon vous n’en sortirez pas vivant » B. le Bovier de Fontenelle.
En 2018, elle a reçu le Prix Polar CMB pour La Toile aux alouettes et Un Trop grand silence…

(Pour commencer une présentation de l’auteure, toi en l’occurrence, à la troisième personne)

Née en 1978, Sandra Martineau passe sa jeunesse dans le Nord de la Bretagne. Toute petite, son imaginaire débordant l’emmène à plusieurs reprises sur le terrain littéraire, mais au fil des années, le dessin, la photographie, les études supérieures viennent rythmer son existence sur un ton différent. Malgré cela, l’écriture n’est jamais bien loin. Elle dépose ses valises en Sarthe en 1998 et les projets littéraires s’allongent dans sa tête avec le besoin de les coucher sur papier. Entre sa vie de famille et la gestion d’une entreprise, il lui faudra près de cinq ans, pour achever ce premier roman « Confiance aveugle » sorti en avril 2010.

Peux-tu nous décrire les étapes de ton parcours d’auteur : ce qui a déclenché ta première publication ?

Au collège, j’écrivais de petites histoires et j’ai participé à un concours d’écriture en entrant au lycée. Cette nouvelle qui a remporté le premier prix a motivé le reste de mes récits. Par la suite, j’ai écrit un scénario que j’ai envoyé à une chaîne télé. Lorsque j’ai reçu leur lettre de refus, je me suis lancée dans l’écriture de mon premier roman. Cinq ans d’écritures et une dizaine de refus plus tard, j’ai trouvé un éditeur qui a cru en mon projet et l’aventure a démarré.

Que peux-tu nous dire à propos de ton dernier roman ?

Mon dernier roman  » Même le diable a la peau douce  » (qui sortira chez City Éditions en fin d’année) est un mélange des genres, roman noir, psychologie et dark romance. Il traite de l’hyper-sensibilité, de la dépendance affective et de la manipulation des pervers narcissiques à travers l’histoire d’une jeune femme qui rencontre un être toxique. Cette thématique est un sujet qui parle beaucoup car bon nombre d’entre nous avons déjà rencontré au moins une fois ce type d’individu.

As-tu des thématiques de prédilection ?

Non, pas vraiment. J’écris au gré de mes idées et aborde des sujets complètement différents les uns des autres. Le seul élément commun à tous mes romans, c’est l’aspect psychologique. J’aime analyser l’être humain et décortiquer son comportement pour démontrer que celui-ci conditionne souvent son chemin de vie.

As-tu d’autres projets en écriture ?

De nombreux ! Sont déjà entamés les deux suites de mon thriller « Les blessures du silence », deux autres projets jeunesse et un autre Feel good (le 1er étant en lecture chez un éditeur). Ces projets sont les plus avancés, mais il y a le reste. Des débuts d’histoires qui ne demandent qu’à être developpés…

Que souhaites-tu partager avec tes lecteurs ?

Des bonnes nouvelles pour commencer : mon thriller « Dernière escale » vient de sortir en poche aux Éditions Lajouanie et mon premier roman jeunesse « Glisse ta main dans la mienne » sortira le 21 mars 2021 chez LBS Édition.

Et une petite phrase de ma composition :

J’écris, tu lis, il, elle, on corrige,

Nous partageons, vous aimez, ils ou elles critiquent.

La vie d’un livre passe par toutes ses étapes, et quel bonheur de vivre ça avec vous !

L’écriture incarne ce lien magique entre les mots et la créativité et rend intemporel le produit de l’imaginaire.

Note de fin de Lou Vernet :

Merci Sandra pour ce partage et ces joyeuses nouvelles. Philippe Poisson  et moi-même te souhaitons une pleine et entière réalisation de tous tes projets. J’invite les lecteurs à découvrir cette auteure autant par ses livres que sur les salons. N’hésitez pas à solliciter l’un de ces fabuleux sourires et vous entrerez dans son monde lumineux… Le noir elle le garde pour ses romans !

368 - Sandra Martineau, auteure de polars "au fabuleux sourire"
 
 
 
_____________________________________________________________________
 

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet Criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson, membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP et l’A.P La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville, directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS

Relecture et mise en page Ph. P et S.P.

 

Vous aimerez aussi...