New York : le meurtre de Kitty Genovese, cas d’école en psychologie

PODCAST – Le 13 mars 1964, à 3h15 du matin, elle rentre en voiture à son domicile, dans le quartier du Queens, une banlieue de New-York. Pour son malheur elle va être repérée, suivie, et poignardée sauvagement par un violeur récidiviste nécrophile.

 

A la Une de « L’heure du Crime », le « syndrome Kitty Genovese ». Kitty Genovese était une jeune serveuse de bar italo-américaine. Le 13 mars 1964, à 3h15 du matin, elle rentre en voiture à son domicile, dans le quartier du Queens, une banlieue de New-York. Pour son malheur elle va être repérée, suivie, et poignardée sauvagement par un violeur récidiviste nécrophile.

Quelques jours après l’arrestation du meurtrier, l’enquête de police révélera que le martyr de la jeune femme a duré près de 35 minutes, et que 38 habitants des immeubles voisins, réveillés par ses appels à l’aide, ont assisté au drame sans lui porter secours, et sans même appeler la police qui lui aurait certainement sauvé la vie…

Au-delà de la ville de New-York, ce drame a révolté toute l’Amérique. Tout le monde a voulu savoir qui était le plus coupable dans cette affaire incroyable. Le prédateur meurtrier entraîné par ses pulsions de mort ? Où les 38 bons citoyens américains, hommes et femmes, qui ont vu et entendu la mise à mort de la victime, bien au chaud derrière leurs fenêtres ? Tout le monde s’est demandé : qu’aurions-nous fait à leur place ? 

Pour trouver une réponse à ce moment de lâcheté collective, plusieurs universités de psychologie ont décidé d’analyser les différents paramètres de cette tragédie, et de réaliser un certain nombre d’expériences pour tenter d’obtenir une réponse scientifique. On a nommé ce qui s’est passé « le syndrome Génovese ». Et la conclusion des différentes expériences a été la suivante : lorsque l’on est agressé, ou en état de détresse, et qu’il y a dix témoins de ce qui se passe, vraisemblablement aucun ne vous portera secours. Chacun va diluer la responsabilité, et penser « si je n’interviens pas, c’est l’autre qui va intervenir ». S’il n’y a plus que cinq témoins il y a un peu plus de chance que l’on vienne secourir la personne. Si vous êtes le seul susceptible d’intervenir et de sauver la vie de quelqu’un vous allez le faire.

Nos invités

Didier Decoin auteur du livre « Est-ce ainsi que les femmes meurent ? » chez Grasset. Roland Coutanceau, expert psychiatre.

Pour en savoir plus et écouter le document sonore sur le site de l’émission Rtl.


Vous aimerez aussi...