369 – Alexandre Despretz ou l’homme à la moto

369 - Alexandre Despretz ou l’homme à la moto
369 - Alexandre Despretz ou l’homme à la moto
369 - Alexandre Despretz ou l’homme à la moto

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des peines  développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour notre 369ème portrait du jour, nous accueillons avec infiniment de plaisir Alexandre Despretz,  fonctionnaire de police au sein de la PP (préfecture de police) à Paris et en île-de-France.

Portrait d’Alexandre,  réalisé par notre ami Matthieu kondryszyn.

Bienvenue Alexandre sur le blog des »aficionados du crime. Ph P

____________________________________________________________________

Matthieu kondryszyn , brigadier de police à Paris, pour notre 350ème Portrait du jour – Criminocorpus . Matthieu est l’une des voix du 17 Police secours. Il est par ailleurs auteur et poète.

 Bonjour Alexandre Despretz ! On ne te présente plus ! Motard de la Police nationale, écrivain, amoureux des belles mécaniques routières, auteur d’une pièce de théâtre, directeur de collection aux Editions du Cherche Midi. J’ai oublié quelque chose ? Présente-toi pour celles et ceux qui ont le malheur de ne pas te connaître encore !

En effet, je suis motocycliste de la Police Nationale et auteur tout simplement.

– Tu es l’auteur du fameux livre « Brèves de volant », compilant les perles des automobilistes contrôlés par les policiers de la route. Pensais-tu à sa sortie qu’il aurait un tel succès (plusieurs dizaines de milliers de ventes !) ? Et avais-tu d’autres projets littéraires à l’époque ?

A l’époque, je voulais juste faire partager une partie de mon métier. Surveiller le comportement des automobilistes est très intéressant. C’est un peu le jeu du chat et de la souris. Pas vu, pas pris ! Mais cela valait vraiment le coup de noter toutes ces excuses et anecdotes drôles. Sinon, à l’époque, je dessinais mais n’avais rien prévu. Surtout pas la suite…

– Ecris-tu depuis ton enfance ? Ou est-ce que cela t’es venu grâce à ton métier ?

J’ai un diplôme de dessinateur / sérigraphe, donc j’aime tenir un stylo soit pour dessiner ou pour écrire.

 Aimerais-tu écrire un jour quelque chose de plus personnel que les phrases cultes des conducteurs et conductrices ?

Je n’ai pas la prétention d’écrire comme certains de mes collègues policiers qui écrivent des romans par exemple mais, l’avenir me le dira.

Tu as décliné les Brèves de volant en plusieurs supports : livre-dictionnaire, bande dessinée, pièce de théâtre, courts métrages pour la télévision (diffusés sur M6 et disponibles sur YouTube). Y a-t-il un support qui te tient à cœur et que tu as en projet ? Le cinéma par exemple ?

J’aimerais vraiment trouver un nouvel annonceur pour sortir une saison 2 des Brèves de volant à la télévision ou sur internet. Pour ce qui est du cinéma, tout est possible avec le 7ème art. 😉

 Actuellement, quels sont tes futurs projets artistiques et/ou humoristiques à court terme ?

Je sors la 2ème éphéméride en novembre 2020, co-écrite avec mon ami Yann Marian. Et je travaille sur un DOCU-BD avec le Ministère de l’Intérieur.

Les sorties de tes livres t’ont permis de découvrir le monde de l’édition. Tu as sûrement côtoyé des célébrités sur des salons de livre ou durant tes projets successifs. Quelle est ta plus belle rencontre ? Celle qui t’a vraiment marqué.

Chaque salon de livres apporte de belles rencontres et des surprises. J’aime les gens et chacune de mes rencontres a été riche en échanges, du plus petit auteur à la rencontre d’un ex-Président de la République en passant par des grands auteurs, romanciers, philosophes ou personnes du PAF.

– On traverse une période particulière avec le Covid-19 qui a touché toute la planète. Comment as-tu vécu le confinement ? Tes peurs, tes angoisses ? Et selon toi, y aura-t-il un avant et un après Covid-19 et notamment pour le monde de l’édition en général ?

Pendant ce confinement, j’ai été malade 14 jours à cause du Covid et par chance, tout va très bien aujourd’hui. J’ai beaucoup lu et j’ai débuté l’écriture d’un petit livre d’humour… 100% chiant ! (projet à suivre)

– Je sais que tu es un passionné de motos. Donc quelques questions pour le grand motard que tu es. Je ne suis pas du tout fan des deux roues et pourtant, j’ai apprécié la qualité de ton ouvrage « Motards Trajectoire d’élites ». Peux-tu nous dire deux mots dessus ?

« Motards Trajectoire d’Élites » est un beau livre photo. Avant d’être motocycliste de la Police nationale, j’ai cherché en librairie un tel livre, en vain. Après dix années en tant qu’auteur, je me suis associé avec Nicolas Médard, motard et photographe, pour réaliser ce beau livre.

– L’an dernier, tu as sorti une éphéméride humoristique sur le monde de la moto. En fait, tu ne t’arrêtes jamais. Tu as le temps de dormir ? Ton secret pour garder ta forme olympique quotidienne ? C’est la vitesse de ta moto qui te booste autant chaque jour ?

Une bonne hygiène de vie et du sport. J’aime les défis et les projets.

– J’ai le souvenir de la série télévisée Tonnerre mécanique qui passait sur M6 dans les années 90. Tu la regardais ? Est-ce qu’elle t’a amené à aimer les motos ? A devenir un justicier de la route ?

Malheureusement, je ne suis pas trop séries TV. Je n’ai ni Netflix, ni câble ou chaînes cryptées. Je suis devenu fan de moto car mon père m’accompagnait quotidiennement à moto à l’école quand j’étais enfant.

– On te permettrait de t’acheter la moto de tes rêves avec un budget illimité. Ton choix actuel, sans réfléchir ! Mais peut-être que tu l’as déjà…

Je n’achèterais non pas une moto mais plusieurs… Une routière, une sportive, un roadster, un cross, un custom et un maxiscoot. 😉

– Les 24 heures du Mans version « deux roues ». Ça ne t’a jamais tenté ? Tu y es déjà allé ?

Oui en tant que spectateur bien sûr.

On arrive à la fin de cette interview. As-tu un petit mot d’encouragement pour les jeunes qui voudraient entrer dans la Police nationale ?

C’est un très beau métier souvent décrié. Il y a des milliers policiers qui chaque jour assurent la protection de la population. Et cela n’a pas de prix.

– Ton dernier mot de la fin ?

On se retrouve à l’occasion d’un salon du livre pour échanger ?

Merci Alexandre Despretz ! On va continuer à suivre tes projets et merci pour tout ce que tu fais. Le rire, c’est la vie !

_____________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet Criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson, membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP et l’A.P La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville, directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

Directeur du CLAMOR, Marc Renneville est historien des sciences spécialisé sur les savoirs du crime et du criminel, directeur de recherche au CNRS.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS

Relecture et mise en page Ph. P et S.P.