371 – Virginie Gossart, la romancière « amatrice » de vampire

 

 

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des peines  développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour notre 371ème portrait du jour, nous accueillons avec infiniment de plaisir la romancière Virginie Gossart .

Agée de quarante-deux ans et originaire de la Côte d’Azur, Virginie Gossart vit aujourd’hui à Nîmes, dans le Gard. Agrégée de Lettres Modernes, elle enseigne le français depuis dix-huit ans…

Portrait de Virginie réalisé par notre amie Anne Combe auteure le plus beau sourire de Nîmes.

Bienvenue Virginie sur le très prisé et discret carnet Criminocorpus Ph. P

 

 

Entretien avec une (amatrice de) vampire 

Illustration du roman « Un triangle presque parfait » réalisée par Joël Cimarrón pour l’émission « Page 19 » (France Ô)

«Le plus beau sourire de Nîmes », la romancière Anne Combe vit à Nîmes, dans le Gard. Elle a travaillé pendant près de dix ans dans le secteur de la communication d’entreprise avant de se consacrer à l’écriture et à sa vie de famille. Auteure d’albums jeunesse, elle signe avec succès son premier roman, Comédie pour un mort. Elle organise, chaque mois, les rencontres littéraires Paroles d’Auteurs à Nîmes pour valoriser des écrivains de sa région…

Comment définir Un triangle presque parfait, le premier roman de VirginieGossart ? Récit brillant à la croisée du fantastique et du policier, tour de force littéraire, hommage à la littérature et aux arts… cet ouvrage, très transgressif, est un peu tout cela à la fois.

Dès les premières pages, on est immédiatement happé par la richesse, la complexité et l’atmosphère étrange qui planent sur cette œuvre hybride, inclassable. à l’image des personnages principaux, on en sort transformé, la tête remplie de questions existentielles, avec l’impression d’avoir exploré une autre part du réel.

Le livre commence par la découverte d’un corps de femme nue, recouvert « d’une couche de suie verdâtre », qui va faire l’objet d’une enquête et disparaître. Parallèlement à cela, il y a le triangle amoureux à géométrie variable formé par Lilas, Marie, et Vernon, « créature transformée – vampire millénaire aux ascendants normands, animal métamorphe et télépathe ». L’amour, l’amitié, le désir, la vie, la mort, la quête de soi, la transgression des règles sociales sont des thématiques abordées avec beaucoup d’originalité et d’intelligence par cette auteure qui réussit à nous surprendre du début jusqu’à la fin. Tout au long de cette histoire, Virginie Gossart prend le lecteur à partie, bouscule les codes, multiplie les liens et les angles de vue pour former un immense kaléidoscope qui fascine et déroute à la manière d’un David Lynch.

Entretien avec une auteure dont le talent éclate à chaque page d’un roman qui ouvre grand les portes de l’imaginaire et de l’inconscient.

« Illustration du roman « Un triangle presque parfait » réalisée par Joël Cimarrón pour l’émission « Page 19 » (France Ô) »

  • Virginie, tu enseignes le français depuis dix-huit ans. Quelle vision as-tu de la littérature et du langage ?

Le langage me fascine dans sa part créative, mais il me déroute aussi en ce qu’il empêche parfois la communication au lieu de la faciliter et de la fluidifier. Trop souvent, les paroles me semblent n’être qu’un amas de bruit sans justesse, intention ni cohérence. Le mots « mentent » la plupart du temps, car ils ne parviennent jamais à dire le réel, ou ils n’y parviennent que très imparfaitement. Je trouve ce constat à la fois terrifiant et fascinant. D’où la recherche obsessionnelle du mot juste qui me taraude depuis très longtemps. Je ne suis pas devenue professeure par hasard. J’aime les mots, tout ce que l’on peut en faire, tout ce que l’on peut transmettre grâce à eux, et j’aime par dessus tout le génie des écrivains qui parviennent à construire à partir d’eux les œuvres les plus déroutantes. Celles qui vous hantent encore longtemps une fois le livre refermé.

  • Peux-tu nous parler de l’histoire racontée par Un triangle presque parfait ?

Ce récit peut se lire de plusieurs façons et peut avoir plusieurs interprétations différentes, plusieurs niveaux de lecture. D’un point de vue purement narratif, il commence comme un roman policier, avec la découverte d’un corps mutilé dont on ignore l’identité. Les investigations de l’inspecteur Ewan doivent lui permettre de découvrir à qui appartient ce corps, objet de mystère et de convoitise. C’est le début d’une enquête (et d’une quête) qui posera plus de questions qu’elle ne donnera de réponses. En parallèle se développe une seconde intrigue, sorte de triangle amoureux fantastique : Lilas et Marie sont liées par une amitié fusionnelle. Elles s’ennuient et rêvent de nouveauté, mais elles sont loin d’imaginer que leur périple de fin de soirée va les conduire aux portes d’un château qui semble pouvoir réaliser tous les souhaits de ceux qui osent s’y aventurer. Leur rencontre avec Vernon – créature « transformée », vampire millénaire aux ascendants normands, animal métamorphe et télépathe – va bouleverser leur existence et leur vision du monde… Mais au delà de ces deux fils narratifs qui vont peu à peu se rejoindre, il y a aussi dans ce roman une réflexion sur la notion de fiction et de personnage, sur les codes liés aux genres narratifs et sur les liens qu’ils entretiennent. C’est la raison pour laquelle je définis souvent ce roman comme un exercice de style, ou comme un labyrinthe dans lequel chacun se perdrait dans un premier temps pour finalement trouver ce qui lui convient.

« Illustration du roman « Un triangle presque parfait » réalisée par Joël Cimarrón pour l’émission « Page 19 » (France Ô) »

  • Un mot sur ton style et ce qui a influencé cette œuvre presque vivante.

C’est un premier roman. Je pense donc que mon style est encore en devenir ! Mais si je dois tenter une définition, je dirais que c’est un style hybride et complexe, à la croisée des genres, des registres et des styles, justement ! C’est aussi une écriture visuelle et descriptive, assez onirique, et très fortement inspirée par le cinéma et la peinture. Mais la forme me semble ici indissociable du fond. Dans le processus d’écriture de ce roman en particulier, j’ai tenté d’abolir la frontière entre roman de genre et littérature générale, en jouant avec les codes et les limites de genres voisins (bit lit, policier, roman noir, science-fiction, fantastique gothique…). Le texte est également construit autour des voix de plusieurs narrateurs, offrant une multiplicité de points de vue sur la même histoire, jusqu’à créer une sorte de prisme aux facettes changeantes. L’imaginaire et l’étrangeté y sont prépondérants, mais le récit n’en est pas pour autant dénué d’humour et peut parfois prendre un caractère volontairement parodique. Il s’agit enfin d’une réflexion sur la création littéraire, ses pouvoirs, ses mensonges, sur la frontière poreuse entre réalité et fiction. Le dispositif narratif tisse le texte de références diverses, qui sont autant de portes ouvertes vers une interprétation possible. Mais le lecteur peut tout aussi bien choisir de ne pas ouvrir ces portes et suivre ce jeu de piste comme il l’entend. Ce qui m’intéressait avant tout dans l’écriture d’Un triangle presque parfait, c’était d’insuffler une dimension transgressive au récit, tout en rendant hommage à la littérature que j’aime.

  • Qu’est ce qui t’a poussée à écrire ce texte  ? Pourquoi avoir choisi la figure du vampire, « dandy esthète et cultivé, monstre bestial à la sexualité excitante puisque dangereuse » ?

Le motif du vampire m’intéresse depuis très longtemps. Avant de choisir Saint-John Perse comme sujet de Maîtrise, j’avais d’abord pensé au vampire dans la littérature. Mais le thème avait déjà été largement traité. Peu à peu est née l’envie d’aborder le sujet sous l’angle de la fiction, en jouant justement avec toute l’imagerie véhiculée par ce personnage à la fois attirant et repoussant, véritable miroir tendu à notre inconscient collectif, dans lequel se reflètent nos angoisses, nos violences, nos désirs refoulés. La dimension érotique et sexuelle du personnage n’est pas nouvelle, mais ce qui m’intéressait aussi, c’était d’explorer le paradoxe que pouvait incarner un tel personnage : à la fois une créature supérieure à l’homme en tout point et complètement libre, mais aussi un monstre marginal condamné à l’insensibilité, à la solitude et à l’ennui. Condamné à ne jamais être compris des autres. La dimension tragique du personnage m’a toujours frappée. J’avais aussi envie de jouer avec les codes et les représentations liés à cet être métaphorique par excellence.

  • Ce roman est beaucoup de choses, dont un récit intimiste. En te lisant, on a l’impression que chacun des trois protagonistes représente une facette de ta personnalité. Qu’en est-il ?

C’est tout à fait juste. Je pense en effet que chaque protagoniste représente une facette de moi. Mais vous en dire plus reviendrait à entrer dans des considérations trop intimes, et peu utiles pour lire, comprendre et apprécier ce roman.

  • L’intrigue repose sur la figure d’un vampire télépathe qui se nourrit du sang de l’autre. Forcément on fait le lien avec le pervers narcissique, mais aussi avec le désir d’écrire – et plus généralement avec la création artistique – qui transcende l’âme et le corps (le vampire s’appelle Vernon Sullivan, pseudonyme de Boris Vian). Est-ce ce dont tu as voulu parler ?

Oui, ce sont bien évidemment des thématiques qui m’ont nourrie lorsque j’ai écrit ce roman. Vernon peut tout à fait être lu comme un pervers narcissique. Mais il déborde aussi cette interprétation : il pourrait tout aussi bien être une figure romantique de l’artiste en quête de perfection et prêt à tout sacrifier pour elle. En ce qui concerne la dimension « vampirique » du personnage, il  est également évident que tout écrivain est lui aussi une sorte de vampire, se nourrissant de la vie, des sentiments et des histoires des autres pour écrire. Et pour ce qui est de la transcendance, je pense que le destin des deux héroïnes dans le roman peut être interprété comme l’aboutissement d’une quête avant tout spirituelle, d’un esprit de révolte et d’émancipation que rien ne peut entraver.

  • Un Triangle presque parfait est structuré d’une manière assez particulière, la forme est indissociable du fond, avec des entrées de chapitre qui sont toutes des références artistiques (littéraires, cinématographiques, musicales). La peinture et le cinéma sont très présents, ainsi que le théâtre (c’est la passion qui lie les personnages, il y a un chapitre entier écrit sous la forme d’une pièce de théâtre). Le tout fait penser à un vaste collage, une œuvre d’art qui dépasserait le seul champ de la littérature. Comment t’y es-tu prise pour rédiger un texte pareil ? Quelles ont été tes difficultés éventuelles ?

Cette histoire a pour point de départ un rêve très étrange que j’ai fait il y a bien longtemps, à une époque où j’avais encore le temps de noter mes songes au petit matin ! Ce n’était alors qu’une trame décousue, comme dans la plupart des rêves, mais elle était suffisamment troublante, intrigante, et sulfureuse, pour déclencher en moi le désir d’en tirer un récit. Cela explique sans doute le caractère fantasmatique de certaines scènes, et la dimension symbolique qui s’est peu à peu greffée à cette histoire. Comme si j’avais essayé de m’expliquer le sens de ce rêve en construisant une intrigue autour de lui, en en faisant le cœur névralgique d’une recherche artistique, psychanalytique et philosophique. Un sorte de plongée au cœur du moi par le biais de la fiction.

  • Dans ce roman, les lieux, réels ou imaginaires, servent l’évolution psychologique des personnages. Il y a le château, « véritable aberration architecturale », « réputé pour pouvoir répondre à tous les désirs de ceux qui osent en franchir le seuil » ou encore la plage de sable déserte et son bunker datant de la Seconde guerre mondiale dans laquelle se réveillent Marie et Vernon. Peux-tu nous en dire plus ?

Certains lieux ont pour point de départ un endroit réel. C’est le cas de la plage de Normandie, par exemple. D’autres sont des lieux construits de toutes pièces, mais souvent inspirés par des photos, des peintures, des textes littéraires… Le château appartient à cette catégorie. Il est une fantasmagorie gothique née du collage de plusieurs sources. Je n’ai pas de méthode particulière pour travailler cet aspect du récit. Tout dépend de mon intention, et elle est très variable !

  • Sublimé, transformé, mutilé,… le corps est très présent dans cet ouvrage. Pourquoi ?

Le corps est notre caisse de résonance. On peut passer notre temps à tout intellectualiser, mais le corps nous ramène toujours à ce qui est vivant et présent en nous. Et le corps est susceptible de transformations, voire d’altérations parfois sidérantes. Ce n’est pas par hasard si mon roman commence par la description à la fois clinique et poétique d’un corps, corps qui ne cessera de se dérober et se métamorphoser au cours du récit. Le corps est à la fois vivant, fragile et changeant, c’est un mystère qui me trouble et me passionne.

 

  • Un mot sur le chapitre 14.

C’est un chapitre où le théâtre s’invite dans le récit, puisque Vernon et Lilas y assistent à un spectacle qui se termine dans un bain de sang. Mais c’est aussi la réécriture d’une scène du Maître et Marguerite, roman de Boulgakov que j’aime tout particulièrement. Il y a dans ce chapitre une double, voire une triple mise en abyme : Lilas est plongée dans le chapitre d’un livre qu’elle connaît très bien et qui raconte un pacte avec le diable, pacte qui lui rappelle à la fois le Faust qu’elle a joué dans son enfance, mais aussi le pacte qu’elle s’apprête à signer avec Vernon. Ce chapitre est un peu emblématique de mon écriture, constamment tissée de références qui s’emboîtent les unes dans les autres comme des poupées russes.

  • Quel est ton chapitre préféré ?

Le dernier, car il apporte des clés de lecture de l’ouvrage tout en basculant dans un cadre spatio-temporel réaliste. Cela me plaisait de déconcerter le lecteur dans les dernières pages tout en lui donnant de nouvelles pistes, en lui montrant en quelque sorte le processus de fabrication du livre. Briser l’illusion romanesque tout en jouant de la porosité des genres pour créer une oeuvre protéiforme. La transgression du genre (humain comme littéraire), si elle est loin d’être neuve dans la littérature, faisait partie intégrante de mon livre dès l’origine. Il y a également plusieurs systèmes d’échos entre les chapitres qui appellent à la vigilance du lecteur et invitent à une relecture plus attentive. C’est ce mystère, cette nécessité du déchiffrage et ces correspondances qui me touchent dans les œuvres que j’aime.

 

  • Quels sont tes projets littéraires ?

J’ai plusieurs projets en cours, toujours romanesques : je viens de terminer un récit assez rocambolesque centré autour d’une amitié incongrue entre deux femmes que tout sépare. C’est un texte qui repose sur des effets de surprise et de chute assez déconcertants. L’humour y est très présent, et on retrouve également ce mélange des genres qui caractérise mon style. Je travaille aussi sur un autre projet, qui me prendra sans doute un peu plus de temps. C’est un roman centré sur l’introspection d’une héroïne en plein «burn out», qui décide du jour au lendemain et sans prévenir personne, de partir sur une île pour se trouver (ou se retrouver). Le jeu sur les focalisations permettra de donner des éclairages parfois inattendus sur ce personnage en fuite. Toujours dans la même idée de perdre un peu le lecteur (comme j’aime moi-même me perdre dans un roman), d’explorer la part inconsciente de l’individu, la fragilité de son identité, et le caractère souvent trompeur du langage.

  • Pour finir, qu’aimerais-tu partager avec tes lecteurs ?

Si vous me le permettez, je vais laisser la parole à Marguerite Duras, qui explique bien mieux que moi ce qu’est l’acte d’écriture : «Écrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit.» Et pour en savoir un peu plus sur mon roman, je vous invite à regarder l’émission « Page 19 » présentée par Daniel Picouly, diffusée le 13 janvier 2019 sur France Ô et disponible sur Youtube à l’adresse suivante :

 

 

Pour prolonger cette interview, on vous propose d’écouter un extrait d’Un triangle presque parfait, lu par Virginie Gossart (il s’agit d’un enregistrement audio réalisé pour les personnes mal-voyantes par les rencontres littéraires Meet-up Paroles d’Auteurs à Nîmes en partenariat avec Radio Systeme, durant la période du confinement) :
https://soundcloud.com/…/la-minute-lecture-parole-dauteur-v…

 

Après un début de soirée au goût amer, Lilas se laisse entraîner par son amie Marie dans une aventure singulière et inespérée. Leur périple les conduit devant la façade d’un château gothique perdu dans la nature. Véritable aberration architecturale, ce lieu est réputé pouvoir répondre à tous les désirs de ceux qui osent en franchir le seuil. C’est le début d’un voyage qui conduira les deux héroïnes à remettre en question leurs certitudes sur l’amitié, l’amour, les normes sociales, les différentes formes d’aliénation de l’être ; à atteindre et franchir la frontière poreuse entre songe et réalité.

Lilas et Marie découvriront-elles cet autre versant du réel qu’elles ont si souvent appelé de leurs vœux ? Et si le prix de cette découverte était la mort ? Et si cette mort n’était pas la fin, mais le début d’une nouvelle ère ?

Histoire d’un triangle amoureux à géométrie variable, récit métaphorique, sombre rêverie sur le sang : Un triangle presque parfait est tout cela à la fois. Un roman qui bouscule les codes des genres policier et fantastique, pour le plus grand plaisir de ses lecteurs.

Ce livre est édité aux Presses Littéraires :

https://www.lespresseslitteraires.com/

______________________________________________________________________

_Âgée de quarante-deux ans et originaire de la Côte d’Azur, Virginie Gossart vit aujourd’hui à Nîmes, dans le Gard. Agrégée de Lettres Modernes, elle enseigne le français depuis dix-huit ans. Si elle est toujours aussi passionnée par son métier, son amour pour la littérature, l’écriture et le cinéma est très ancien et déborde largement le cadre pédagogique.

Rédactrice de chroniques pour un site culturel (« La Grande Parade ») où elle se consacre essentiellement aux arts vivants et à la musique, elle avoue son insatiable curiosité pour l’art et la culture. Son univers romanesque montre un certain goût pour les personnalités complexes aux identités fragiles, pour les univers étranges, hermétiques ou transgressifs. Un triangle presque parfait est son premier roman publié.

Contact auteur

Facebook : @virginiegossartauteur

______________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet Criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson, membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP et l’A.P La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville, directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

Directeur du CLAMOR, Marc Renneville est historien des sciences spécialisé sur les savoirs du crime et du criminel, directeur de recherche au CNRS.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS

Relecture et mise en page Ph. P et S.P.

 


Vous aimerez aussi...