370 – Stéphane Maillot, celui qu’on surnomme « L’homme au vitriol »

Aujourd’hui la ruche criminelle interviewe celui qu’on surnomme « L’homme au vitriol » Mais qui est-il exactement ? Pourtant l’individu ne passe pas inaperçu : 1m90 pour un petit quintal. Mais ce n’est pas son aspect poids lourd qui l’ a fait remarquer du grand public, c’est sa série « Humour Noir » recueils de réflexions sociétales à l’acide ! Stéphane Maillot, bienvenue sur le carnet criminocorpus, ici un seul ordre : des aveux !

Stéphane Maillot. « Artiste et humoriste aux multiples facettes, il a derrière lui une riche carrière de musicien professionnel (Bailly Spinto, Chico et les Gypsy, Sheila, comédie musicale « Piaf, je t’aime » – Molières 1996…). Il est aussi auteur-compositeur-interprète avec des albums tels que “Oui, mais pas trop…” en 2007 et “Jamais vu à la Radio” en 2010. Régulièrement, il continue de se produire sur scène avec son spectacle musical humoristique : « Toujours Jamais vu à la TV ! ». En avril 2015, il publie “Pour de Rire » (la première œuvre posthume d’un auteur vivant) suivie en septembre 2015 de “Contes et Histoires pour un sommeil vertical”, ouvrage destiné aux obsédés textuels et de « Humour noir et balles à blanc », recueil de chroniques sociétales totalement décalées. En janvier 2016, sort sa première pièce de théâtre écrite en 2009 et jouée en 2011 : « La Princesse et le Ménestrel ».

Fondateur des Éditions 2015, cet amoureux de la langue française a la plume légère mais non moins acérée. C’est un iconoclaste à contre courant alors que de nos jours, la correction en tous domaines est de mise.

“Une bonne dose d’absurde, une petite pincée d’humour noir, quelques grammes d’impertinence…”. Voilà sa recette à déguster sans modération…

Tous les livres de Stéphane Maillot sont disponibles en cliquant ici…

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des peines  développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour notre 370ème portrait du jour, nous accueillons avec infiniment de plaisir Stéphane Maillot.

Portrait de Stéphane , réalisé par notre amie Valerie Valeix, notre abeille criminelle préférée.

https://criminocorpus.hypotheses.org/57625

Bienvenue Stéphane sur le blog des « aficionados du crime ». Ph P

______________________________________________________________________

Née dans les Yvelines en 1971, passionnée d’Histoire, V. Valeix a été membre de la Fondation Napoléon. À la suite d’un déménagement en Normandie, intéressée depuis toujours par l’apiculture (son arrière-grand-père était apiculteur en Auvergne), elle fonde les ruchers d’Audrey. Elle s’engage alors dans le combat contre l’effondrement des colonies, la « malbouffe » et dans l’apithérapie (soins grâce aux produits de la ruche).
Elle eut l’honneur d’être amie – et le fournisseur de miel – de sa romancière favorite, Juliette Benzoni, reine du roman historique, malheureusement décédée en 2016. Cette dernière a encouragé ses premiers pas dans l’écriture « apicole »…

Qu’est-ce qui t’a poussé vers l’humour grinçant plutôt que vers le polar ou le roman de terroir, très en vogue ?

J’ai tout d’abord écrit des chansons (paroles et musiques) plutôt sérieuses dont personne n’a vraiment fait cas. Et à juste titre d’ailleurs. J’étais musicien professionnel depuis 1986 et j’ai été élevé depuis tout petit par mon père au verbe des San Antonio, Alphonse Allais, Pierre Dac, Raymond Devos, Boby Lapointe, Michel Audiard, entre autre. Puis j’ai découvert Pierre Desproges et Gotlieb dans les années 1980 et là, ce fut une révélation. Chez ces hommes là, il y a tout ce que j’aime : l’amour des mots, le côté absurde, l’autodérision et une vision parfois cynique et décalée de la société et du monde. Ensuite, j’ai fait des chansons humoristiques pour des spectacles personnels dans les années 2000 et là, je me suis épanoui et tout naturellement, cela m’a conduit à partir de 2014 à l’écriture. Même si j’aime beaucoup les polars et certains types de romans, je fais ce pour quoi je pense être le « moins » mauvais ou le « plus » efficace : l’humour  pour tenter de se détacher de choses graves de l’existence.

« Humour Noir : le quatrième volet de la trilogie » Avec un tel argument et tu en as d’autres du genre « Publié à titre posthume du vivant de l’auteur » on est tout de suite dans le bain. Quand tu as écrit le premier opus, pensais-tu en publier quatre, cinq en y ajoutant  « Gilles et John » ?

En fait, je n’ai jamais eu de « plan de carrière » dans ma vie, ni en tant qu’auteur d’autant que j’ai de multiples activités parallèles (musicien, chanteur, chef de chœur, organisateur de festival et salons du livre…). Vu le petit succès, certes confidentiel, remporté par mes 2 premiers volumes, je me suis pris au jeu et ai décidé de continuer tant que j’aurais des choses à dire… d’autant que j’ai crée depuis les Éditions 20-15 afin de me donner une meilleure visibilité dans le milieu du livre.

Pierre Desproges, figure je crois, en bonne place parmi tes maîtres à penser es humour, en as-tu d’autres ? Penses-tu qu’aujourd’hui, il y ait de dignes héritiers de Raymond Devos et autre Thierry Le Luron ?

Comme je te le l’ai dit, Desproges est et demeure, en effet, mon humoriste préféré même si d’autres trouvent grâce à mes yeux (Coluche et Guy Bedos bien sûr, Christophe Alévèque, Raymond Devos…). Aujourd’hui, c’est plutôt le règne de l’image et de l’instantané dans les médias. Le règne du « stand-up » et du « one man show ». Ça ne coûte pas cher à produire et parfois, c’est réussi… d’autre fois, non ! Mais, je ne me reconnais que peu dans tout cela. Il y a moins de place pour les mots et pour l’écrit. Les gens lisent moins. La société et la langue évoluent. C’est ainsi. Sans doute est-ce un problème de génération. Les jeunes ne rient pas des mêmes choses que des gens de ma génération. Je déplore parfois juste un manque évident de subtilité (et de vocabulaire) dans l’humour très convenu et « politiquement-médiatiquement-religieusement » actuel. Cela manque cruellement d’impertinence, en fait !

Pour un auteur, l’engagement tel que tu le pratiques, est-ce un avantage ou un inconvénient ?

Pour un auteur, je ne sais pas, mais pour un humoriste, c’est évident pour moi qu’il ne peut pas être neutre dans ses propos. Sinon, comme je le disais précédemment, il devient « consensuel » donc n’assume plus son rôle de « bouffon du roi », de « poil à gratter » qui selon moi est primordial dans ce qui fait l’utilité même d’un humoriste. Pour répondre à ta question, ça peut être parfois un inconvénient si l’on considère que nous vivons dans un monde où il convient de ne pas faire de vague et où règne le consensus à tous les niveaux. Il m’arrive en effet, d’être ou d’avoir été ça et là « black-boulé » de certains salons ou de certaines médiathèques. J’y suis considéré comme « subversif » en plus de n’être pas « connu ». Mais cela demeure cependant très rare. Je pense plutôt que ces personnes ont peur. Elle ne sont pas si tolérantes qu’elles le prétendent. Parfois aussi, c’est un avantage car au travers de mes écrits et de mon humour, je passe parfois pour un « éveilleur » ou un « réveilleur de conscience ». Je revendique ma spécificité qu’elle plaise ou non, car c’est aussi la liberté d’expression qui est en jeu. Et là, il convient de la défendre car même si c’est un droit, encore faut-il en user afin qu’elle ne s’étiole pas avec le temps. Et puis, ce n’est que de l’humour !

Quelle est la base de ton lectorat ? Penses-tu continuer à surfer sur la vague humour, après tout un humoriste c’est comme un employé de pompes funèbres, il a toujours de la matière à disposition ?

Mon lectorat est, je crois, des plus divers. Mais il est évident qu’il a en commun quel que soit son âge moyen, l’amour de la langue française, des jeux avec les mots. Je pense aussi que le fait « d’écrire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas » et ce, en toute liberté et avec une certaine truculence, plaît à des gens ouverts qui ont envie de ne pas trop prendre tout au sérieux comme c’est trop souvent le cas dans les médias… Et oui, m’inspirant beaucoup de la société et du monde qui m’entourent pour mes chroniques, j’ai de la matière avec toute cette « gravitude » ambiante que je préfère détourner pour en rire plutôt que d’en pleurer.

Comme un acteur classé « comédie » et aurait envie de faire dans le registre grave, as-tu envie de traiter du dramatique à travers la fiction par exemple ?

Cela arrivera peut-être… peut-être pas. Il m’arrive déjà de traiter de sujets très graves ou sensibles, mais avec humour et un certain recul.

Restons un peu dans le domaine de la comédie, certains acteurs qui ne jouent que dans ce registre sont parfois des êtres extrêmement angoissés à la ville, je pense à Benoît Poolvorde. Est-ce ton cas ?

Je pense que l’humour, notamment l’humour noir, cache une certaine désespérance derrière le propos de base. Je ne sais plus qui a dit que « l’humour, c’est la politesse du désespoir ». Cela me plaît beaucoup. Un humoriste est forcément quelqu’un d’hyper sensible sinon, il traiterait n’importe quel sujet comme un journaliste de façon factuelle et sérieuse.

Y a-t-il des sujets sensibles que tu t’interdis d’aborder ?

Non, je ne crois pas ! Mais j’aime à dire que je ne traite que de sujets avec lesquels je suis à l’aise, avec lesquels je sais me situer à titre personnel. Ainsi, je peux m’en amuser et tenter de faire rire avec. Avec un sujet sur lequel je n’aurais pas d’avis ou qui me laisserait en interrogation, j’aurais trop peur de….. ?

Si tu étais autorisé à supprimer un mot du dictionnaire, quel serait-il ?

Bonne question !

A vrai dire, il y en aurait deux : « Interdire » et… « MOI ».

La musique adoucit les mœurs dit-on. Tu ne l’as jamais complètement abandonnée puisque tu fais des spectacles et que tu animes une chorale. Imagines-tu un jour de tout quitter, écriture et musique, pour autre chose, une nouvelle vie ?

Nul ne sait de quoi demain sera fait. Pour moi, la vie est une aventure. Elle se vit. Il faut en jouir et savourer ce court moment car demain, peut-être, je serai mort. Ce qui importe c’est aujourd’hui. Cela n’empêche pas d’avoir des tas de projets et des rêves pour demain. C’est le passé qui nous apprend ça… C’est beau, non ?

On dirait un truc philosophique mais en fait, c’est de « MOI »!

Ça a de la gueule et ça fait classe dans une interview, non ?

Stéphane Maillot, grand merci à toi pour cette mise à nue de toi-même, ne change rien et continue de vilipender nos travers souvent calqués sur les grands de ce monde.

______________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet Criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson, membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP et l’A.P La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville, directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

Directeur du CLAMOR, Marc Renneville est historien des sciences spécialisé sur les savoirs du crime et du criminel, directeur de recherche au CNRS.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS

Relecture et mise en page Ph. P et S.P.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.