«On ne peut pas comparer des choses qui ne sont pas comparables»

Texte du Syndicat Indépendant des Commissaires de Police

🇫🇷 Suite aux propos du #mairedecolombes
 
La police n’a pas à rougir de son action pendant la seconde guerre mondiale.
Certes, le rôle abject que l’on a fait jouer à l’institution au moment des rafles restera une tâche honteuse et indélébile de notre histoire.
 
Mais cela ne doit pas faire oublier une autre réalité :
 
➡️La police est la deuxième profession qui compte le plus de « Justes parmi les Nations », ces héros qui ont risqué leur vie pour sauver des juifs. On pourrait s’attendre à ce que ça soit les professions qui s’érigent régulièrement en parangon de vertu et en défenseurs des libertés (avocats, magistrats, journalistes…). Mais non, ce sont les agriculteurs et les policiers.
 
➡️La police compte plus de 10 Compagnons de la Libération dans ses rangs, la plus haute distinction à laquelle ont pu prétendre les combattants de la France Libre.
 
➡️1 048 membres de la Sûreté ont été déportés pour faits de résistance, 373 ont été fusillés ou tués au combat, 35 sont morts sous la torture, 779 ont été emprisonnés ou internés, et 2 467 sanctionnés.
 
➡️Ce sont les policiers parisiens qui ont déclenché la Libération de Paris en s’emparant de la préfecture de police le 19 août 1944. Pas Rol-Tanguy ou les réseaux communistes comme l’histoire officielle essaye encore de le faire croire. 177 policiers ont trouvé la mort lors de ces combats.
 
➡️Le général De Gaulle en personne a remis la fourragère rouge aux policiers parisiens en hommage à leur courage et à leur sacrifice
 
Alors certes il est facile de se gausser mais, pas plus que la police, aucun autre corps, aucune autre profession ne s’est dans sa totalité opposée à l’engrenage nazi.
 
Les facteurs n’ont pas intercepté les lettres de dénonciation, les cheminots n’ont pas refusé de conduire les trains de la mort, les magistrats n’ont pas refusé de condamner les résistants et les communistes qui leur étaient déférés…
 
Pour des raisons politiques notamment la résistance de la police a été oubliée.
 
Les communistes notamment ont longtemps voulu se présenter comme les seuls résistants de l’Intérieur.
 
Que le maire de Colombes reprennent ses livres d’histoire et il découvrira ce qu’il en est vraiment!
 

«On ne peut pas comparer des choses qui ne sont pas comparables»

« Il rétablit en tout cas une certaine nuance qui faisait défaut au discours initial, selon l’historien Jean-Marc Berlière. Pour l’auteur de « Polices des temps noirs » (éd. Perrin), spécialiste des forces de l’ordre sous Vichy, « on ne peut pas comparer des choses qui ne sont pas comparables. Ces propos, c’est n’importe quoi. »

Le professeur émérite de l’université de Bourgogne estime que « la police n’a pas fait preuve d’un zèle particulier » lors de la rafle du Vélodrome d’Hiver, la plus grande arrestation massive de Juifs réalisée en France pendant la Seconde Guerre mondiale. Entre les 16 et 17 juillet 1942, 13 150 personnes, dont près d’un tiers d’enfants, sont arrêtées avant d’être déportées vers Auschwitz.

« Cette opération était exigée par les nazis, qui voulaient au moins 20 000 arrestations, reprend Jean-Marc Berlière. Ils avaient d’ailleurs estimé que la police française avait mal fait son travail, qu’elle aurait pu arrêter plus de monde. Alors oui, il y a eu des salauds, comme il y en a partout, mais c’est inexact de dépeindre tous les policiers de l’époque comme des bouffeurs de Juifs. » »

https://www.leparisien.fr/politique/colombes-le-maire-cree-la-polemique-en-comparant-les-forces-de-l-ordre-a-la-police-de-vichy-27-07-2020-8359173.php?fbclid=IwAR2Goy6


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.