371 – Marie-Pierre Vieu-Martin, directrice des Éditions Arcane 17

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des peines  développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour notre 371ème portrait du jour, nous accueillons avec infiniment de plaisir Marie-Pierre Vieu-Martin , directrice des Éditions Arcane 17.

Portrait de Marie-Pierre , réalisé par notre ami Diego Arrabal 

Diego Arrabal est universitaire et écrivain. Il vit aujourd’hui à Tarbes. A propos du polar, il dit lui-même que cette forme de récit lui permet de traiter des questions sociétales importantes, qu’il trouve une grande similitude entre le chercheur qu’il est et celle du policier : « dans les deux cas, il s’agit de résoudre une question inconnue en utilisant une démarche rigoureuse. Dans l’un et l’autre du cas, il est nécessaire de poser des hypothèses plus intuitives, moins évidentes. Enfin il s’agit d’une travail d’équipe où chacun a son importance ». Après « Énigme de la rue des Brice », il signe ce quatrième volume des aventures du commissaire Ney avec tous ses ingrédients, plus l’Espagne qui vient montrer sa corne et ses blessures encore vivaces…

194 – Portrait du jour : Diego Arrabal, universitaire et écrivain, auteur de « Jour de colère »

Bienvenue Marie-Pierre sur le très prisé et discret carnet Criminocorpus Ph. P

______________________________________________________________________

Marie-Pierre Vieu-Martin pouvez-vous présenter en quelques mots.

Femme. Tarbaise ascendant basque. La petite cinquantaine. J’ai longtemps été « une bête » politique ( MDR…) je reste une activiste mais j’ai décidé au terme d’un mandat de députée européenne de faire la totale bascule vers l’édition et l’écriture. Aujourd’hui je développe Arcane 17 et je suis apprentie journaliste puisqu’en octobre j’entrerai au CFPJ Paris. J’ai la conviction que changer le monde commence par savoir le voir, l’écouter, l’écrire aussi. Particulièrement en ces temps difficiles.  

 Vous avez créé il y a dix ans maintenant les Éditions Arcane 17. Qu’est-ce qui vous en a donné l’envie ?  

La littérature m’a toujours accompagnée. Au quotidien, à l’université, depuis. Mais je me suis mis à militer, à faire de la politique et à en vivre. Mon existence était rythmée par l’actualité les élections les congrès. Vers quarante ans j’ai eu besoin d’ouvrir une fenêtre et respirer… Réapprendre à marcher sur mes deux pieds.

L’occasion s’est présentée en la personne de Pierre Domengès, rocker devant l’éternel et directeur de la SMAC la Gespe à Tarbes. Il venait d’écrire un recueil de nouvelles noires se déroulant à Barcelone qu’il avait intitulé « Raccourcis ». Il tenait à ce que je lui donne mon opinion sur son style avant que de l’envoyer à des éditeurs. J’ai lu le texte, l’ai rappelé et lui ai proposé de l’éditer moi-même. Entre temps j’avais trouvé un comparse pour cette aventure, Gérald Briant l’ami depuis nos années UNEF qui est devenu l’administrateur et l’homme de la fabrication du livre. C’était parti…

Cherchant un nom à la structure, André Breton le surréaliste s’est imposé à moi. Arcane 17 est son roman de la renaissance et de l’amour. Ainsi est née notre maison d’Édition et d’Initiatives. 

 Présentez-nous les collections des Éditions Arcane 17

Pour les promoteurs d’Arcane 17, il est important que se rencontrent les terrains de la littérature et du fait social. Débutant dans l’édition j’étais consciente que l’un de mes atouts était d’être en contact avec un fort réseau militant et intellectuel qui constituait un réservoir d’expériences et de projets en même temps qu’un lectorat potentiel.

Très rapidement j’ai structuré une collection « Livre politique » avec des livres tels les « Écrits de prison » du leader palestinien Marwan Barghouti ou encore « Parlons politique » conversation croisée entre le cinéaste Robert Guédiguian et la syndicaliste Maryse Dumas. Puis j’ai souhaité travailler sur une collection au format court pour un texte coup de poing, polémique au bon sens du terme. Est née en 2014 la collection « Francs-tireurs » évoluant en « Les nouveaux francs-tireurs » (2019) qui est notre réservoir lanceur d’alerte. En 2015 lui a succédé « Itinéraires » son pendant dans un format plus long privilégiant la réflexion et l’analyse de fond. Avec « livre politique » « Francs Tireurs » et « Itinéraires » nous balayons ainsi les champs politique et social.

Dès 2010 cependant j’ai souhaité une ouverture plus large dans mon catalogue car dès sa création j’avais en tête de ne pas « cornériser » Arcane 17.

« Molex portrait de luttes » du photographe de l’AFP Toulouse, Eric Cabanis, a posé les premiers jalons d’une collection « Regards » consacrée à la photographie avec l’objectif d’un livre par an. Un accident de santé de son initiateur a mis entre parenthèse ce chantier mais nous voulons le reprendre.

Cependant c’est la création de la collection « Polar rouge » qui marque un tournant dans la production Arcane 17. Elle intervient en 2015 avec la publication de « Franco la Muerte » recueil de nouvelles noires autour des quarante ans de la mort du Caudillo et celle de « Jour de colère » qui scelle notre rencontre avec Diego Arrabal un des piliers de la maison d’Édition aujourd’hui. Ces deux romans nous permettent d’entrer de plein pied dans le polar, que nous allons à partir de là décliner sous toutes ses formes : écologique « Très grand Paris » de la journaliste Valérie de St Do en 2018 (récit de la gentrification), social « Les morts sont sans Défense » de Philippe Stierlin en 2018 (fiction de la souffrance au travail et du suicide des cadres supérieurs) et j’espère très bientôt, féministe…

Enfin une collection « romans » devait éclore ce printemps- elle fleurira en septembre 2020 avec « Une identité française » de Rosemonde Cathala. Cette dernière collection est l’aboutissement d’un travail d’une décennie. 

 Au départ vous étiez sur un créneau d’accompagnement des luttes sociales, pourquoi avoir ouvert à d’autres écrits ?

Je crois avoir en partie répondu à cette question. Les Éditions Arcane 17 dans mon esprit n’ont jamais été vouées aux seuls livres politiques ou au fait social. Mon ambition éditoriale a toujours intégré la fiction. J’aime le roman car il est la forme du récit la plus populaire, s’adresse à toutes et tous. Je pense qu’un roman en dit énormément sur l’état de notre monde et qu’il est un facteur d’émancipation énorme car touchant à l’imaginaire. Et chacun sait que l’imaginaire peut nous pousser à soulever les montagnes…

La question qui était posée à Arcane 17 était d’une autre nature. La maison d’Édition s’est développée sur un champ éditorial et un lectorat qu’il nous fallait faire cheminer et élargir. Le fait d’arriver à la littérature par le truchement du polar n’est pas un hasard. Il est «  la littérature de la crise ou des crises par excellence » et nous a permis d’assurer ce passage difficile car continuant à interroger la société et l’histoire souvent dans ce qu’elle a de plus violent. De plus les auteurs de polar sont à mes yeux de grands écrivains. En tout cas ceux que j’édite… 

 Quelques mots sur les sorties prévues dans les mois qui viennent ?

Elles sont nombreuses et cela m’inquiète un peu d’ailleurs car le modèle économique du livre impose un rythme de publication qui va à l’encontre du temps nécessaire pour qu’un livre trouve son public et qu’Arcane 17 comme toute maison d’édition alternative a les épaules encore frêles. C’est pour cette raison que nous sommes ouverts à des coopérations et mutualisations avec d’autres maisons d’édition. Également pour cela que nous avons signé l’appel Krisis au plus fort de la crise COVID.

J’évoquerai ici les titres qui marqueront notre rentrée littéraire.

Tout d’abord deux sorties décalées de mars à septembre « Une identité française » de l’auteure et comédienne de théâtre Rosemonde Cathala, un roman d’apprentissage qui se situe dans la France des années 90 et renvoie notre pays à son propre passé parfois peu glorieux et « Le lézard et la mosaïque » nouveau recueil de nouvelles rock de Pierre Domengès avec un titre clin d’œil à Gaudi.

Il y a ensuite « le principe des trois singes » de Diego Arrabal le nouvel opus des enquêtes du commissaire confronté au harcèlement dans le milieu scolaire.

Toujours en septembre sort « Rouge cent » recueil collectif de nouvelles noires autour des cent ans du PCF où entre espoirs regrets et ressentis est exploré un siècle d’histoires de révolutionS. C’est l’ami Gérald Streiff qui coordonne le livre.

Enfin « Au bord de l’étang » est un livre de nouvelles également collectif tour à tour drôle tendre et écolo en forme de réhabilitation littéraire de l’étang de Berre qui peut en déranger certains.

Après on passe aux sorties octobre novembre et à des livres sur l’hôpital avec la journaliste Jacqueline Grandmaison, le Brexit avec le politologue Philippe Marlière et la sécurité alimentaire avec la chercheure Dominique Paturel et la journaliste Marie Noëlle Bertrand.

Rouge Cent. Auteurs Patrick AMAND Diego ARRABAL Alain BELLET Stéphanie BENSON Bernard BLOCH Didier DAENINCKS Antoine BLOCIER Gilles DEL PAPPAS Marion CHEMIN Jean Paul DELFINO Jeanne DESAUBRY Pierre DHARREVILLE Pierre DOMENGES Roger FACON Pierre GAUYAT Moni GRECO Maurice GOUIRAN Philippe MASSELOT Jacques MONDOLONI Chantal MONTELLIER Max OBIONE Philippe PATERNOLLI Michèle PEDENIELLI Maïté PINERO Francis PORNON Gérard STREIFF François SALVAING Christian RAUTH Marie Pierre VIEU- MARTIN

Au bord de l’Etang. Auteurs Mireille CALMEL Gilles DEL PAPPAS Didier CASTINO Henri-Frédéric BLANC Maurice GOUIRAN Sigolene VINSON Michel MAISONNEUVE Jo ROS Pierre GRAFFEO Jean-Claude DI RUOCCO Pierre DHARRÉVILLE Olivier DOMERG Jeanne-Marie SAUVAGE-AVIT Bernard FAUCONNIER 

____________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson, membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville, directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

Directeur du CLAMOR, Marc Renneville est historien des sciences spécialisé sur les savoirs du crime et du criminel, directeur de recherche au CNRS.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Les repères et les outils proposent des données et des instruments d’exploration complémentaires visant à faciliter les études et les recherches.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search