372 – Christine Lebel : des romans pleins d’aventures et de mystères

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des peines  développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

C’est au tour d’une dame de passer sur le grill de la ruche criminelle : Christine Lebel est auteure de jeunes  aux éditions Minerve, Bacchus et Au Pays Rêvé. Mais qui est exactement Christine Lebel ?

Pour notre 372ème portrait du jour, nous accueillons avec infiniment de plaisir Christine Lebel

Portrait de Christine réalisé par notre amie Valerie Valeix, notre abeille criminelle préférée.

https://criminocorpus.hypotheses.org/57625

______________________________________________________________________

Née dans les Yvelines en 1971, passionnée d’Histoire, V. Valeix a été membre de la Fondation Napoléon. À la suite d’un déménagement en Normandie, intéressée depuis toujours par l’apiculture (son arrière-grand-père était apiculteur en Auvergne), elle fonde les ruchers d’Audrey. Elle s’engage alors dans le combat contre l’effondrement des colonies, la « malbouffe » et dans l’apithérapie (soins grâce aux produits de la ruche).
Elle eut l’honneur d’être amie – et le fournisseur de miel – de sa romancière favorite, Juliette Benzoni, reine du roman historique, malheureusement décédée en 2016. Cette dernière a encouragé ses premiers pas dans l’écriture « apicole »…

Bonjour Christine, donc tu écris pour la jeunesse. Depuis quand ?

Au départ était-ce un défi, une évidence ou une simple envie ?

J’ai commencé à écrire il y a une vingtaine d’années mais cela n’a été que pour moi pendant longtemps. J’ai crée Oscar mon roman jeunesse quand j’ai perdu mon chien voici cinq ans. C’est pour lui rendre hommage que j’ai voulu être publiée. Depuis j’ai écris des romans policiers pour la jeunesse et c’est ce que je préfère.

Quel est ton parcours ?

J’ai longtemps travaillé auprès des très jeunes enfants en maternelle tout en donnant des cours de Gym pour les adultes et danse pour les enfants.

Tu es une ancienne prof de sport, qu’est-ce qui t’a poussé à changer radicalement de milieu ?

Je suis atteinte de spondylarthrite ankylosante ce qui devenait incompatible avec mes activités. Cela m’a permis de me consacrer à l’écriture. Mais la gym me manque…

Envisages-tu une enquête ou une histoire autour du sport ?

Non pas pour le moment mais pourquoi pas ?

Quel est ton rêve d’écriture ? Un torride roman d’amour par exemple ?

Non pas du tout, plutôt un bon polar avec plein de mystères et de suspens pour les adultes, ou pourquoi pas un roman mêlant mystère et surnaturel pour les adolescents.

Je te sais très engagée en faveur des animaux, toi même tu es la « maman » de plusieurs chats. Pourrait-on retrouver cet engagement au travers d’une série, adulte ou jeunesse où l’enquêteur serait un membre d’une asso pour animaux ?

Oui j’ai 6 chats à la maison. J’aime les chats, je suis une ailurophile. J’aimerais bien écrire un roman pour défendre la cause animale mais j’ai peur qu’il soit trop polémique. Pourtant j’y pense, c’est une possibilité. Peut-être une aventure avec mon « Oscar » …

Ton mari, Jean-Paul Croizé d’un roman à quatre mains sera-elle un jour d’actualité ?

Pourquoi pas ? Parfois nous y pensons, cela nous amuserait mais pour l’instant rien de concret.

Quelles sont tes sources d’inspiration ?

Un endroit que je visite, un mystère que j’imagine. Cela trotte dans ma tête et puis je n’ai plus qu’a dérouler.

Avec ton mari, vous êtes le seul couple à toujours faire les dédicaces à deux , vous êtes aussi inséparables que les Dupont et Dupond ou bien Christine toute seule peut-il s’envisager ?

Oui je pourrais dédicacer toute seule bien sûr, mais cela ne sera pas pratique ni écologique. A deux on ne voit pas passer le temps et on partage les frais de route.

Écris-tu tous les jours ?

Non, mais je pense tous les jours à mon prochain roman. Par contre quand je commence un manuscrit j’écris tous les jours.

Quel est ton mot préféré dans notre belle langue française si anglicisée ?

Bonheur …ou chat alors….

_____________________________________________________________________

______________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson, membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville, directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

Directeur du CLAMOR, Marc Renneville est historien des sciences spécialisé sur les savoirs du crime et du criminel, directeur de recherche au CNRS.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Les repères et les outils proposent des données et des instruments d’exploration complémentaires visant à faciliter les études et les recherches.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search