L’impossible photographie. Prisons parisiennes (1851-2010)

impossible-photographieCommuniqué de presse

Que sait-on de l’univers carcéral ? La photographie peut-elle rendre compte des réalités pénitentiaires ?
Le musée Carnavalet présente une exposition de 340 photographies réalisées dans les prisons de la capitale, de 1851 à nos jours. Cette sélection est l’aboutissement d’un inventaire général de 3800 images, effectué par les commissaires de l’exposition auprès d’institutions (musées, bibliothèques, archives, agences de presse…) et de collectionneurs privés.
L’exposition dévoile au public la multiplicité et la diversité des images réalisées dans l’univers carcéral de la capitale, corpus à ce jour inédit, éclairé par des textes littéraires ainsi que par des films d’archives. Il est complété par des créations contemporaines réalisées à l’initiative du musée.
Effectués entre 2008 et 2009 à la prison de Paris – La Santé, avec l’accord et le concours de l’Administration pénitentiaire, trois reportages photographiques signés Jacqueline Salmon, Michel Séméniako et Mathieu Pernot, sont présentés en exclusivité dans l’exposition. Ces témoignages exceptionnels et récents sur la dernière prison parisienne encore en activité sont complétés par deux commandes littéraires : une pièce sonore d’Olivia Rosenthal et un texte de Jane Sautière ainsi qu’une installation audiovisuelle réalisée par Anne Toussaint et Kamel Regaya (atelier audiovisuel de la prison de la Santé).
Offrant un regard unique sur le passé et le présent de ces lieux de détention, l’exposition est accompagnée d’un catalogue de référence. À travers l’inventaire de ce qui a été retrouvé, diverses personnalités (universitaires, historiens de la photographie, philosophes, écrivains, artistes…) analysent et décryptent ces images. En parallèle, un programme de Rendez-vous gratuits (conférences, projections et tables rondes) sera organisé pendant les cinq mois de l’exposition.
Le visiteur est ainsi amené à s’interroger sur le regard que portent la société et les photographes sur les lieux de rétention et prisons de la capitale, aux noms parfois oubliés ou méconnus : La Force, la Grande et Petite Roquette, Saint-Lazare, Sainte-Pélagie, Mazas, L’Abbaye, le Cherche-Midi, l’Hôtel des Haricots, etc. Il pourra mesurer l’écart entre ce que l’on sait ou ce que l’on imagine et ce que la photographie restitue de l’univers carcéral.

INFORMATIONS PRATIQUES

EXPOSITION PRESENTÉE DU 10 FÉVRIER AU 4 JUILLET 2010
Ouverture du mardi au dimanche, de 10 h à 18 h

Fermeture le lundi et les jours fériés

Renseignements au 01 44 59 58 58

Accès gratuit aux collections permanentes

TARIFS DE L’EXPOSITION
Plein tarif : 7 €
Tarif réduit : 5 €
Demi-tarif : 3,50€
Gratuit jusqu’à 13 ans inclus et pour les Amis du musée

Achat des billets à la caisse du musée et en ligne sur www.carnavalet.paris.fr

Contact presse – musée Carnavalet :

Bruno Quantin
Courriel : bruno.quantin@paris.fr

Tél. : 01 44 59 58 76 ; fax : 01 44 59 58 10

Responsable communication / presse musée Carnavalet :
Sophie Boulé
Courriel : sophie.boule@paris.fr

Tél. : 01 44 59 58 38 ; fax : 01 44 59 58 10


CRIMINOCORPUS s’associe à l’événement

Criminocorpus s’associe à l’événement en ouvrant ses colonnes à la thématique.

Le carnet de recherche annoncera les manifestations liées à l’exposition, notamment les rencontres prévues dans le cadre du programme “Les Rendez-vous”. On trouvera également sur le portail :

– une exposition virtuelle sur les prisons parisiennes (Prisons de Paris. De la Bastille à Fresnes)

un article de synthèse (de Christian Carlier, Catherine Prade et Marc Renneville)

des documents complémentaires à l’exposition : des textes de Georges Cain, Aristide Bruant…

une étude sur l’incarcération de Guillaume Apollinaire à la prison de la Santé (Franck Balandier)

La chapelle cellulaire de Fresnes


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. SEGURA AGNES dit :

    Bonjour,
    Les Solitaires, collectif d’artistes, travaillent sur le thème “architecture de la prison humaine” et mènent une reflexion autour de l’articulation du pouvoir et du savoir sur le corps.
    Cette exposition circule et évolue depuis 2008.

    Nous ne pouvions pas ne pas réagir nous aussi et vous informer de notre travail.
    Ci-joint le lien internet du dossier artistique et la présentation de l’exposition.

    Segura Agnes

    Présentation de l’exposition :

    Architecture de la prison humaine

    Michel Foucault a tenté de définir dans « Archéologie du Savoir » le lien étroit dans l’histoire de l’humanité entre le pouvoir et le savoir par rapport aux modes de fonctionnement de l’énonciation. Dans « Surveiller et Punir », Michel Foucault poursuit son étude par la compréhension de l’articulation du pouvoir et du savoir sur le corps. Langage et Corps, les deux mamelles de l’Art… Le corps affecté par son propre langage répondrait Lacan.

    Alors comment dessiner cette immense geôle ? Comment croquer cet édifice,
    cette pulsion ? Van Gogh peint « La Cour de Prison ». Qu’est-ce qu’il peint ? Une ronde d’hommes muets enfermés dans une cour dont on ne distingue que l’architecture de la prison. On aurait pu aussi bien l’appeler « Architecture de la Prison Humaine ». La métaphore utilisée par Van Gogh met en exergue la problématique de l’artiste, son autisme face à l’événement.
    Architecture… comme principe de compréhension de l’édifice de l’événement, qu’il soit littéraire, historique,politique, psychologique ou sociologique.

    Et l’homme, au milieu de cette cour… qui voudrait se sentir libre. Libre de pouvoir… libre de savoir… libre de se mouvoir… libre de dire. Et à chaque fois, les barreaux se referment. Ou la mort pour l’empêcher de dire… Ou la folie quand il y a trop à dire… Ou l’Ego qui en dit trop. A chaque attitude, l’homme construit lui-
    même son chemin de ronde dans lequel le silence reste de circonstances. Et qu’est-ce qui en ressort ? Une musique éternelle… répétitive… la seule qui s’en évade… pour dire. Pour dire quoi ?