374 – Nine MozasNine, photographe plasticienne, esprit hétérodoxe, pas du tout xénophobe, esthète plutôt qu’artiste.

Le Carnet de l’histoire de la justice,es crimes et des peines  développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour notre 374ème portrait du jour, nous accueillons avec infiniment de plaisir Nine MozasNine, photographe plasticienne, esprit hétérodoxe, pas du tout xénophobe, esthète plutôt qu’artiste…

Née à Soctrang, une petite ville du sud Viêtnam, Nine est eurasienne de par sa maman d’origine Vietnamienne et son papa Français.

… Après des études supérieures dans le textile, agrégée de génie mécanique, elle enseigne en tant que professeure de génie industriel, dans les sections matériaux souples de l’académie de Nancy Metz et en particulier à Épinal et à l’université Nancy 1 avec les étudiants des métiers de la mode.

Son professorat l’amène nécessairement à des écrits, c’est alors qu’apparaissent ses premiers livrets puis textes courts où haïkus émergent et cohabitent avec poésie aux cotés de gravures et photographies.

Dès sa tendre adolescence, sur le bassin d’Arcachon, déjà sensible aux différents procédés employés pour produire une œuvre, Nine s’éprouve à la photographie et c’est dans une MJC qu’elle s’initie dès lors à cette technique créative.

Un peu plus tard, dans les Vosges, apparaîtront alors ses premières peintures, ses gravures et ses volumes ; interprétations, transpositions de l’apparence.

Ses recherches souvent orientées vers des thèmes proches des préoccupations sociales et environnementales.

 http://nine.lecuyer.free.fr/Nine.html

Bienvenue Nine sur le très prisé et discret carnet Criminocorpus. Ph. P

_____________________________________________________________________

Nine MozasNine, photographe plasticienne, esprit hétérodoxe, pas du tout xénophobe, esthète plutôt qu’artiste.

Sur des chemins de traverse, la photographe plasticienne, NineMozasNine dévoile sa créativité et son sens artistique, longtemps réservés à ses étudiants et mis à jour aujourd’hui.

En vous regardant, on voit de suite des origines mixtes, souhaitez-vous en parler ?

Eurasienne, avec une maman vietnamienne et un papa français j’ai baigné dans cette double culture, où pour s’intégrer… la langue française devait être omniprésente…

La déception de mes interlocuteurs lorsque je prononçai mon seul prénom français, Jeannine…je garde précieusement aujourd’hui, celui par lequel m’appelle toujours ma maman, Nine, qui en fait s’écrit Ninh. Au Vietnam, les prénoms sont choisis parmi les mots du vocabulaire courant. Il suffit de trouver ce mot beau. Ninh signifie sécurité, sérénité.

Comment de votre formation TEXTILE première, en êtes-vous arrivée à la photographie ?

Dans la grande école textile où j’étais, à Épinal, un brassage des cultures, des ethnies, des étudiants de tous pays. Quel bonheur et quel enrichissement !

En plus de toutes les matières textiles, notre formation omniscience de toutes les technologies annexes, nous permettait déjà à l’époque, d’affronter le monde d’aujourd’hui …

Je suis vraiment rentrée dans la photographie à la fin de mon professorat, sans aucune formation. Peut-être un peu par effraction …

Photographier est ma façon de vivre actuelle où je me définis davantage comme photographe plasticienne, dans son sens le plus humble, mais l’exacte symbiose que révèlent mes photographies.

J’ai toujours cet esprit du débutant, mon chemin est plus long avec des embûches mais bon an mal an, j’essaye de créer la plus belle image possible. Parfois sans y parvenir et souvent plus d’une centaine de clichés pour trouver l’émotion d’un instant.

Rarement et c’est bien dommage, la photographie me révèle de façon étonnante ce que mon œil n’avait perçu. C’est une sensation poignante que de découvrir le beau cadeau discret offert par la nature.

Souvent je me hasarde à sublimer la photographie non seulement avec des jeux de lumière mais également des insertions, des superpositions de graphismes, photos, dessins, gravures ou peinture.

De ma formation première, j’ai conservé ce goût de l’expérimentation et de la recherche, notamment sur les matières et les supports.

Vous avez, en ce début d’année, édité votre premier livre « Massif Vosgien Sortir des sentiers battus », pouvez-vous nous raconter, vous raconter ?

J’ai édité ce livre pour l’offrir à mes Ami(e)s.

Il est la rencontre parfaite entre une thématique artistique « sortir des sentiers battus », le règne animal, notre environnement, la terre, la nature et aussi les dernières technologies de l’image.

Les photographies d’un instant de cadrage racontent beaucoup et les textes courts qui agrémentent les clichés sont un bout de chemin en ma compagnie que je dévoile en toute simplicité et avec beaucoup de bonheur.

J’aime les sentiers qui commencent dès le matin, par des petits pas dans le jardin. Puis labyrinthe de la vie avec mes sentiers quotidiens, les chemins de silence, lorsque dans la nature je m’enveloppe de cet univers discret qui m’invite à l’instantané. Qu’importe le sentier, saisir l’instant éphémère, avec ou sans cliché.

Je cherche aussi à voir la photographie autrement et à poser un regard différent sur le monde qui m’entoure. Je me crée des possibles et des envies. Je vagabonde et dès lors, rien ne me semble impossible… 

Des sentiers que vous préférez ? Que vous détestez ?

Les sentiers que j’affectionne sont ceux de la rencontre avec mes Ami(e)s, surtout ces chemins de traverse hors des sentiers battus, ceux que je préfère…

Les sentiers que je déteste, ceux de la colère, de la violence qu’elle soit verbale ou physique…

______________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson, membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville, directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

Directeur du CLAMOR, Marc Renneville est historien des sciences spécialisé sur les savoirs du crime et du criminel, directeur de recherche au CNRS.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Les repères et les outils proposent des données et des instruments d’exploration complémentaires visant à faciliter les études et les recherches.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search