Affaire de la malle sanglante de Millery (malle à Gouffé)

Scène de reconstitution du crime. Photographie d’époque [Datation incertaine], Collection Philippe Zoummeroff/Criminocorpus

Scène de reconstitution du crime. Photographie d’époque [ca 1889], Collection Philippe Zoummeroff/Criminocorpus

Le 13 août 1889, un cantonnier aperçoit un gros sac en toile cirée dégageant une odeur nauséabonde sur la route départementale reliant Vernaison à Millery, près de Lyon. Le corps, conservé dans le formol pendant 3 mois, est identifié par le professeur Alexandre Lacassagne. Il s’agit de celui de Toussaint-Augustin Gouffé, un huissier parisien. Les débris d’une malle en bois découverts à Saint-Genis-Laval le 15 août 1889 permettent d’établir la correspondance avec la disparition de l’huissier. Michel Eyraud et Gabrielle Bompard sont reconnus coupable de son assassinat. Pour le voler, le couple a pendu la victime par surprise, puis l’a étranglée dans une garçonnière 3, rue Tronson-du-Coudray dans le 8e arrondissement de Paris le 26 juillet 1889. Michel Eyraud est condamné à mort et guillotiné le 3 février 1891. Gabrielle Bompard est condamnée à vingt ans de travaux forcés. Pour sa défense, elle dira avoir été hypnotisée par son amant criminel.

La bibliothèque de Criminocorpus rassemble plusieurs documents originaux relatifs à cette célèbre affaire criminelle de la belle époque. Nous pouvons y retrouver en particulier les notes et observations médico-légales exhaustives de Paul Bernard et d’Alexandre Lacassagne publiées dans le tome 5 des Archives de l’anthropologie criminelle (1890).

À découvrir dans la bibliothèque de Criminocorpus :  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Daudenet dit :

    Bonjour, le Paris du crime » de Philippe Buisson fait-il l’objet d’un ouvrage ? Merci.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search