L’École des Colonies

L'Ecole des Colonies

L’École des Colonies

Parution le 14 octobre 2015 : « Nos ancêtres les Gaulois. » C’est ainsi que débutent les cours d’histoire des écoles du Tonkin, du Dahomey ou du Soudan, à l’orée du XXe siècle. Le domaine colonial français 11 millions de kilomètres carrés, 48 millions d’habitants occupe alors le deuxième rang mondial.

Les écoliers d’Afrique subsaharienne, d’Asie, d’Océanie, des Antilles ou du Maghreb sont éduqués pour devenir de vrais Français. Chaque matin les cours commencent après avoir inscrit en français sur un tableau noir : « Mes enfants, aimez la France votre nouvelle patrie. »

L’apprentissage de la langue est l’élément clé de la francisation. Hygiène, discipline et morale, les valeurs civilisatrices, sont inculquées sur un mode paternaliste tricoté de racisme.

Le traitement manichéen réservé à l’expansion coloniale dans les manuels scolaires reflète l’idéologie d’alors : le colonialisme envisagé comme une nécessité politique, économique et humanitaire, une œuvre républicaine apte à établir ordre et paix. Un enseignement pour modeler aux besoins de la France une future main-d’œuvre qu’il importe d’assimiler. En écho, les cartes de géographie détaillent les richesses économiques des « possessions » françaises et des affiches scolaires édifiantes sanctifient Savorgnan de Brazza ou Lyautey comme « pacificateurs ».

Didier-Daeninckx

Didier-Daeninckx

Didier Daeninckx ouvre ici le dossier des errements de la doctrine pédagogique de la France coloniale, entreprise dont les dommages collatéraux sont toujours à l’œuvre. En s’attelant à ce volet méconnu de l’histoire, l’auteur poursuit son étude des parts d’ombre du fait colonial entamée avec « Cannibale ».

Didier Daeninckx est né en 1949 à Saint-Denis. De 1966 à 1975, il travaille comme imprimeur dans diverses entreprises, puis comme animateur culturel avant de devenir journaliste dans plusieurs publications municipales et départementales. En 1983, il publie Meurtres pour mémoire, première enquête de l’inspecteur Cadin qui retrace la manifestation des Algériens en octobre 1961 et la répression policière qui fit une centaine de morts. L’année suivante paraît Le géant inachevé : un crime étrange perturbe la préparation du carnaval d’Hazebrouck, une jeune femme est assassinée, et le géant qu’elle confectionnait est également la cible du tueur mystérieux. La der des ders a pour toile de fond la guerre de 14-18 : Varlot, qui s’en est sorti indemne — cauchemars mis à part — doit enquêter sur la moralité de la femme du colonel Fantin de Lasaurdière… De nombreux romans noirs suivent, dont La mort n’oublie personne dans lequel un jeune historien se replonge dans les jours troubles de l’histoire de la Résistance ; Lumière noire où, à la suite d’une bavure policière à l’aéroport de Roissy, Yves Guyot découvre comment la raison d’État peut se substituer à la recherche de la vérité ; dans Mort au premier tour, c’est encore l’inspecteur Cadin qui enquête, au lendemain des élections municipales de mars 1977, sur l’assassinat d’un militant écologiste sur le chantier de la centrale nucléaire de Marcheim, en Alsace… Avec Zapping, Didier Daeninckx propose une série de destins sur lesquels la télévision a exercé son influence, avant, pendant, après et parfois parallèlement à ses émissions. Cannibale, inspiré par un fait authentique, se déroule pendant l’Exposition universelle de 1931, tout en mettant en perspective les révoltes qui devaient avoir lieu un demi-siècle plus tard en Nouvelle-Calédonie. Écrivain engagé, Didier Daeninckx est l’auteur de plus d’une trentaine de romans et recueils de nouvelles.

  • Éditeur : HOEBEKE (14 octobre 2015)
  • Collection : BEAUX LIVRES

 


Vous aimerez aussi...