Henri Curiel : le mythe mesuré à l’histoire

Henri Curiel, le mythe mesuré à l'histoire

Henri Curiel, le mythe mesuré à l’histoire

Date de parution le 11 novembre 2009 : Suspecté d’être l'” homme de Moscou ” coordonnant les groupes combattants dans le Tiers-monde, Henri Curiel est abattu le 4 mai 1978, à Paris.

Son nom est d’abord célèbre par le réseau de soutien en France, à la lutte d’indépendance algérienne, qui a pris la relève du réseau Jeanson. On entre ici dans ce réseau, en faisant connaissance des proches de Curiel, femmes et hommes en action. Henri Curiel a-t-il été victime d’une opération relevant du Service de documentation extérieure et de contre-espionnage (SDECE), qui a mené campagne contre le KGB et réglé des comptes de la guerre coloniale d’Algérie? Le crime n’a plus guère de mystère si on le rapporte à la lourde suite des assassinats exécutés dans les années 1970.

Pour le parti communiste français Henri Curiel est un communiste juif égyptien ” douteux “, cité à charge en 1952 dans l’affaire Marty-Tillon. Expulsé d’Égypte en 1950, il a pris position pour le soulèvement des Officiers libres en 1952. Parallèlement à la Tricontinentale, impulsée par Mehdi Ben Barka, Henri Curiel élargit ensuite dans l’organisation Solidarité, le soutien aux mouvements de libération.

Il est aussi le pionnier de rencontres israélo-palestiniennes. Loin des légendes et de toute idolâtrie, son cheminement est mesuré à l’histoire des Juifs d’Égypte voués à l’exil par le nationalisme arabo-musulman, et à celle du communisme international et, tout autant, de l’anticommunisme. Communiste et gaulliste depuis l’Égypte, apatride en exil, Henri Curiel inscrivit son itinéraire dans la haute période des mouvements anticolonialistes et de solidarité avec les luttes de libération.

 


Vous aimerez aussi...