386 – Romain R. Martin : « une trilogie basée sur la méchanceté, le dérisoire et l’absurde »

 

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des peines  développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour notre 386ème portrait du jour, nous accueillons avec infiniment de plaisir Romain R. Martin.

BIOGRAPHIE : Romain R. Martin est né à Vire en 1979 en Normandie. Il vit aujourd’hui à Paris.

Jeune adulte passionné de musique metal, il quitte le lycée au premier trimestre de terminale pour devenir musicien et travaille avec un petit label spécialisé de la Drôme.

En 2007, il déménage sur la capitale pour se réorienter vers le montage vidéo et le graphisme. Puis en 2011, il s’engage pour cinq ans en tant que réserviste police nationale.

Son contrat terminé, il se met à l’écriture de son premier roman: VERMINES (Flamant Noir éditions – 2018). Après de nombreux salons littéraires, sélections, et porté par le succès critique, il écrit LA DISSIDENCE DES CANCRELATS  (le 18 novembre 2020 en librairie – LBS éditions).

Outre le fait que sa mère l’ait toujours poussé à écrire, c’est l’accumulation de situations improbables, tristes, voire grotesques, rencontrées au sein de la police, mais plus généralement au fil de sa vie, qui lui donne le goût de l’écriture.

Amateur d’humour noir avec un intérêt prononcé pour le dérisoire et l’absurde, il trouve dans la rédaction de l’imaginaire un refuge et une parfaite scène de théâtre pour y faire vivre ses personnages excentriques.

Bienvenue Romain R. Martin  sur le blog des « aficionados du crime ». Ph P

________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Qu’est ce qui t’inspire et te motive dans l’écriture de tes romans ?

Tout d’abord merci à vous pour cet entretien. Pour vous répondre, je dirai que la méchanceté, l’absurdité des choses et les inquiétants rapports de force est le tryptique sur lequel repose mon inspiration.

Concernant ce qui la motive, c’est sans aucun doute le besoin de reconnaissance. J’écris des romans pour apprendre à m’apprécier. L’écriture, c’est gérer son propre chaos.

Et pourquoi cet attrait pour le polar ?

Même si parfois j’en utilise les codes, mes deux premiers romans ne sont pas des polars.

A être classé, je préfère me situer dans le roman noir, littérature ténébreuse et humour noir.

J’aime cette alliance du sourire et du désespoir. Je vois en VERMINES un thriller campagnard, et dans LA DISSIDENCE DES CANCRELATS, un survival romantique.

Un mot sur chacun de vos romans ?

La meilleure présentation que je puisse en faire, et d’y dévoiler les intrigues :

VERMINES (publié le 02 octobre 2017 aux éditions Flamant Noir) :

Bourganeuf, petite commune isolée dans la Creuse.

Arnaud Vallaud, jeune taxidermiste asocial et cynique, impose le respect par sa verve et sa mauvaise foi.

Accompagné de Pascalin, le brave du village, il tient une boutique et mène une vie très monotone jusqu’au jour où une armoire normande écrase son chien.

Son quotidien se transforme alors en une série d’aventures burlesques et tragiques.

LA DISSIDENCE DES CANCRELATS (sera publié le 18 novembre 2020 aux éditions LBS) :

Le sombre Paris. Les profondeurs du métro.

Claude Sorensen et Werther, clochards, agents de maintenance auto-proclamés de la RATP, finissent leur quotidienne et méthodique nuit de labeur.

Rentrés dans leur « terrier » situé sous les chemins de fer, les deux excentriques sont attaqués dans leur juste sommeil par un collègue travesti en sage-femme.

C’est l’incompréhension. L’agression nécessite légitime vengeance.

Démarre une course-poursuite effrénée contre l’assaillant, fuite en avant et sans retour pour les trois parias, au cœur d’un monde dément et hostile : le « dédale » et ses multiples ramifications. Les « boyaux »…

Quelle valeur est la plus importante pour toi ?

Tout en sachant que cette importance peut dépendre du contexte, du moment, je dirais la fierté pour ce qui est du quotidien. La fierté au sens noble. Celle qui pousse à se relever, à rester digne. Sinon, le pardon. Toutes deux sont pour moi essentielles.

Y-a-t-il un livre que tu aurais rêvé d’écrire ?

Non aucun, même si j’ai beaucoup d’admiration pour de nombreux auteurs. Le fait de pouvoir écrire les miens me suffit, c’est déjà un rêve que d’en avoir trouvé la capacité.

Un autre roman en préparation ?

Oui, j’y travaille activement. Ce troisième roman devrait conclure cette trilogie basée sur la méchanceté, le dérisoire et l’absurde.

Merci infiniment Philippe pour tes questions.

Mon facebook : https://www.facebook.com/romain.martin.792
Mon page facebook : https://www.facebook.com/romainrmartin
Mon Instagram : https://www.instagram.com/romain.r.martin/
LBS éditions : https://www.lbs-editions.fr

________________________________________________________________________________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson, membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville, directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

Directeur du CLAMOR, Marc Renneville est historien des sciences spécialisé sur les savoirs du crime et du criminel, directeur de recherche au CNRS.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Les repères et les outils proposent des données et des instruments d’exploration complémentaires visant à faciliter les études et les recherches.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search