Une source inédite : le registre des enfants de la Commune de Paris (1871), Jean-Claude Farcy

« La participation des enfants à la Commune de Paris, notamment à la défense des barricades pendant la Semaine sanglante, a suscité nombre de commentaires parmi les protagonistes comme dans les journaux de l’époque. Pour les communards et leurs défenseurs, elle a valeur de symbole quant à leur volonté de construire une société plus juste, plus fraternelle, plus humaine. On sait comment Victor Hugo, à la suite d’un article paru dans le Figaro du 3 juin 1871 relatant l’histoire d’un enfant de quinze ans sur le point d’être fusillé à une barricade de la rue du Temple, et revenant se placer au mur après avoir obtenu la permission d’aller porter sa montre au concierge voisin afin de la faire remettre à sa mère, célèbre l’héroïsme de l’enfant qui préfère

À la fuite, à la vie, à l’aube, aux jeux permis,

Au printemps, le mur sombre où sont morts ses amis  »

Lire la suite de cet article dans la revue Criminocorpus.

Cet article est précédé d’un hommage du comité de rédaction de la revue qui publie ici le dernier article de Jean-Claude Farcy présentant une source inédite – le registre des enfants de la Commune de Paris –  article qu’il avait proposé à la rédaction au mois de juin.



Citer ce billet
Nadine Dardenne (2020, 9 septembre). Une source inédite : le registre des enfants de la Commune de Paris (1871), Jean-Claude Farcy. Criminocorpus. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndno

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search