Le coup de gueule d’un ancien flic, le romancier Didier Fossey

« Suite à la parution du livre de Valentin Gendrot « FLIC, un journaliste a infiltré  la police » , Didier Fossey, l’auteur du polar « Burn Out » a tenu à s’exprimer sur le contenu de ce livre. Les propos de Didier Fossey n’engagent que lui mais il m’a semblé opportun de les entendre… Ph P

___________________________________________________________________________________________________________________

« J’ai dû me faire violence pour aller au bout, lire ce ramassis de haine, et de témoignages uniquement à charge. Mais remettons les choses à leur place.
Sous un titre racoleur et putassier, le « journaliste » nous annonce une infiltration de deux ans dans la police, en fait entre l’épisode école de police, le boulot de chauffeur à l’IPPP, il ne reste que six mois d’immersion en commissariat.
Six mois de boulot de flic, sur la voie publique, non. Retirons les gardes détenus, la permanence, il reste une patrouille par semaine, et encore, il a pris des congés. Admettons, ça fait 24 patrouilles à tout casser.
On apprend qu’un de ses collègues, à l’école de police de Saint Malô, pue des pieds, qu’un autre vient lui coller ses couilles sur le front au réveil, aucun intérêt. D’ailleurs première incohérence, il a passé le concours dans le grand ouest et se retrouve affecté à Paris. Normalement les ADS sont affectés dans la région où ils ont passé le concours. Admettons.

Didier Fossey, l’auteur du polar « Burn Out »

S’en suivent, une fois passé l’épisode IPPP, des récits de patrouilles, avec des personnages caricaturaux, des propos haineux, racistes, des coups, ça n’arrête pas. Le tout entrecoupé de copiés-collés d’articles de presse, de comptes-rendus de commissions ministérielles, sur le suicide des flics, la violence dans la police, l’alcoolisme. S’en suivent également des retranscriptions de dialogues de flics sur des forums dédiés, sans intérêt. C’est nauséeux à souhait.

Il ne reste donc que quelques pages, un florilège, à charge uniquement, de tout ce qu’un policier ne doit pas faire. Jamais il ne parle des conditions de travail, des locaux souvent vétustes, du matériel à bout de souffle, ah si, un car PS pète son embrayage et la voiture de patrouille a le pare-brise fissuré.

J’ai retenu deux récits qui me semblent complétement improbables. Un type interpellé pour vol dans un magasin, le gérant dépose plainte. Le voleur est transporté au commissariat dans la voiture de patrouille. En cours de route les policiers changent d’avis, lui foutent une trempe mémorable et l’abandonnent à plusieurs kilomètres de là. Quid du dépôt de plainte, comment est-ce possible ? Et puis ce type menotté sur le banc, à 6h25 du matin, qui est là depuis 17h00 la veille, en attente d’examen de comportement. Impossible, quand on sait avec quelle priorité sont traités les mis en cause pouvant avoir des troubles psychiques.
Cerise sur le gâteau, il a l’outrecuidance de se comparer à Albert Londres, le roi de l’infiltration. Heureusement qu’il n’a pas sa plume, j’aurais été obligé, en toute objectivité, de dire que c’était bien écrit.
Il y a chez les policiers des brebis galeuses, des violents, des racistes, des alcooliques, mais c’est une minorité, la majorité se défonce pour faire correctement son travail, en risquant sa vie parfois, avec beaucoup d’empathie pour les victimes, et pour un salaire de merde.
Un livre racoleur, écrit pour faire du fric et casser du flic, bien dans la mouvance actuelle, à éviter. »
VIDEO :

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search