In memoriam Jean-Claude Farcy (1945-2020) – Benoît Garnot

Jean-Claude Farcy intervenant devant les étudiants. (5 décembre 2013. Séminaire Criminocorpus de Marc Renneville)

« Jean-Claude Farcy est décédé le 2 août 2020. Nous ne l’avons appris qu’un mois après. Il est mort aussi discrètement qu’il a vécu.

Normalien (ENS de Saint-Cloud) et agrégé d’histoire, il avait commencé sa carrière comme professeur au lycée Marceau à Chartres, au coeur de cette Beauce dont il était originaire (son père était ouvrier agricole) et où il a toujours conservé son domicile, d’abord à Chartres même, à quelques mètres du bâtiment des Archives départementales d’Eure-et-Loir, puis dans sa petite maison de famille à La Bazoche-Gouet. Après quelques années d’enseignement, il a rapidement été recruté au CNRS comme chargé de recherche, rattaché d’abord à l’université Paris-10, puis à l’université de Bourgogne dans le cadre du Centre Georges Chevrier. Il n’est jamais devenu directeur de recherche : recalé une première fois, ce qui l’avait profondément marqué, il n’a pas voulu présenter de nouveau sa candidature. On peut pourtant penser qu’il l’aurait cette fois emporté. Quoi qu’il en soit, il aurait mérité une reconnaissance universitaire éclatante, mais si lui ont manqué les titres académiques les plus prestigieux, son œuvre, elle, parle pour lui, et elle parle fort.

Jean-Claude Farcy laisse en effet une œuvre considérable : une douzaine de recueils de documents (élaborés alors qu’il était responsable du service éducatif des Archives départementales d’Eure-et-Loir, avant son recrutement au CNRS), une centaine d’articles et de contributions à diverses publications collectives, et une vingtaine d’ouvrages (dont plusieurs publiés « en ligne »). D’abord passionné par l’histoire rurale du XIXe siècle, avec sa grande thèse sur les paysans beaucerons, il s’est ensuite tourné vers l’histoire de la justice, où il a alterné la publication d’instruments de recherche (notamment sur les sources judiciaires, un ouvrage qui lui a valu le prix Malesherbes, décerné cette fois-là judicieusement par l’Association pour l’histoire de la justice), celle de documents (comme les discours de rentrée des magistrats) et d’ouvrages de référence (sur la peine de mort, sur l’histoire de la justice, etc.).

J’ai connu Jean-Claude Farcy à Chartres, il y a près d’un demi-siècle, et je l’ai retrouvé un peu plus tard à Dijon, nos carrières ayant suivi géographiquement des routes parallèles. Nous avons publié ensemble deux ou trois livres et il a toujours participé activement aux colloques, consacrés à divers aspects de l’histoire de la justice, que j’ai organisés pendant près d’une trentaine d’année à l’université de Bourgogne. Je peux témoigner, comme le feraient certainement tous ceux qui l’ont vu à l’œuvre, de son extraordinaire puissance de travail (le côtoyer dans la salle de lecture des Archives départementales d’Eure-et-Loir, accumulant les archives et les notes, était une leçon d’humilité…), de sa compétence extrême (qui oserait la mettre en doute ?), mais aussi de son extrême gentillesse et de sa profonde modestie, des qualités plutôt rares chez les chercheurs et les universitaires.

Comme l’avait affirmé Frédéric Chauvaud lors d’un colloque tenu il y a une bonne vingtaine d’années à l’université de Poitiers, Jean-Claude Farcy était « le meilleur d’entre nous ». »

Benoît Garnot,
Professeur honoraire d’histoire moderne
à l’université de Bourgogne

______________________________________________________________________________________________________________________________________________

Benoît Garnot est un historien français né en 1951.

Agrégé d’histoire et docteur en lettres, il est professeur d’histoire moderne à l’université de Bourgogne depuis 1988 et co-dirige l’axe « Droit et justice, juristes et judiciables » de l’UMR-CNRS 5605.

Auteur de nombreux ouvrages, il a contribué à renouveler l’histoire de la justice et de la criminalité pendant l’Ancien Régime, d’abord en modifiant le regard porté sur les documents judiciaires (révélateurs, d’après lui, non de la criminalité, mais de la seule activité des tribunaux), puis en proposant une interprétation qui substitue à la perspective traditionnelle (une coercition organisée par l’État monarchique au bénéfice des catégories sociales dominantes) une approche fondée sur l’idée d’un compromis permanent entre l’institution judiciaire et les justiciables, ce qu’on peut appeler une « justice négociée ». Il a récemment approfondi et développé cette approche, tout en l’élargissant à l’époque contemporaine, dans le dernier de ses livres, consacré à l’histoire de la justice du XVIe au XXIe siècles.

Benoît Garnot est aussi directeur de la revue Annales de Bourgogne.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search