La justice des Lumières. Les tribunaux ordinaires en Touraine au XVIIIe siècle (Fabrice Mauclair)

Compte rendu de Julien Duval-Pélissier

« Longtemps sous-estimées par l’historiographie, les justices seigneuriales de l’Ancien Régime suscitent depuis quelques années un nouvel intérêt qui a permis à ces institutions de sortir de l’ombre des parlements et des grands tribunaux royaux. Pensons notamment aux travaux d’Antoine Follain ou de Vincent Meyzie, aux recherches d’Hervé Piant sur Vaucouleurs et de Zoe Schneider sur la Normandie, qui ont contribué à mettre en lumière l’activité des justices locales et de leurs officiers. En prenant pour cadre la Touraine au XVIIIe siècle, c’est dans cet important travail de réhabilitation des cours seigneuriales que s’engage précisément Fabrice Mauclair. « Proches des justiciables, rapides, efficaces, compétentes, moins onéreuses que les tribunaux du roi, les justices des seigneurs ont perduré jusqu’à la fin de l’Ancien Régime en faisant preuve d’une belle vitalité […] » (p. 50). Intervenant dans de nombreux domaines de la vie quotidienne, ces institutions judiciaires ont constitué des relais essentiels de l’administration royale, jouant ainsi un rôle déterminant pour la diffusion du droit dans les campagnes tourangelles (p. 61). À travers les archives municipales de Tours, mais surtout la série B des archives départementales d’Indre-et-Loire, ce sont les traces de plus de 250 justices royales et seigneuriales qui se dévoilent à l’historien ; le bailliage et siège présidial de Tours, plus grand tribunal de l’ancienne province, représente à lui seul le tiers de cette série documentaire. Ce n’est pas dire que ces multiples prétoires, d’envergures variables, obtiennent une attention équivalente : la tâche serait en soi démesurée. S’appuyant sur les études d’autres chercheurs et chercheuses, tout comme ses propres travaux sur le duché-pairie de La Vallière, c’est un tableau dense et complexe que Fabrice Mauclair dépeint en seize chapitres. Au cours de ceux-ci, il s’agit certes de nuancer notre appréciation des rapports entre institutions royales et seigneuriales, d’éclairer les interactions avec les justiciables, mais aussi d’appréhender la simple diversité des sphères d’action de la justice(…) »

Lire la suite du compte rendu de Julien Duval-Pélissier dans la revue Criminocorpus

Référence de l’ouvrage : Fabrice Mauclair, La justice des Lumières. Les tribunaux ordinaires en Touraine au XVIIIe siècle, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2019, 448 p.



Citer ce billet
Nadine Dardenne (2020, 29 septembre). La justice des Lumières. Les tribunaux ordinaires en Touraine au XVIIIe siècle (Fabrice Mauclair). Criminocorpus. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndnw

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search