Jasenovac, un camp de la mort en Croatie

Jasenovac, un camp de la mort en Croatie

Jasenovac, un camp de la mort en Croatie

Parution le 15 octobre 2015 – Le camp de concentration de Jasenovac, surnommé l »x Auschwitz croate », était un camp de concentration et un camp d’extermination créé par le régime des Oustachis dans l’État indépendant de Croatie (NDH) pendant la Seconde Guerre mondiale. Il fut le seul camp d’extermination de la Seconde Guerre mondiale non géré par les nazis de sa construction jusqu’à sa destruction. Jasenovac fut le plus grand camp de Croatie et le troisième camp de la mort le plus destructif, après ceux d’Auschwitz et de Treblinka. Le réseau des camps croates comprenait en tout 80 camps, tous mis en place et gérés par le régime oustachi. Pour marquer la particularité du camp de concentration croate, en juillet 2010, le président israélien Shimon Peres déclarera : « Ce camp se distingue des autres à plus d’un titre. Tout d’abord parce que les victimes n’étaient pas nécessairement uniquement juives… Et il se distingue aussi par la façon dont on y tuait les gens, à l’aide de marteaux, de couteaux, de pierres », autant de manifestations d’un « pur sadisme », a poursuivi le président israélien, qui a eu une grande partie de sa famille exterminée par les Allemands. Les Oustachis ont tenté de convertir au catholicisme les Serbes ; ceux qui restaient chrétiens orthodoxes étaient exterminés avec les Juifs et les Tsiganes, comme tous ceux qui s’opposaient à eux, notamment les parti-sans résistants croates pro-yougoslaves. Les Oustachis créèrent plusieurs camps de concentration, dont notamment celui de Jasenovac. Le ministre oustachi de la Culture, Mile Budak, affirma lors d’un discours qu’un tiers des Serbes devait être convertis, un tiers exterminé et un tiers chassé de l’État indépendant croate. Le nombre exact de victimes, spécialement de victimes serbes, n’est pas connu, seules des estimations existent, mais il est certain que plusieurs centaines de milliers de personnes furent tuées dans les camps de concentration et en dehors. Les livres d’histoire (supervisés par le régime titiste) de la République fédérale socialiste de Yougoslavie parlent de 1700000 victimes pour l’ensemble de la Yougoslavie, chiffre calculé en 1946 sur la base de la perte démographique de population (la différence entre le nombre actuel de personnes après la guerre et la population qu’aurait compté le territoire si la croissance démographique d’avant-guerre s’était poursuivie). C’est le nombre qui fut utilisé par Edvard Kardelj et Mose Pijade pour la demande de réparation de guerre faite à l’Allemagne.

Extrait du livre : 28/10/2015

ARRESTATION

Le tramway que j’empruntais depuis le quartier de Kustosija, où j’avais passé la nuit, s’arrêta au coin des rues Draskovic et Radisa. Je travaillais dans un magasin au n° 3 de la rue Radisa. Sur le trottoir, je remarquai un homme à l’allure suspecte trahissant l’agent au premier coup d’oeil. Il était de ceux qui, à l’époque, arrêtaient les Serbes et les Juifs pour les envoyer dans des camps.

Il me suivit dans le magasin et me demanda si j’étais Egon Berger. Je le lui confirmai. Il m’ordonna de le suivre au poste de police ; comme je le questionnais, il annonça qu’il allait me conduire dans un camp et que je devais me rendre chez moi pour emporter le strict nécessaire.

Avec le peu d’affaires que j’avais pu rassembler à la hâte, il m’emmena à la prison de Nova Ves où étaient réunis ceux qui allaient être envoyés au camp de Jasenovac.

Nous y passâmes trois nuits; le quatrième jour, au matin, on nous fît sortir dans la cour où nous attendait une patrouille armée. On nous fit monter dans des voitures scellées qui nous emmenèrent dans le quartier de Zavrtnica, où on nous parqua dans un énorme entrepôt de l’usine «Kristalum».

Nous étions soixante-trois. Nous ignorions ce qui nous attendait. Nous pensions que quelques semaines de travail forcé, ce n’était pas si terrible !

Les oustachis nous accueillirent avec des coups et des injures, nous signifiant que nous étions à présent en leur pouvoir.

Le sol était en béton; quelques-uns parmi nous avaient des couvertures sur lesquelles nous pouvions nous allonger. Nous devions faire nos besoins dans l’entrepôt même.

Le deuxième jour, on amena un autre groupe de Juifs. Ils les arrêtaient partout. Il était facile de les débusquer : les Juifs devaient porter sur la poitrine et dans le dos des chiffons jaunes portant la lettre «J».

Après onze jours, c’est-à-dire le 10 septembre, on nous embarqua dans des fourgons. Enfermés dans ces wagons, nous partîmes dans la nuit et l’inconnu.

de Luba Jurgenson et Egon Berger
Éditeur : Éditions des Syrtes
Collection : DOCUMENT/HIST

Biographie de l’auteur : Egon Berger (1912-1988), juif de Zagreb, est le seul survivant de Jasenovac à avoir témoigné de son vivant, dans un livre paru en 1966. C’est cet ouvrage terrible, ce document insoutenable mais de première importance, que les Éditions des Syrtes proposent ici, accompagné de photos d’époque retrouvées pour la plupart sur les gardiens de ce camp de la mort.


Vous aimerez aussi...