Soutenance de thèse : Emmanuel GERARDIN, La Peine et le Pardon. Les lettres de rémission des ducs de Lorraine (1473-1633)

Soutenance de la thèse de doctorat en histoire moderne préparée à l’Université de Strasbourg dans le cadre du laboratoire UR3400 ARCHE le vendredi 9 octobre 2020 à 13h30 au Collège Doctoral Européen, boulevard de la Victoire :
 

Emmanuel GERARDIN, La Peine et le Pardon. Les lettres de rémission des ducs de Lorraine (1473-1633). 

 

Jury composé de : 

HOULLEMARE Marie Professeure, Université de Picardie, rapporteur

VIRET Jérôme Luther Professeur, Université de Lorraine rapporteur

ABAD Reynald Professeur, Université Paris-Sorbonne président

FOLLAIN Antoine Professeur, Université de Strasbourg directeur

NASSIET Michel, Professeur émérite, Université d’Angers 

ROUSSEAUX Xavier, Professeur exceptionnel, Université catholique de Louvain 

ROUSSEL Diane, Maîtresse de conférences, Université Gustave Eiffel de Marne-la-Vallée 

 

Résumé :

La justice de la première modernité reposait autant sur la punition du crime que sur la miséricorde. Dans l’espace francophone, le pardon judiciaire avait pris depuis la fin du Moyen Age la forme des lettres de rémission. On sait comment le sujet a été étudié dans le royaume de France. Pour la Lorraine, les archives départementales de Meurthe-et-Moselle en conservent une série presque continue de près de 3000 copies consignées dans les registres des lettres patentes entre le règne de René II (1473-1508) et l’occupation du duché par les armées française en 1633 lors de la guerre de Trente ans. Réponses à des requêtes qui émanaient de toute la société, elles mobilisaient le travail des plus hautes institutions de l’État lorrain, de la chancellerie au conseil privé en passant par les officiers de judicature. Par ce moyen, les ducs dispensaient leur grâce : ils pardonnaient certains crimes, annulaient les procédures judiciaires en cours, assuraient la réintégration des bénéficiaires dans la société, favorisaient la réconciliation des parties et le retour à la paix civile. L’historiographie, déjà riche d’études fondatrices, est en constant renouvellement. Elle invite à réfléchir sur le rapport que les lettres de rémission construisent entre la justice princière et la société. Ce n’est plus seulement le paradigme de la naissance de l’État moderne qui est interrogé mais l’ensemble des moyens mis en œuvre par la société pour tenter de juguler les conflits qui la traversent. Cette thèse s’est proposée d’analyser les modalités de régulation de la violence par l’exercice du pardon judiciaire durant la période de la première modernité, principalement à partir de l’exemple lorrain, mais aussi en le comparant le cas échéant avec les États princiers germaniques voisins où on lui trouve un équivalent dans les Urfehden, parfois traduits par « serments de non-vengeance » ou « renonciation à la querelle ». La grâce pénale tirait sa légitimité et son efficacité d’un imaginaire – celui de la grandeur de l’État princier – par lequel était réalisée la concordance réparatrice entre l’horizon d’une société policée et harmonieuse et la violence du conflit d’honneur. La justice princière tentait de se substituer aux réflexes d’autorégulation des solidarités structurant la société. Les lettres de rémission peuvent de la sorte nous renvoyer un effet déformant. La société lorraine n’était pas structurellement violente dans son ensemble. Bien des communautés ne connaissent aucun crime pardonné pendant tout le siècle ; près de 10% des rémissions ont trait à des homicides purement accidentels ; le premier motif est le cas fortuit, involontaire ; ces paramètres laissent entendre que le recours à la violence était largement canalisé, en particulier par les structures familiales et communautaires. La violence concerne en définitive davantage le monde des dominants. Elle a été surtout une préoccupation de l’État ducal. La politique répressive de la justice du duc s’est largement renforcée à la fin du XVIe siècle contre ceux qui menaçaient l’ordre public. Les lettres de grâce étaient de la sorte une manière d’en modérer la dureté. Tout du moins pour une frange bien intégrée de la population qui pouvait avoir recours à la grâce pour échapper à un crime qui ne procédait pas d’une intention criminelle. La pédagogie que la clémence ducale prodiguait à travers les lettres de rémission enjoignait l’homme accompli à ne faire usage de la violence qu’en dernier recours, une fois les ressources du dialogue et de la justice épuisées. Les suppliants qui en appelaient à la clémence du duc attendaient que justice leur soit faite, requérant très instamment à l’instar de Bernardin de Remicourt « la raison [leur] estre faicte de ceste opprobre selon justice & équité ». 



Citer ce billet
Sophie Victorien (2020, 5 octobre). Soutenance de thèse : Emmanuel GERARDIN, La Peine et le Pardon. Les lettres de rémission des ducs de Lorraine (1473-1633). Criminocorpus. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndnz

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search