Hugo – Patrimoine des lieux de justice – Nouvelles notices en ligne sur Tournai

Florian Mariage a rédigé trois nouvelles notices dans la base Hugo dédiée au patrimoine des lieux de justice. Nous vous proposons d’en découvrir quelques extraits :

Prison Brunain

la prison Brunain dans la cathédrale : porte et intérieur (2020)             © Florian Mariage

Prison Brunain (cathédrale Notre-Dame de Tournai)
La prison capitulaire est toujours visible aujourd’hui dans la cathédrale Notre-Dame. Elle occupe un réduit uniquement accessible depuis le grand escalier à vis de la tour Brunain, l’une des cinq tours du transept. De plan irrégulier et composée de deux parties en enfilade, la prison a été construite dans l’épaisseur du mur de la tour et sur l’extrados de la voute et de la toiture de la chapelle de la Madeleine. Fermée d’une lourde porte en bois et éclairée par une étroite meurtrière donnant sur la place Paul-Émile Janson, la première pièce (salle de garde ?) contient de petites niches semi-circulaires et une cheminée. L’espace du fond (cachot) était également fermé d’une porte spécifique, disparue. Compte tenu de la chronologie de construction de la charpente reposant sur la voute du bras nord du transept et des deux portails latéraux qui ont servi à le contrebuter, cet espace aurait été conçu et construit bien avant 1150 ; la chronologie relative pour les portails latéraux les situant plutôt dans la décennie 1120. On ignore cependant si cet espace a, dès l’origine, fait office de prison(…)
Accéder à la fiche et lire la suite.

Tour Henri VIII

La tour Henri VIII : intérieur casemate supérieure (2020).        © Florian Mariage

Tour Henri VIII ou Grosse Tour (Tournai)
La tour Henri VIII est une tour d’angle massive, en grès, brique et pierre calcaire, mesurant 21 m de hauteur hors sol, 27,5 m de diamètre, et des murs de 7 m d’épaisseur, comprenant deux casemates superposées de 13 m de diamètre et voutées de briques. Six canonnières sur deux niveaux flanquaient les courtines, celles du niveau inférieur étant actuellement sous le niveau du sol. Le pied et le sommet de la tour ont fait l’objet de diverses prospections archéologiques en 2007 et 2008. Il ne subsiste aucune trace, à l’intérieur des casemates, de l’occupation de la tour comme prison. Peu de temps après la prise de Tournai par Henri VIII (1513), le monarque anglais décide d’aménager une citadelle ou château dans le quartier Saint-Nicolas, afin de loger sa garnison et accueillir un gouverneur militaire. L’enceinte médiévale préexistante est réutilisée mais deux autres pans de courtine ferment le château vers l’Escaut et la paroisse Saint-Brice. Des boulevards et tours d’artillerie sont construits, dont une « grosse tour » dans l’angle nord-est. La tour est utilisée comme prison à partir de 1527, principalement dans le cadre de la lutte contre les rebelles et les « hérétiques », menée par les gouverneurs successifs de Tournai. Les prisons restent en fonction sans discontinuer au moins jusqu’en 1590. De 1549 à la fin du XVIe siècle, de nombreux travaux d’aménagement ou de réparation sont apportés, particulièrement aux portes et canonnières qui souffrent de l’affectation du site comme prison(…)
Accéder à la fiche et lire la suite.

prisons royales du bailliage de Tournai-Tournaisis

L’hôtel de la Couronne (B), siège de l’hôtel du baillage, et le bâtiment accolé (aujourd’hui le Carillon – A), dont les sous-sols abritent les prisons royales du bailliage de Tournai-Tournaisis à partir de la fin du XVIe siècle. Lithographie de Vasseur extraite de Bozière 1864.                 © Florian Mariage

Prisons du bailliage de Tournai-Tournaisis
C’est en 1539 que le souverain fait l’acquisition par décret d’une maison particulière sur la Grand-Place, à l’enseigne de la Couronne, avec le dessein d’y placer l’ensemble des services de l’administration du bailliage de Tournai-Tournaisis, précédemment à Maire. Des travaux importants sont réalisés jusqu’en 1550 mais jamais complètement achevés, faute de moyens, et les prisons ne sont pas aménagées. En 1561, la maison est arrentée perpétuellement au procureur fiscal du bailliage, Pasquier de le Barre, à charge qu’il poursuive les travaux entamés, et qu’il réserve l’usage de certaines pièces au service de l’administration provinciale. Les travaux sont sans doute réalisés mais il n’est pas encore question de prisons. En 1568, Pasquier de le Barre est exécuté pour hérésie et la maison, confisquée, retourne au domaine. Le projet d’affecter en prisons les sous-sols de la maison de la Grand-Place refait surface au début des années 1580 ; vu « que les prisonniers ne s’y povoyent sceurement garder et qu’il n’y a autre maison ny place pour detenir iceulx », le domaine y fait réaliser des travaux de réparation « pour le maintenement de la justice » et « l’asseurement desdites prisons » : verrières, ferronneries, charpentes, réalisation d’un appentis en ardoises(…)
Accéder à la fiche et lire la suite.

HUGO est un service ligne librement accessible dédié à la connaissance partagée du patrimoine judiciaire. Il vise à dresser un inventaire patrimonial des lieux de jugement et d’exécution des peines en rassemblant des informations relatives à l’architecture, l’histoire et la mémoire des lieux. Conçu sur une base participative, ce service offre à chacun la possibilité de contribuer à la collecte des données.
Plus d’informations.


Citer ce billet
Nadine Dardenne (2020, 5 octobre). Hugo – Patrimoine des lieux de justice – Nouvelles notices en ligne sur Tournai. Criminocorpus. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndo1

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search