Jeunesse irrégulière – Moralisation, correction et tutelle judiciaire au XIXe siècle

Jeunesse irrégulière : moralisation, correction et tutelle judiciaire au XIXe

Jeunesse irrégulière : moralisation, correction et tutelle judiciaire au XIXe

Parution le 13 novembre 2015 – Héritière des anciennes mesures de police propres au pouvoir royal, l’éducation correctionnelle se transforme, à mesure qu’elle se confronte à une population d’enfants urbains, misérables et pitoyables, en un dispositif individualisé de surveillance et de bienveillance. Elle construit à partir du foisonnement des sciences sociales de la fin du XIXe siècle les savoirs, les discours, les pratiques administratives et judiciaires permettant d’agir efficacement à l’encontre d’une jeunesse socialement inadaptée.

Avec le soutien de l’université d’Orléans et du laboratoire Centre de recherches juridiques Pothier de l’université d’Orléans.

Sommaire :

Une jeunesse pitoyable et embarrassante

  • Les jeunes détenus entre correction paternelle et culpabilité para-pénale
  • Les colonies pénitentiaires (loi du 5 août 1850)
  • Une éducation correctionnelle en quête de repères

Une jeunesse socialement inadaptée

  • Familles dénaturées et enfants moralement abandonnés : aux origines d’un traitement judiciaire individualisé
  • Protéger la société des dangers de la jeunesse et protéger la jeunesse en danger : l’effet conciliateur de la loi du 19 mars 1898
  • Vers un tribunal pour enfants : « une loi de réadaptation sociale de l’enfance misérable »

Dominique Messineo est maître de conférences en histoire du droit à l’université d’Orléans. Il a reçu en 2013 le prix de thèse du Comité d’histoire de la Sécurité sociale.

Éditions : Presses Universitaires de Rennes


Vous aimerez aussi...