La parole est au garde des Sceaux

 

  • La parole est au garde des Sceaux

    La parole est au garde des Sceaux

    Documentaire

  • Affiliation
    Justice et histoire de la Ve République.
  • Brève description
    De 1981 à aujourd’hui, retour sur l’exercice du pouvoir des gardes des Sceaux. Deux documentaires produits par l’INA (Sylvie Cazin) pour France 5.
  • Longue description
    De 1981 à aujourd’hui, 17 ministres de la Justice se sont succédé à la Chancellerie. Au cours de ces 33 années, le « 13, Place Vendôme » aura vu passer 4 présidents de la République, 13 Premiers ministres et 3 cohabitations…

    Moins exposé en apparence qu’un Premier ministre ou que le ministre de l’Intérieur, le ministre de la Justice occupe en réalité l’un des postes les plus risqués de la République. De Robert Badinter à Christiane Taubira, de Jacques Toubon à Élisabeth Guigou, de Pierre Méhaignerie à Rachida Dati, chacun a été confronté aux crises et aux pièges, aux difficultés et aux contradictions, sans mésestimer la pression médiatique constante. De gauche ou de droite, tous ont pu mesurer l’étendue de leur solitude.

    Cette série a pour ambition de permettre aux téléspectateurs de passer derrière la façade de la chancellerie, de donner la parole aux gardes des Sceaux pour revivre, avec eux, leurs émotions, leurs grandes décisions et leurs… échecs. Nous proposons deux films, très rythmés, qui permettront d’aborder les grands thèmes sur lesquels le grand public se pose tant de questions.

    « Une curieuse solitude ». Le premier film sera consacré à la curieuse solitude du garde des Sceaux. Garant des libertés, il doit composer avec une opinion publique la plupart du temps d’humeur répressive. Tenu de défendre l’institution judiciaire, il se voit invariablement contesté, sous la gauche comme sous la droite, par le ministre de l’intérieur qui lui reproche son « laxisme ». Considéré comme un ministre détaché des basses contingences, il est en réalité le responsable de l’administration pénitentiaire, donc des prisons cette bombe à retardement que chacun redoute. Nous sommes alors loin des ors de la chancellerie. On imaginait les gardes des Sceaux vivant sur une sorte d’Olympe ; on les découvre isolés, assaillis et hantés par les problèmes qui déferlent sur eux…

    « La chimère de l’indépendance ». Le second film proposera le regard des Gardes des Sceaux sur le paradoxe de leur mission : tout le monde exige l’indépendance de la justice mais nombreux sont ceux qui s’en inquiètent quand survient une affaire politico-financière, un fait-divers ou un fiasco judiciaire. A peine est-il arrivé place Vendôme que les gardes des Sceaux se voient presser de réagir et d’agir…De l’affaire du petit Grégory à l’affaire d’Outreau, on lui demande de désavouer les juges et de les sanctionner quand il est tenu de défendre leur indépendance. Les voilà ensuite sommés par leurs amis politiques de « tenir leurs juges » et d’intervenir en leur faveur quand tel ou tel ministre est mis en cause. Dans les deux cas, la justice fait peur et à chaque fois la vie d’un garde des Sceaux ressemble alors à un enfer…

    C’est en mélangeant trois axes narratifs (les sentiments humains, l’exercice du pouvoir ministériel, le monde de la justice) que nous tissons ces histoires, des histoires racontées de l’intérieur par les gardes des Sceaux. Nous proposons deux films sous tension, celle des gardes des Sceaux qui n’ont rien oublié de leur passage place Vendôme.

    Cela mérite bien une plongée dans ce lieu de pouvoir singulier qui place dans la lumière des ministres de la justice entre grandeur et servitude, coups et blessures, soutiens politiques des débuts et solitude confirmée à la fin…

  • Réalisé par Joseph Beauregard
  • Écrit par Joseph Beauregard et Laurent Greilsamer
  • Scénario parla vie…
  • Produit par Sylvie Cazin, INA
  • E-mail josephbeauregard@wanadoo.fr

 


Vous aimerez aussi...