Jean-Claude Vimont

Jean-Claude Vimont à la Santé

Jean-Claude Vimont à la prison de la Santé, (11 juin 2014)

Chers amis, chers lecteurs,

C’est avec une profonde tristesse que je vous informe du décès de notre collègue et ami Jean-Claude Vimont, survenu ce mercredi 28 octobre 2015.

Jean-Claude a trouvé le chemin de l’évasion après de longs mois de lutte et d’enfermement dans la maladie. Il n’est pas temps aujourd’hui de mesurer la perte de l’ami, de retracer sa carrière ni d’évoquer l’œuvre considérable qu’il a construit au fil de nombreuses publications, souvent référentielles et parfois méconnues. Je voudrais juste souligner combien, ces dernières années, il était devenu un compagnon actif et à bien des égards exemplaire pour ceux qui avaient la chance de travailler en proximité avec lui au sein de Criminocorpus.

Jean-Claude faisait partie du premier cercle d’historiens de la justice sincèrement convaincus de l’intérêt de l’aventure numérique. Il appréciait dans celle-ci la possibilité de s’adresser directement au public, de publier dans un délai court et d’associer ses étudiants à l’expérimentation de nouvelles pratiques pédagogiques. Sur le plan de l’anecdote, c’est à lui que nous devons la création de la page Facebook Criminocorpus. Il avait su me convaincre de l’intérêt du réseau social pour toucher notamment les étudiants, alors que j’étais réticent à toute incursion sur ce réseau.

Plus fondamentalement, Jean-Claude s’était investi sans compter depuis le projet ANR Sciencepeine (2009-2014) dans la recherche en équipe, conscient qu’il était de participer ainsi, par le collectif et le numérique, à la forge d’une intelligence collective.

Érudit, modeste et discret, Jean-Claude était aussi et avant tout un authentique chercheur explorateur, curieux de toute question, jamais blasé, toujours enthousiaste, prêt à défricher de nouveaux chemins, de nouveaux thèmes, sans complexe ni tabou, n’hésitant pas à s’aventurer là où d’autres s’imposaient par prudence un droit de réserve. Il faudra se souvenir que Jean-Claude Vimont a très largement contribué à défricher et imposer en France la notion de patrimoine carcéral, moins par goût de la posture théorique que par attirance pour les nouvelles pratiques de terrain qu’elle exigeait. Lorsque nous visitions ensemble une prison pour recueillir les données d’une visite virtuelle, comme ce fut le cas au Havre en 2010, à la Santé en 2014 ; ou pour une campagne photographique comme à Liancourt en 2015 ; Jean-Claude était toujours, dans l’équipe, celui qui voulait en voir un peu plus, rester sur place un peu plus longtemps. Son désir n’avait rien d’inquisiteur. Il s’agissait d’une authentique soif de savoir attentive à la matérialité des lieux, aux pratiques professionnelles, aux menus détails de la détention et ce, dans le parfait respect de ses interlocuteurs. Ceux-ci ne s’y trompaient d’ailleurs pas, et je n’ai pas souvenir qu’un personnel pénitentiaire ait refusé de lui ouvrir une porte en dehors des contraintes de service.

Tel l’arbre qui produit ses plus nombreux fruits avant de s’éteindre, Jean-Claude s’était engagé ces dernières semaines dans une course contre l’inéluctable en démultipliant les écritures, les idées, les projets et les propositions de travail. Nous avions du mal à le suivre, tant sa production était prolifique. Certains de ces fertiles dossiers sont susceptibles d’impliquer à l’avenir les collègues de Criminocorpus et du CLAMOR, dont Jean-Claude était devenu membre correspondant, à sa demande, il y a quelques jours seulement.

Dans la peine que représente pour nous le choc de sa disparition prématurée, je voudrais partager avec vous cette conviction que notre ami nous a quittés en trouvant l’énergie et les ressources d’offrir ses ultimes dossiers de recherche à ses complices, avec les valeurs de générosité et d’exquise gentillesse qui le caractérisait. Nous nous efforcerons, autant que faire se peut, de les mener à bien.

Pour l’équipe de Criminocorpus,

Marc Renneville

A découvrir ou à relire

Jean-Claude Vimont a publié plusieurs ouvrages et de nombreux articles dans des revues scientifiques, en ayant toujours le souci d’être accessible à un large public. Il a produit de très nombreuses publications sur Criminocorpus, parmi celles-ci :

Deux très belles expositions :
Les vrais « Tontons flingueurs » (2014)
La mémoire des murs (2014)

Deux dossiers thématiques dans la revue :
Les rebelles face à la justice (2014)
Justice et détention politique (2013)

– La rubrique « Patrimoine carcéral » de ce carnet-blog

et de nombreuses autres contributions que vous pourrez retrouver à partir de sa fiche auteur.

Pour un aperçu plus large de ses travaux historiques, voir les résultats d’une recherche sur Isidore.


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. corbin dit :

    M. Vimont….un prof exceptionnel ! Des souvenirs de maîtrise et de cours passionnants. Quelle triste nouvelle.

  2. Marcou Laurence dit :

    Chercheur, enseignant, militant au grand cœur et à la grande intelligence c’est avec une profonde tristesse que j’ai appris cette nouvelle. Je suis heureuse d’avoir connu M. Vimont et de l’avoir eu comme maître pour mon master, il était pour moi un modèle. Mon deuil est sincère et je pense que toute la communauté historienne vient de perdre un grand homme. Je pense particulièrement aux amis et à la famille de J-C et je suis de tout cœur avec eux. Je vous fais confiance pour continuer son œuvre de recherche et développer le patrimoine carcéral.

    Courage,

    M. Laurence,

  3. Catherine Prade dit :

    En 1993, j’ai rencontré Jean-Claude, un des premiers visiteurs du musée à Fontainebleau. En 2004, j’avais bien aimé avec lui l’aventure « à l’ombre des hauts murs » avec la maison Gallimard ! Et que dire de nos recherches sur les caricatures d’Hanro à Fresnes ? Beaux souvenirs d’une bonne amitié…
    Je pense à Héloïse et Quentin, ils peuvent être fiers de leur père, qui va nous manquer à tous.