50 ans après sa disparition, le mystère Ben Barka

L'opposant marocain Mehdi Ben Barka lors d'une conférence de presse à Casablanca, en 1959.  (AFP FILES)

L’opposant marocain Mehdi Ben Barka lors d’une conférence de presse à Casablanca, en 1959. (AFP FILES)

De nombreuses associations et mouvements syndicaux et politiques se retrouvent ce jeudi soir devant la brasserie Lipp, boulevard Saint Germain à Paris, comme elles le font chaque année, sur les lieux de la disparition de Mehdi Ben Barka.

Cela fait aujourd’hui cinquante ans que l’opposant marocain a été enlevé. Malgré deux procès et de longues années d’instruction, son corps n’a jamais été retrouvé et de nombreuses questions restent aujourd’hui encore sans réponse.

Points de repères chronologiques :

29 octobre 1965. Mehdi Ben Barka, l’un des principaux opposants au régime d’Hassan II est enlevé devant la brasserie Lipp, boulevard St Germain à Paris par deux hommes qui présentent des cartes de police.

11 novembre 1965. Arrestation des deux policiers Louis Souchon et Roger Voitot. Souchon dénoncera ensuite l’implication du SDECE, les services secrets français.

Janvier 1966. La France lance un mandat d’arrêt à l’encontre du général Mohammed Oufkir, ministre marocain de l’Intérieur et chef des services secrets.

17 janvier 1966. L’un des principaux témoins, Georges Figon se suicide après ses révélations à l’Express.

6 mai 1966. Débat sur l’affaire Ben Barka à l’Assemblée nationale.

5 septembre 1966. Ouverture du procès à Paris. 13 accusés, dont sept en fuite, jugés par contumace. 167 témoins.

19 octobre 1966. Coup de théâtre. Le commandant Ahmed Dlimi, directeur général de la Sûreté nationale marocaine se constitue prisonnier. Le procès est ajourné.

17 avril 1967. Reprise du procès.

7 juin 1967. Verdict : cinq acquittements et huit condamnations, dont six à perpétuité par contumace pour les accusés en fuite. Parmi eux, le général Oufkir qui trouvera la mort quelques années plus tard après un coup d’Etat manqué contre le roi du Maroc.

Octobre 1975. Nouvelle plainte de la famille pour assassinat et complicité d’assassinat.

2005. Le juge d’instruction Patrick Ramael se rend au Maroc. Sans résultat. A Paris, il ordonne la perquisition du domicile de l’ancien premier ministre d’Hassan II, Driss Basri. Il demande aussi des fouilles au PF3 de Rabat, un ancien centre de détention. Sans succès.

23 octobre 2007. Délivrance de cinq mandats d’arrêt internationaux visant cinq Marocains, dont le général Benslimane, le patron de la gendarmerie royale.

Eté 2015. Le juge d’instruction Cyril Paquaux adresse une commission rogatoire à Tel Aviv pour entendre un agent du Mossad. A ce jour, il n’a pas encore obtenu de réponse.

Pour écouter les différents témoignages sur France Culture, cliquez sur le lien suivant :

Le mystère Ben Barka


Vous aimerez aussi...