Les CRS en Algérie. La face méconnue du maintien de l’ordre

Les CRS en Algérie. La face méconnue du maintien de l'ordre

Les CRS en Algérie. La face méconnue du maintien de l’ordre

Parution du livre le 12 mars 2010 : La guerre d’Algérie a été une période charnière dans l’emploi des CRS. De 1952 à 1962, des milliers de fonctionnaires de police ont traversé la Méditerranée pour faire respecter l’ordre républicain. Ces policiers ont payé leur engagement au prix fort, comptant de nombreux tués et blessés dans leurs rangs. Sous le commandement d’un chef d’exception, Henri Mir, ils ont accompli leur mission dans la droite ligne du gouvernement légal de Paris et ceci, malgré les pressions des différents camps.

Aux heures les plus sombres de cette période, ils ont su s’opposer aux militaires pour conserver aux compagnies républicaines de sécurité leur vocation de force civile.

Leur sang-froid, leur circonspection et leur respect de toutes les communautés qui se sont si douloureusement affrontées ont été reconnus de tous, y compris des plus hautes autorités civiles et religieuses.

Pour la première fois, les relations souvent tumultueuses entre les hommes politiques, les militaires putschistes, les officiers de l’armée et les CRS sont dévoilées dans ce livre à partir d’archives confidentielles et secrètes jamais publiées.

Jean-Louis Courtois

Commandant échelon fonctionnel de police, expert en armes et munitions près la Cour d’appel de Paris, collaborateur à différentes revues françaises et étrangères spécialisées, Jean-Louis Courtois a débuté sa carrière au sein de la CRS 44 de Joigny (Yonne) avant d’intégrer l’école de police de Sens en tant que formateur CRS. Conférencier, auteur de livres sur les services de police et de livres techniques, il est également l’auteur d’un roman policier.

Michel Lejeune

Instituteur, Michel Lejeune s’est orienté vers l’enseignement spécialisé et l’enfance inadaptée. Il a collaboré aux livres de Jean-Louis Courtois consacrés au Raid avant de se plonger dans les archives internes des CRS pour ce nouvel ouvrage.

Extrait du livre : Avant-propos – Pendant des années après la fin des événements d’Algérie, l’intervention des forces de police et de gendarmerie était considérée comme des opérations de maintien et de rétablissement de l’ordre. On ne parlait pas de guerre. C’est François Mitterrand alors président de la République qui, le premier, a prononcé ce mot considéré comme tabou : la guerre. Ne lui faisons pas injure, il connaissait la valeur de ce vocable d’autant plus qu’il avait été directement impliqué dans ce conflit, dès 1954, alors qu’il était au ministère de l’Intérieur.

De nombreux historiens font débuter le mouvement insurrectionnel concerné en novembre 1954. Pour beaucoup d’appelés, cette date a été le début de leur histoire militaire. Cette guerre a engagé 2 700 000 soldats. A la signature des accords d’Évian, en juillet 1962, les pertes humaines s’élevaient à 24 614 tués et 64 985 blessés. Ce dernier nombre ne prend pas en compte les militaires et personnels civils qui bien des années plus tard connaissent encore des séquelles psychologiques liées à ces événements.

Une très importante iconographie existe sur cette période, les récits des militaires et des hommes politiques rappellent les petits et grands épisodes de la fin de l’Algérie française. On évoque dans ces ouvrages les faits d’armes, l’angoisse des populations, le désespoir des pieds-noirs, mais jamais aucun livre n’a été consacré au travail des membres des compagnies républicaines de sécurité soit organiques, soit métropolitaines. Ces policiers spécialistes du maintien de l’ordre ont permis dans bien des cas que ces événements violents et souvent tragiques ne dégénèrent pas davantage.

Ce livre relate dans le détail, l’histoire de ces hommes qui, avec courage, détermination et le plus souvent au péril de leur vie, ont tenté de sauvegarder la légalité française. Cet ouvrage n’est certes pas exhaustif, mais il montre que bien avant le 1er novembre 1954, les policiers des CRS sont intervenus loin de leurs bases métropolitaines. Ces fonctionnaires ont vécu chaque jour l’engrenage infernal des événements.

Des attaques sauvages de villages aux quadrillages des grandes villes en passant par le putsch d’Alger et le départ des Européens, les CRS ont voulu donner à leur engagement un sens, celui du respect de toutes les convictions politiques, religieuses et éthiques dans le cadre des institutions de la République quelquefois bien malmenées par les hommes animés par la passion et la haine.

Ce sens du devoir a été payé au prix fort, celui du sang versé.

Jean-Louis Courtois

Michel Lejeune , Robert Pinaud (Préfacier)

Éditeur : Marines Editions

 

Né à Auxerre en 1954, Jean-Louis COURTOIS est fils et petit-fils de policier

Né à Auxerre en 1954, Jean-Louis COURTOIS est fils et petit-fils de policier

Né à Auxerre en 1954, Jean-Louis COURTOIS est fils et petit-fils de policier. En retraite depuis 2009, il a débuté sa carrière au sein de la CRS 44 de Joigny, avant d’intégrer l’École de Police de Sens en tant que formateur. Il a terminé sa carrière commandant échelon fonctionnel de police (aux renseignements généraux), et demeure expert en armes et munitions  près la Cour d’appel de Paris, collaborateur à différentes revues françaises et étrangères spécialisées.

Conférencier, auteur de livres sur les services de police et de livres techniques, il est l’auteur d’un roman policier, « L’Héritage de la vengeance » (2005, Ed. Crépin-Leblond).

Au cours de ce numéro de Wagon-Livres, Jean-Louis COURTOIS évoque les événements d’Algérie (1952 – 1962) à travers l’ouvrage qu’il a écrit, en collaboration avec Michel LEJEUNE, « Les CRS en Algérie, 1952 – 1962, la face méconnue du maintien de l’ordre » paru aux Editions Marines au printemps 2010.

Sur les 3000 livres consacrés à la Guerre d’Algérie, aucun ne parle véritablement du rôle et des missions qui furent celles des CRS (Compagnies Républicaines de Sécurité) dans les trois départements français d’Algérie. Réparant cet oubli, le livre de Jean-Louis COURTOIS servira d’argumentaire à un documentaire qui sera diffusé sur France 2 courant février / mars 2012.

La Guerre d’Algérie a été une période charnière dans l’emploi des CRS. De 1952 à 1962, des milliers de fonctionnaires de police se sont rendus en Algérie pour faire respecter l’ordre républicain. Ces policiers ont payé leur engagement au prix fort, comptant de nombreux tués et blessés dans leurs rangs. Au cours de cette émission, Jean-Louis COURTOIS revient sur cette période troublée de l’Histoire de France, rendant hommage au travail des CRS en Algérie jusqu’aux accords d’Evian, marquant la fin de cette guerre en 1962.

Autres ouvrages de Jean-Louis COURTOIS : « Le Raid, l’unité d’élite de la police française » (Ed. Pygmalion, 1999), « Le Raid, l’ultime recours » (Ed. Crépin-Leblond, 2000), « CRS, au service de la nation » (Ed. Crépin-Leblond), « Le pistolet SP 2022 » (Ed. Crépin-Leblond) et un polar, « L’Héritage de la vengeance » (Ed. Crépin-Leblond).

Pour écouter l’intégralité de cette émission, cliquez sur le lien ci-dessous :

Les CRS en Algérie


Vous aimerez aussi...