Jean Vaujour, directeur de la Sûreté en Algérie au début du conflit

 Entretien avec Jean Vaujour Publié le 27 octobre 1994 par L'Express - Rotman Patrick


Entretien avec Jean Vaujour
Publié le 27 octobre 1994 par L’Express – Rotman Patrick

Article de presse paru le 27 octobre 1994 –  1er novembre 1954. Un peu après minuit, des bombes explosent à Alger. Dans l’Aurès, l’instituteur Monnerot et un caïd local sont abattus par des fellagas. Il ne s’agit pas d’une simple flambée de banditisme. Même si elle ne fait «que» sept morts, la «Toussaint rouge» marque le début d’une longue et douloureuse épreuve pour la France: la guerre d’Algérie.

Qu’on se rappelle les prémices: la répression sanglante de Sétif en 1945 ; le statut voté par le Parlement français en 1947; les élections «arrangées» par le gouverneur Naegelen en 1948; et l’aveuglement dont ont fait preuve les autorités face aux premières velléités de lutte armée exprimées par les nationalistes algériens en 1953 et 1954. Un homme avait pourtant prévenu. Jean Vaujour, directeur de la Sûreté en Algérie, avait averti le ministre de l’Intérieur, un certain François Mitterrand, de l’imminence de l’insurrection. Quarante ans après, Jean Vaujour s’est confié à Patrick Rotman. Voici son témoignage.

Pour lire l’intégralité de cet article de presse, voyez le lien suivant :

1er novembre 1954 : le début de la guerre d’Algérie

Sous-Préfet dès 1942, Préfet hors cadre en 1953, il fut directeur de la Sécurité Générale en Algérie durant la période troublée des années 1953 à 1955. Il fut celui qui tenta, sans que cela ne soit pris réellement en compte, de prévenir le gouvernement de Pierre Mendès-France et son ministre de l’Intérieur François Mitterrand, que l’insurrection algérienne allait éclater.

Sous-Préfet dès 1942, Préfet hors cadre en 1953, il fut directeur de la Sécurité Générale en Algérie durant la période troublée des années 1953 à 1955. Il fut celui qui tenta, sans que cela ne soit pris réellement en compte, de prévenir le gouvernement de Pierre Mendès-France et son ministre de l’Intérieur François Mitterrand, que l’insurrection algérienne allait éclater.

L’ancien préfet Jean Vaujour est décédé le 28 mars 2010 , à l’âge de 95 ans. Avec lui, c’est un grand témoin de la guerre d’Algérie qui disparaît. En 1954, Jean Vaujour, ancien résistant et alors directeur de la Sûreté générale à Alger, fut celui qui tenta, en vain, de prévenir le gouvernement de Pierre Mendès France et son ministre de l’Intérieur, François Mitterrand, que l’insurrection algérienne allait éclater.

En prenant son poste à Alger en 1953, Jean Vaujour lance immédiatement une vaste enquête sur le mouvement indépendantiste algérien. En contact avec les services spéciaux français au Caire et avec ses homologues au Maroc et en Tunisie, il rassemble de nombreux éléments prouvant qu’une insurrection est imminente. Son rapport, intitulé « Les commandos nord-africains », rédigé en mars 1954, reste pourtant lettre morte.

Affinant ses informations, notamment auprès d’un informateur de premier plan – un artificier du mouvement qui opère dans la casbah d’Alger -, il prévient directement le ministre de l’Intérieur, François Mitterrand, qui, du 15 au 23 octobre, se rend en Algérie à l’occasion du tremblement de terre qui a eu lieu un mois plus tôt à Orléansville. Jean Vaujour lui propose d’arrêter tout le groupe ou de continuer à le surveiller pour tenter de lancer un coup de filet plus vaste. « Nous verrons cela à mon retour », lui répond François Mitterrand. Le ministre venant de repartir, d’autres informations parviennent à Jean Vaujour, qu’il transmet en urgence. Un nouveau rapport qui restera, lui aussi, ignoré. Seuls des renforts de CRS seront envoyés, mais ne parviendront à Alger que la veille de l’insurrection. Dans la nuit du 1er novembre, la Toussaint rouge débute. Explosions, sabotages, attaques sur l’ensemble du territoire… une trentaine d’attentats qui ne font que sept morts, mais signent le début de huit années d’un des plus terribles conflits de l’histoire de la décolonisation. (Par François Malye – Publié le 06/04/2010 Le Point.fr)


Vous aimerez aussi...