Justice d’exception – L’État face aux crimes politiques et terroristes

Justice d'exception - l’État face aux crimes politiques et terroristes

Justice d’exception – l’État face aux crimes politiques et terroristes

Date de parution 12 novembre 2015 – Qu’ont en commun d’anciens collaborateurs qui ont fui la France à la Libération, des activistes de l’OAS, des espions soviétiques, des gauchistes de mai 68 et de la Gauche prolétarienne, des autonomistes corses, basques et bretons ou des membres d’Action Directe ? D’avoir été jugés par une juridiction d’exception créée par le général de Gaulle à la fin de la guerre d’Algérie et supprimée par François Mitterrand au début de son septennat : la cour de sûreté de l’État.

Siégeant sans discontinuer pendant dix-huit ans et jugeant des milliers de militants, celle-ci incarne une tradition française de justice politique appliquée aux « ennemis intérieurs » qui prennent pour cibles l’État. A travers une plongée inédite dans les archives de cette juridiction d’exception, Vanessa Codaccioni identifie les nombreuses mesures prises par les gouvernements contre des activistes radicaux : les gardes à vue et les détentions prolongées, les arrestations de nuit, le jugement par des militaires de carrière, ou encore les examens psychiatriques qui visent à faire de ces militants des êtres à part, anormaux, dès lors soumis à une répression radicale et spécifique.

Contrairement à une idée reçue, ces dispositions exceptionnelles ne disparaissent pas au début des années 1980. Elles évoluent, se transforment, et sont progressivement réintégrées dans l’arsenal sécuritaire et répressif pour constituer le socle de la lutte antiterroriste aujourd’hui. De la lutte contre les partisans de l’Algérie française au jugement des djihadistes par une justice dérogatoire au droit commun, c’est toute la généalogie de l’antiterrorisme que ce livre retrace.

Maîtresse de conférences en science politique à l'Université Paris 8, Vanessa Codaccioni est notamment l'auteur de Punir les opposants. PCF et procès politiques 1947-1962 (2013)

Maîtresse de conférences en science politique à l’Université Paris 8, Vanessa Codaccioni est notamment l’auteur de Punir les opposants. PCF et procès politiques 1947-1962 (2013)

Vanessa Codaccioni est maîtresse de conférences au département de science politique de l’Université Paris8 et membre du laboratoire Cultures et Sociétés Urbaines (CRESPPA-CSU).

Contributrice à l’entreprise biographique du Maitron pour laquelle elle rédige des notices sur les avocats militants, elle a notamment publié sur un article sur l’affaire Djamila Boupacha (Nouvelles Questions Féministes, 2010), sur le rôle des avocats du PCF dans le contexte répressif de la guerre froide (Le Mouvement social, 2012) et sur les effets de la répression sur les militants communistes français (Sociétés contemporaines, 2012 ; Cultures&Conflits, 2013).

Ses recherches actuelles, qui portent sur les juridictions et la justice d’exception, et, plus précisément, sur la Cour de sûreté de l’État (Droit et Société, 2015), vont donner lieu à la publication d’un second ouvrage intitulé Justice d’exception. L’État face aux crimes politiques et terroristes à paraître en novembre 2015 chez CNRS éditions

 

Lien utile sur le blog :

Punir les opposants. PCF et procès politiques (1947-1962) – Argumentaire de Vanessa Codaccioni


Vous aimerez aussi...