Des hommes vraiment ordinaires ? : Les bourreaux génocidaires

Des hommes vraiment ordinaires ? : les bourreaux génocidaires

Des hommes vraiment ordinaires ? : les bourreaux génocidaires

Date de parution du livre le 7 octobre 2015 : Didier Epelbaum est historien. Il a consacré de nombreux travaux à la «solution finale» et à ses bourreaux, notamment Aloïs Brunner. La haine irréductible (Calmann-Lévy, 1990), et Obéir. Les déshonneurs du capitaine Vieux, Drancy 1941-1944 (Stock, 2009).

Il est bien porté aujourd’hui de penser que nous sommes tous des bourreaux en puissance et que, placés dans des circonstances extraordinaires, nous serions capables du pire. On le dit, on le répète, mais on ne s’est pas préoccupé jusque-là de déterminer si c’est vrai.

C’est ce qu’a entrepris ici Didier Epelbaum. Il s’est demandé comment les régimes qui ont commis les grands génocides (arménien, juif, cambodgien, tutsi) s’y sont pris pour recruter leurs bourreaux. Selon quelle méthode ont-ils choisi les hommes indispensables à leurs projets génocidaires ? Ont-ils puisé au petit bonheur dans l’immense réservoir de l’ordinaire humain, ou bien au contraire des procédures très strictes de sélection ont-elles présidé à leur choix ?

Les documents sont là, nombreux, précis, qui permettent de répondre à ces questions brûlantes autrement que sur le mode de la conviction idéologique. Non, les bourreaux ne sont pas des «hommes ordinaires».

Extrait du livre :

TOUS LES BOURREAUX SE RESSEMBLENT

Le «tuk-tuk», le taxi moto, affichait le Killing Field en photo parmi les sites touristiques de Phnom Penh, à côté du palais royal et du Musée national.

Je savais de quoi il s’agissait, mais je ne m’attendais pas à être bouleversé par un tronc d’arbre.

Vu de loin, ce vieux peuplier tropical n’a rien de particulier. Sauf que son écorce est couverte de bracelets de toutes les couleurs. Les Cambodgiens l’appellent le Killing Tree, l’«Arbre de tuerie».

Nous étions au centre d’un lieu d’extermination des Khmers rouges, Choeung Ek, à une quinzaine de kilomètres de la capitale. Les chaînettes colorées ont été accrochées par des visiteurs en mémoire des bébés que des Khmers rouges ont assassinés ici. Ils les attrapaient par les chevilles et leur fracassaient le crâne sur le tronc parce que leurs parents étaient des «traîtres» au régime. C’est de là que vient le nom de Killing Tree. Seul survivant d’une famille décimée par les Khmers rouges, notre guide expliquait d’une voix égale : les bourreaux, de très jeunes gens, riaient à gorge déployée en tuant les bébés car une attitude de compassion à l’égard des petites victimes aurait pu être interprétée comme un manque de loyauté. Plus tard, j’ai appris que les bourreaux khmers rouges organisaient des compétitions pour voir qui pouvait tuer le plus vite. Comme la police nazie dans le ghetto de Varsovie !

En écoutant mon guide cambodgien, j’ai vu ressurgir des images des enfants saisis par les cheveux et projetés contre les murs par les SS. J’ai vu des images d’assassins libérés des prisons turques qui tiraient sur des bébés arméniens blottis dans les bras de leur mère. J’ai vu des miliciens rwandais qui fracassaient les nourrissons tutsi contre les murs des maternités.

Claude Lanzmann a raison de dire : «Tous les bourreaux se ressemblent – les victimes aussi, mais plus encore les bourreaux.»

Au moment où je visitais ce mémorial, le Cambodge condamnait le responsable du centre S-21 dont dépendait ce Killing Field, Kaing Guek Eav, surnommé «Duch», à la prison à perpétuité. David Chandler, historien du génocide cambodgien, avait tenté d’expliquer aux juges les actes de Duch en s’appuyant sur de solides références. Il invoqua en particulier la fameuse expérience de Stanley Milgram. Ce psychologue américain a montré que deux tiers de cobayes humains étaient prêts à torturer s’ils en recevaient l’ordre d’une autorité légitime4. Cette expérience passionnante et terrifiante des années 1960 fut répétée à l’envi à l’université, au cinéma et à la télévision.

Chandler cita l’historien américain Christopher Browning, lequel a popularisé le thème du bourreau/homme ordinaire avec son étude d’un bataillon de policiers allemands qui assassinèrent et envoyèrent à la mort quatre-vingt-trois mille Juifs. Browning s’appuyait lui aussi sur l’expérience de Milgram pour expliquer que des «hommes ordinaires» pouvaient devenir des bourreaux sous l’effet de la guerre et d’un faisceau de conditions : le principe d’obéissance, l’esprit de corps, la cohésion du groupe, le lien social, la brutalisation, une bonne organisation, la «déshumanisation» des victimes. La conclusion de Browning est que n’importe quel homme soumis à ce type de contingences se conduira de la même manière : «Si les hommes du 101e bataillon de réserve de la police ont pu devenir des tueurs, quel groupe humain ne le pourrait pas ?» Ce livre est intitulé en français Des hommes ordinaires, ce qui est conforme au titre anglais ; en revanche, l’éditeur allemand a cru nécessaire d’insister en traduisant : «Des hommes complètement ordinaires».

Genre : Documents Essais d’actualité

Éditeur : Stock, Paris, France

Collection : Les essais


Vous aimerez aussi...