Le village des « cannibales »

 Le village des «cannibales

Le village des «cannibales

Parution du livre le 14 janvier 2009 : Le village des « cannibales » – Le 16 août 1870, à Hautefaye, petit village de Dordogne, un jeune noble est supplicié durant deux heures, puis brûlé vif ( ?) sur le foirail, en présence d’une foule de trois à huit cents personnes qui l’accuse d’avoir crié : « Vive la République ! » Le soir, les forcenés se dispersent et se vantent d’avoir « rôti » un « Prussien ». Certains regrettent de ne pas avoir infligé le même sort au curé de la paroisse. Février 1871. Le journaliste républicain Charles Ponsac met en évidence ce qui constitue le drame en objet historique : « Jamais, écrit-il, dans les annales du crime, on ne rencontra un meurtre aussi épouvantable. [ ] Le crime d’Hautefaye est un crime en quelque sorte tout politique. » Alain Corbin a mené une véritable enquête sur l’énigme et la fascination de cet ultime massacre né de la fureur paysanne. Il reconstitue le climat politique de 1870. Il montre comment l’annonce des premières défaites, le flot des rumeurs, la simplicité des représentations politiques, la hantise du retour de l’ordre ancien et des calamités passées amènent une population rurale à recourir à des formes de cruauté devenues étranges, indicibles, insupportables. Un récit magistral.

Biographie de l’auteur :

Alain Corbin est un historien français spécialiste du XIXe siècle en France.

Alain Corbin est un historien français spécialiste du XIXe siècle en France.

Alain Corbin est un historien français spécialiste du XIXe siècle en France. Il est né le 12 janvier 1936. Étudiant à l’université de Caen il a notamment comme professeur Pierre Vidal-Naquet. Il devient Professeur à l’université Paris I – Panthéon-Sorbonne. Il travaille sur l’histoire sociale et l’histoire des représentations. Il a écrit de nombreux ouvrages, dont Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot, sur les traces d’un inconnu, 1798-1876 (1998), biographie d’un sabotier inconnu choisi au hasard dans les archives de l’Orne. Ce travail s’inscrit dans le concept de la microhistoire. Alain Corbin est considéré comme l’historien des émotions et du sensible.

Par ailleurs, il a travaillé sur le désir masculin de prostitution (Les Filles de noce, 1978), l’odorat et l’imaginaire social (Le Miasme et la Jonquille, 1982), l’homme et son rapport au rivage (Le Territoire du vide, 1990), le paysage sonore dans les campagnes françaises du XIXe siècle (Les Cloches de la terre, 1994) et la création des vacances (L’Avènement des loisirs, 1996).

 

Lien utile sur le blog :

Mangez-le si vous voulez

 

 


Vous aimerez aussi...