Je, François Villon. Volume 1, Mais où sont les neiges d’antan ? – (Bande dessinée)

Je, François Villon. Volume 1, Mais où sont les neiges d'antan ?

Je, François Villon. Volume 1, Mais où sont les neiges d’antan ?

Parution de la bande dessinée le 11 novembre 2011 – IL EST PEUT-ÊTRE né le jour de la mort de Jeanne d’Arc. On a pendu son père et supplicié sa mère. Il a étudié à l’université de Paris. Il a joui, menti, volé dès son plus jeune âge. Il a fréquenté les miséreux et les nantis, les curés, les assassins, les poètes et les rois. Aucun sentiment humain ne lui était étranger. Des plus sublimes aux plus atroces, il a commis tous les actes qu’un homme peut commettre. Il a traversé comme un météore trente années de l’histoire de son temps.

FRANÇOIS VILLON est né à Paris en 1431. Chantre des âmes damnées, François de Montcorbier, dit Villon, est considéré comme l’un des plus célèbres poètes du Moyen-âge. Malgré des origines modestes, il reçoit une solide éducation auprès du chanoine Guillaume de Villon, auquel il a emprunté son nom, et poursuit des études brillantes à la Sorbonne d’où il sort diplômé. Une telle réussite ne lui permet pourtant pas de faire carrière et c’est une vie marginale que le poète commence à mener. Impliqué dans de nombreux larcins, vols ou rixes, Villon s’attire à plusieurs reprises les foudres de la justice. La célèbre Ballade des pendus est d’ailleurs écrite en prison, alors qu’il est menacé d’être condamné à mort. Lors de l’un de ses exils hors de Paris, l’écrivain reçoit la protection de Charles d’Orléans, grand amateur de poésie. Dans une grande mesure, les écrits de Villon s’inscrivent dans la tradition médiévale. Pourtant, chez lui, les chants religieux ou paillards, ou encore les poèmes d’amour courtois, prennent une inhabituelle dimension personnelle, quasi autobiographique, comme en témoigne Le Testament, son œuvre majeure. Élevé au statut de légende à l’époque romantique, François Villon se voit depuis qualifié de précurseur des poètes maudits, autant pour sa vie tumultueuse que pour son œuvre tantôt ironique, tantôt pathétique. Banni de Paris le 8 janvier 1463, il quitte la capitale et disparaît définitivement à compter de ce jour-là.

Jean Teulé

Jean Teulé

JEAN TEULÉ est né le 26 février 1953 à Saint-Lô. Après des études de dessin à Paris à l’école de la rue Madame, il devient auteur de bandes dessinées pendant dix ans et publie onze albums (Bloody Mary, Gens de France…). En 1990, il est primé au festival d’Angoulême pour «contribution exceptionnelle au renouvellement du genre de la bande dessinée». Il arrête la BD. L’animateur de télévision Bernard Rapp, qui lisait ses albums, lui propose de faire de la télé {L’Assiette anglaise, Tranche de cake…). Ensuite, il rejoint l’équipe de Canal+ (Nulle part ailleurs, Le journal du art…). Une éditrice chez Julliard, qui l’écoutait à la télé, l’appelle pour lui dire qu’il est un écrivain qui s’ignore et lui propose d’écrire (treize romans à ce jour, tous publiés chez Julliard). La productrice Michèle Ray-Gavras, après avoir lu son premier roman, lui propose de l’adapter lui-même au cinéma (Rainbow pour Rimbaud). En 1996, le film est primé à Cannes. Jean arrête le cinéma. En 1997, une femme qui se fait appeler Darling arrive à Canal+ pour lui demander de raconter sa vie dans un livre. Il arrête la télé. Écrivain traduit en dix-neuf langues, beaucoup de ses livres sont adaptés en bandes dessinées, en téléfilms, au cinéma, au théâtre, et même en opéra : Darling, Les Lois de la gravité, Je, François Villon, Le Magasin des suicides, Le Montespan, Mangez-le si vous voulez… Charly 9, son dernier roman paru en 2011, relate le règne pathétique du roi de France Charles EX, ensanglanté par le massacre de la Saint-Barthélemy en août 1572.

Luigi Critone

Luigi Critone

LUIGI CRITONE est né le 10 septembre 1971 en Italie. Il étudie l’Art à Rome avant de s’inscrire à une école de bande dessinée à Florence. Il travaille dans un studio d’illustration historique où il s’essaie dans des styles différents. Il réalise notamment des dessins publicitaires, mais rêve de faire de la bande dessinée. C’est au festival d’Angoulême qu’il fera des rencontres décisives avec éditeurs, scénaristes et dessinateurs, qui vont l’aider à améliorer son dessin et son découpage. Parus chez Soleil, il a dessiné les deux premiers tomes de La Rose et la croix, sur un scénario de Nicolas Jarry et France Richemond en 2005 et 2006. Mais c’est sur 7 missionnaires, écrit par Alain Ayroles, qu’il laisse éclater tout son talent. Publié en 2008 dans la série 7 chez Delcourt, ce scénario semble avoir été écrit sur mesure pour l’élégance de son trait. Depuis, il s’attelle seul à l’adaptation en bande dessinée du roman Je, François Villon de Jean Teulé, qu’il a choisi de découper en trois volumes. Critone vit en France depuis plusieurs années et partage un atelier à Paris avec d’autres auteurs de bande dessinée et d’illustration.

Extrait du livre 

 JE, FRANÇOIS VILLON

SA VIE FUT UN ROMAN. IL Y EUT LE ROMAN DE SA VIE PAR JEAN TEULÉ. VOICI LA BIOGRAPHIE HAUTE EN COULEURS DU CÉLÈBRE FRANCOIS VILLON, ÉTUDIANT FANTASQUE, DÉBAUCHÉ SUBLIME ET POÈTE MAUDIT. ILLUSTRÉ DE MAIN DE MAÎTRE PAR LUIGI CRITONE.

Te souviens-tu du moment où tu as lu le roman de Jean Teulé et pourquoi as-tu eu envie de l’adapter ?

C’était une idée de mon éditrice. Elle m’a donné le roman en me disant qu’il y avait l’intention de la part de Delcourt d’en faire une adaptation. Elle m’a demandé de le lire et de voir si ça m’intéressait. Je l’ai lu, sans connaître Jean Teulé du tout, car malheureusement il n’est pas aussi connu en Italie qu’en France. J’ai donc découvert simultanément l’auteur du roman et la figure de François Villon. Ça m’a beaucoup plu, et même un peu effrayé. Ceux qui ont lu le roman savent que c’est assez dur. J’ai réalisé que l’adaptation ne serait pas facile à faire mais quand je suis arrivé à la fin du livre, ça m’avait convaincu. Je trouvais que ça correspondait bien à mon dessin. J’avais envie de le faire, d’autant que c’était intéressant de pouvoir m’occuper du scénario. Écrire une adaptation à partir d’une histoire déjà existante, c’est plus confortable car je ne suis pas scénariste à la base. J’ai commencé à travailler avec mon éditrice, puis j’ai rencontré Jean Teulé.

Qu’est-ce qui t’a particulièrement plu chez François Villon ? Pourquoi ce texte t’a-t-il touché ?

J’ai trouvé que c’était un personnage très intéressant parce que ce n’est pas un héros au sens classique. Ses actions ne sont pas toujours respectables ; il a fait beaucoup d’erreurs, beaucoup de grosses bêtises aussi. Ce qui m’intéressait, c’était la dualité entre son génie poétique et le fait qu’il n’arrive pas à gérer sa vie. Dans le premier tome, on commence à effleurer cette double personnalité. Il était clairement attiré par le mauvais côté. Parfois je l’ai détesté en lisant le roman parce qu’il a commis des actes foncièrement mauvais. Mais à la fin de ma lecture, j’ai trouvé que ça faisait un portrait très complet d’un personnage attachant. On ne peut pas être toujours en accord avec lui; j’étais parfois choqué par ses actions et en même temps touché par son humanité. C’est ce qui m’a plu, Villon est un personnage très humain dans le bon et dans le mauvais sens.

Tu as choisi d’adapter ce gros roman en trois volumes, en restant extrêmement fidèle au texte. Comment as-tu découpé tes trois parties ? On termine le premier album avec le premier baiser à Isabelle de Bruyère, pourquoi ce choix ?

J’ai rapidement choisi de le scinder en trois parties. J’ai trouvé que c’était un bon compromis parce que j’ai coupé pas mal de scènes, c’est condensé par rapport au roman. Ça a été un travail assez difficile au début car le roman et la bande dessinée emploient des langages très différents : avec le langage littéraire, on peut dire beaucoup de choses en une phrase, et en BD, il faut beaucoup de place pour dire la même chose, et le contraire est aussi possible ! Parfois, avec un dessin, on peut raconter trois pages du roman en une seule case. J’ai trouvé très intéressant ce travail d’adaptation. Le résultat final est plutôt condensé car j’ai dû faire quelques ellipses. J’ai fait un effort pour tenir le même rythme dans un espace un peu plus réduit. Avec les trois volumes, ça va faire une BD de 180 pages en tout, une longue BD pour un roman qui n’est pas petit non plus : 450 pages en édition Pocket ! Concernant les deux coupures, je suis spontanément allé voir au tiers du roman pour voir ce qui se passait et je suis tombé sur cette scène de baiser qui était un moment parfait pour couper la première partie. Ensuite, j’ai eu la même chance : il y a aussi une scène qui semble faite pour noter « à suivre » en bas. (…)

Genre : Bandes dessinées

Éditeur : Delcourt, Paris, France

Collection : Histoire & histoires

En complément de l’article :

 Les Coquillards : archives d’une société criminelle

  • Voleurs, assassins, faux-monnayeurs, souteneurs [] Au milieu du XVe siècle, une bande criminelle défraye la chronique : les Coquillards. Les archives de leur procès nous plongent au cœur de cette société secrète.

    Lien utile sur le blog :

    François Villon (Jean Favier)


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search