Les prisons de la foi. L’enfermement des minorités (XVIe-XVIIIe siècle), Natalia Muchnik (compte rendu)

« Les geôles étaient des espaces d’autonomie, voire de liberté pour des populations vivant clandestinement leur foi » (p. 293). Voilà le postulat de base du plus récent ouvrage de Natalia Muchnik, postulat dont l’autrice reconnaît d’emblée le caractère paradoxal. Après s’être intéressée, avec Mathilde Monge, aux diasporas de l’Europe moderne (2019), Natalia Muchnik plonge dans le monde de l’enfermement des minorités religieuses de la même époque. Ses recherches, qui s’étendent du XVIe au XVIIIe siècle et concernent tant l’Angleterre que l’Espagne et la France, s’intéressent à quatre types de minorités religieuses : les catholiques anglais, les morisques et les crypto-judaïsants espagnols et les protestants français. C’est dire combien le livre a vocation de varier à la fois les contextes et les objets(…)

Lire la suite du compte rendu de l’ouvrage de Natalia MuchniK proposé par Sophie Abdela dans la revue Criminocorpus.

Référence : Natalia Muchnik, Les prisons de la foi. L’enfermement des minorités (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Presses universitaires de France, 2019, 350 p.



Citer ce billet
Nadine Dardenne (2020, 2 novembre). Les prisons de la foi. L’enfermement des minorités (XVIe-XVIIIe siècle), Natalia Muchnik (compte rendu). Criminocorpus. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndo9

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search